Archives pour la catégorie Piratage

Nous traitons ici tous les sujets d’actualité lié au piratage. Vous serez informé des dernières nouvelles sur la sécurité informatique et nous donnerons à chaque fois une solution ou un conseil pour se protéger.

Comment les pirates informatiques s’y prennent pour hacker les comptes Netflix ?

Notons aujourd’hui que internet nous offre de plus en plus de service qui accompagne nos habitudes quotidiennes.

Parmi ces nombreux services, il y a un en particulier qui rafles une très grande partie des consommateurs du web, connu sur la dénomination de Netflix.

Cet article peut aussi vous intéresser : Pourquoi Google a rassemblé tous les comptes en un seul ?

Netflix est un service visualisation de production cinématographique en streaming. Sur cette plate-forme on peut avoir un peu de tout : séries ; long-métrages, documentaires, dessins animés, etc. Il compte environ 100 millions d’abonnés dans le monde. Mais bien sûr, qui dit aujourd’hui service en ligne dit aussi piratage informatique.

Avec ses millions d’utilisateurs notre but a su attiré vers lui des personnes qui en veulent à ses abonnés. Et de plus en plus de nouvelles stratégies sont mises en place pour arriver à ce but. Dans, cet article, nous vous expliquerons comment ces derniers s’y prennent pour pirater le compte des abonnés Netflix. Il faut monter d’abord qu’un compte piraté de Netflix vaut moyenne un à 3 € sur le marché noir. Comme ses concurrents (HBO, Spotify, CBS) Netflix n’a pas pu échapper à la revente illégale de compte d’utilisateur.

Aussi, interrogeons nous de savoir comment les hackers s’y prennent ?

La première méthode est un classique, c’est celle du phishing.

Comme on le sait, le phishing permet de créer des sites web miroir en d’autres termes de faux site web qui ressemble au site des utilisateurs. Une fois ce faux site installé, le pirate informatique attendra simplement que l’utilisateur Vienne y mettre ses données de connexion, ce dernier croyant se connecter sur Netflix.

Et s’il pourra tout simplement les récupérer et se connecter dans le dos du véritable utilisateur sur la vraie plate-forme. Mais dans certains cas les pirates informatiques préfèreraient vendre ces données de connexion aux plus offrants. En note que Netflix est l’une des plateformes en ligne les plus contrefaites cette année. Il était dénombré plus de 4000 pages contre fait en moins d’une semaine.

Dés faux mails ont aussi servi cette campagne de phishing. En effet des pirates se sont servis de mails déguisés pour encourager les utilisateurs soit à te connecter à leur compte ou encore leur demandant de réactiver ce compte, action qui a fini par les piéger soit pas l’installation d’un malware ou encore la récupération de données sensibles tels que les identifiants de connexion ou les identifiants de paiement.

La seconde méthode consistait à pirater l’opérateur téléphonique de leurs victimes.

Comme certains le savent, il est possible de créer des comptes Netflix par intermédiaire de son opérateur téléphonique. Dans le formulaire de souscription il existe des sections dédiées aux partenaires. C’est un opérateur téléphonique tel que Bouygues ont souscrit à ce genre de partenariat. Aussi, en piratant le compte de téléphonie mobile on peut créer un autre compte et cela sera aux frais de l’utilisateur dans l’abonnement de téléphonie mobile a été piratée. C’est pourquoi on recommande généralement aux abonnés de téléphonie de contrôler régulièrement leur relevé.

La troisième méthode concernant celle de comptes toujours actifs sur les télévisions d’hôtels.

Il n’est pas rare de trouver les télévisions dans lesquelles sont incorporées des logiciels permettant d’avoir accès à son compte Netflix. Dans les chambres d’hôtels, plusieurs télévisions de ces genres se trouvent. L’Utilisateur, durant son séjour se connecte à cette télévision pour suivre la production de leur choix. Et régulièrement, ces derniers en quittant ces hôtels, oublient de se déconnecter.

Avec les références qui restent sur ces télévisions, il est possible de pirater les comptes car hackers auront accès facilement à leurs identifiants de connexion. Donc si vous êtes une de ses personnes, des TV d’hôtel, veuillez faire très attention. il arrive des fois que les clients d’hôtels se déconnectent. Mais ces télévisions sont souvent piégées par des logiciels qui récupèrent automatiquement. Les données qui sont y sont entrées.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

La santé de plus en plus menacée par le piratage informatique

Aujourd’hui, le secteur de la santé est fortement impliqué par les innovations informatiques.

Parce que pratiquement tous les aspects de la santé aujourd’hui nécessitent l’intervention d’un outil numérique. Cela a marqué l’essor de l’e-santé. de plus, la numérisation des données de santé a offert bon nombre d’avantages qui ont facilité non seulement la prise en charge des malades, mais aussi permis d’ouvrir une autre porte vers un univers plus accessible et plus ergonomique quant aux prises de soins.

Cet article peut vous intéresser aussi : Un groupe spécialisé dans l’hospitalisation privée a été attaqué par un ranciogiel

Cependant tout n’est pas rose et il est question très souvent de la sécurité de cet univers digital de la santé. Car les limites du monde numérique, comme on le sait, c’est le piratage.

Aujourd’hui la numérisation s’est étendue au vaste domaine de la santé, comme, on le disait précédemment. Dans les hôpitaux ou dans le cabinet privé, il n’est pas rare de voir différents services médicaux connecter directement au digital. Que ce soit des dossiers médicaux, des pacemakers, de la téléconsultation, ou encore les pompes à insuline, il est devenu aujourd’hui littéralement impossible des soigner avec autant d’efficacité sans un système informatique connecté. De ce fait, s’engager dans une lutte contre la cybercriminalité en particulier, le piratage de services médicaux relève de la santé publique.

Toutefois les risques de piratage en sont bel et bien réels et manifestes. Ils peuvent malheureusement prendre différentes formes. Cela peut être du hacking simple, de l’espionnage industriel ou du sabotage d’un programme médical ou encore d’atteinte aux données personnelles par une exploitation abusive des informations médicales des patients.

À titre d’exemple, en l’an 2016, un producteur de pompe à insuline connectée avait découvert une vulnérabilité sur son système, qui permettait à toute personne malveillante intercepter les informations émanant de la pompe en direction de la télécommande, et vice-versa, ce qui lui permettait de modifier les doses programmées ou prescrites à la pompe. Finalement le constructeur a dû laisser tomber l’idée de la télécommande, et se rabattre sur celle de la pompe manuelle. Car une telle faille de sécurité pourrait être très dangereuse pour les patients diabétiques.

En 2017 précisément, c’était le tour des appareils cardiaque les pacemakers. L’institution Américaine chargée de veiller et de réguler les médicaments avait signifié que certains stimulateurs cardiaques, des pacemakers était vulnérables à des attaques informatiques. Heureusement aucune victime n’a été observée à ce sujet. Cependant il était à noter que le risque existait bel et bien.

Les chercheurs en sécurité informatique ont notifié que les instruments de santé connectée sont plus vulnérables s’ils comportent des micros ou des caméras qui exige régulièrement la connexion à internet. Surtout qu’ils signifient que les véritables dangers proviennent les logiciels de santé qui sont souvent télécharger sur les téléphones portables, dont l’accès est plus facile au pirate informatique.

Quand bien même les risques liés aux attaques informatiques ne sont pas si énormes eu égard aux multitudes de bénéfices offert par la digitalisation du secteur de la santé, il faut inciter les autorités, les constructeurs et même les utilisateurs à la plus de vigilance.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Le piratage des milliers de comptes fiscaux en ligne

Depuis le mois de juin, plusieurs comptes fiscaux ont été les cibles d’une vague piratage informatique.

Il a été dit que plus de 2000 comptes ont été piratés. « L’administration fiscale a reçu 2 000 demandes de réinitialisation de mots de passe dans un temps très limité », avait déclaré un porte-parole de Bercy aux médias.

Cet article peut aussi vous intéresser : Un mot de passe sûr et impossible à hacker : est-ce possible ?

Selon les dires d’un expert en sécurité informatique, le pirate informatique a réalisé son attaque en passant par les messageries électroniques des victimes. Ce qui sous-entend que la véritable cause de cette attaque était due à la sécurité même des personnes victimes et de leurs comptes de messagerie. « Le point d’inquiétude majeur c’est plutôt la sécurité des boîtes mail », a affirmé un expert en cybersécurité au cabinet Wavestone., Gérôme Billois, ce mercredi 21 août sur France info.

Dès lors la question se pose, doit-on s’inquiéter réellement de cette attaque informatique ? Selon l’expert Gérôme Billois, l’attaque est belle et bien inquiétante car le site réservé aux impôts contient des informations personnelles très sensibles. Aussi, si des malfaiteurs arrivent à y accéder et à obtenir ces informations cela serait une très grande catastrophe, si nous devons tenir compte du fait que les données à caractère personnel sont mises à jour tous les ans et de manière très précise. Ce serait une mine d’or pour les pirates. Cependant le détail à relever est que la vulnérabilité ne provient pas du site des impôts. Mais plutôt des comptes mail les utilisateurs. Aussi ce serait de leur faute si l’intégrité du système est mise en mal.

Cependant il ne faudrait pas rejeter toute la faute sur le contribuable. Car s’il suffit simplement de pirater un compte mail pour pirater un compte fiscal alors la vulnérabilité sera peut-être dans un cadre plus générale. Toutefois le spécialiste affirme que seuls ceux qui avaient leurs dossiers fiscaux dans leur boîte électronique avaient subi ce piratage. C’est-à-dire que c’est un manque de vigilance des contribuables qui pourrait se déteindre sur tout le système. Car selon les analyses, le piratage avait se réaliser que grâce aux identifiants de connexion des victimes. ce qui peut nous pousser à conclure qu’ils avaient bel et bien accès au mot de passe et un identifiant via le compte mail.

Cependant la sécurité des comptes fiscaux est en train d’être repensée. L’équipe de sécurité envisage ajouter un moyen complémentaire de sécurité pour plus de sécurité sur l’accès aux comptes et éviter au passage, ce genre des débordements. Les impôts pensent à une authentification à double étape. Dans la foulée, il est question pour les utilisateurs de préserver la sécurité de la boîte mail.

Pour se faire il serait envisageable utiliser les logiciels de protection ou même le système la sécurité double. Pour les pirates, accéder aux comptes fiscaux est véritablement profitable, car avec toutes les données qui se trouvent, il pourrait les commercialiser pour en tirer une grosse fortune. En attendant le service des impôts assure qu’aucune fuite n’est à signaler hormis les 2000 comptes piratés.

Il assure par ailleurs qu’il a entrepris les démarches nécessaires pour renforcer la sécurité à travers une grande vague de réinitialisation de comptes piratés, lequel demandé par les utilisateurs eux-mêmes.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Un groupe spécialisé dans l’hospitalisation privée a été attaqué par un ranciogiel

Depuis le samedi 10 août une institution privée de santé, Ramsay-Générale de Santé, était la cible d’une cyberattaque.

Plus de 120 établissements sanitaires ont été touchés par cette attaque informatique. L’attaque a eu pour effet direct de bloquer toute activité de système informatique interne.

Cet article va aussi vous intéresser : La société Hydro-Québec et sa problématique des cyberattaques continuent

Une porte-parole de l’institution de santé affirme que « Nous subissons une cyberattaque par un virus, depuis samedi matin, qui touche l’ensemble des 120 établissements ».  Elle a signalé par la suite qu’il n’y a eu aucune implication sur les patients. L’attaque s’étant simplement limiter à l’informatique. « La continuité et la sécurité des soins est assurée, et il n’y a pas d’implications pour le patient », selon la même porte-parole.

Par ailleurs la société a annoncé que certains établissements qu’elle avait acquis récemment du groupe « Capio » n’avaient pas été aussi touchés par cette attaque.

Le logiciel malveillant utilisé n’a affecté que le service de messagerie de l’institution et quelques applications utilisées pour le service. Cela a eu pour conséquence de les obliger à utiliser les méthodes analogiques c’est-à-dire bloc-notes papier ; stylos et crayons. Dans ce contexte toutes les opérations chirurgicales qui avaient été prévues ont été reportées à une date ultérieure le temps de nettoyer le système de tout intrus numérique.

La porte-parole a assuré les médias qu’aucune donnée à caractère personnel n’a été dérobée. Plusieurs prestataires spécialistes en sécurité informatique ont été contacté et mis sur l’affaire et il a été signifié qu’au plus tard en fin de semaine tout sera résolu. Les opérations et les soins reprendrais dès que le système informatique sera nettoyé, a informé France 3.

Notons que c’est la toute première fois que l’institution de santé est confrontée à une attaque cybernétique. Elle n’a pas manqué de souligner qu’elle avait mise en place tout un protocole au cas où un tel événement survenait. Conformément à cette procédure ; toutes mesures ont été prises pour limiter au maximum.

Cependant selon les informations publiées dans le médiane L’Express, cette attaque entrait dans le cadre de plusieurs autre visant des instituts de santé français ayant connu un certain pic ces temps-ci. Le logiciel malveillant utilisé pour l’attaque Institut de santé serait « cryptolocker »,  logiciel malveillant qui aurait apparu depuis 2013 selon les experts en sécurité informatique de ladite institution. C’est un programme informatique dans la famille de logiciel de rançonnage qui aurait été beaucoup utilisé ces derniers temps. Une fois qu’il  infecte un système il s’assure d’empêcher l’accès aux utilisateurs. De ce fait le pirate exigera en échange une rançon pour débloquer le système. Dans ce cas de figure les rançons sont exigés en cryptomonnaie Ces derniers temps ce logiciel a servi dans différents piratages que ce soit en France dans la région de Sarrebourg en Moselle ou encore aux États-Unis dans la ville de Baltimore.

Pour finir, notons que les responsables de l’attaque n’ont pas encore été découverts. Mais les institutions de santé affirment tout mettre en œuvre pour découvrir et traduit en justice les responsables de cette attaque.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Le piratage peut nous rendre malade

Lors du récent DefCon, le 11 aout 2019, rencontre annuelle des mordus de l’informatique à Las Vegas, en particulier de la cybersécurité, un expert en cybersécurité, Matt Wixey, annonce qu’il est possible de rendre malade les utilisateurs de smartphones et autres terminaux audio, par le biais du piratage.

En effet, il serait possible de hacker les enceintes, des haut-parleurs de nos terminaux pour ensuite émettre des signaux inaudibles à l’oreille humain mais qui peux être nocif pour la santé.

Cet article peut aussi peut vous intéresser : Les smartphones les plus sécurisés en 2019

Dans le cadre d’un travail universitaire, son doctorat pour être plus précis, le chercheur Matt Wixey explique que les terminaux informatiques que nous utilisons, peuvent nous causer des dommages physiques, physiologiques et psychologiques. Il signifie la raison de ses recherches en ces termes : « Les logiciels malveillants susceptibles de faire le saut entre le monde numérique et le monde physique m’ont toujours intéressés. ».

Le chef du pôle recherche au sein du service de sécurité informatique de la firme PWC, Matt Wixey a démontré sa thèse en prouvant qu’il est possible de pirater des haut-parleurs pour les forcer à émettre des signaux sonores nocifs pour la santé pouvant entrainer des acouphènes , et aussi provoquer des effets psychologiques. Pour Matt Wixey « Un attaquant pourrait développer des malwares pour émettre un bruit dépassant les recommandations en terme de niveau sonore. Cela entraînerait des effets néfastes à la fois psychologique et physiologique pour les utilisateurs ou les personnes à proximité. ».

L’appareil auditif de l’homme est sensible à une catégorie de fréquences, quoiqu’on ne les entende pas ; et à un certain degré, ces fréquences deviennent dangereuses pour la santé.

Pour sa démonstration, l’expert informatique a réuni divers appareils électroniques dont des portables, smartphones, des écouteurs intra-auriculaires, et d’autres systèmes de sonorisation. Il les piratait et s’en servait pour émettre les signaux de détérioration dont il avait au préalable parlé. On a découvert que certains périphériques étaient plus vulnérables qu’il n’en avait l’air. Une enceinte intelligente suite au piratage de l’expert, s’est trouvée totalement détruite, ses composantes ayant fondues sur le coup. D’où le danger vraiment manifeste de ces engins.

Cependant, il y’a un aspect un peu rassurant dans cette affaire nous informe l’expert. Pour réussir ce piratage, il faudrait que le hacker entre en contact direct avec les appareils qu’il veut pirater pour lui joindre un logiciel malveillant. De plus le piratage doit se faire à proximité du périphérique. En outre, l’expert informatique va proposer des contre-mesures pour se prémunir.

Ces contre-mesures s’étendent de l’appareil à leurs systèmes d’exploitation. Il signifie qu’il est possible d’implanter dans les appareils sensibles des systèmes de défense qui permettront de signaler toutes tentatives d’intrusion. Cette sécurité devrait exiger une requête a l’utilisateur de pouvoir accéder ou non au contrôle du volume.

Il recommande aux éditeurs de programme antivirus d’intégrer des scanners pour permettre la détection des accès de sorte à suspecter les entrées non autorisées.Notre chercheur affirme être entré en contact avec plusieurs programmeurs de défense de système pour renforcer la sécurité des terminaux visés.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage