Le pirate roumain «Guccifer» sera extradé aux États-Unis.

Un tribunal Roumain a décidé que le pirate informatique « Guccifer », qui avait piraté le serveur de messagerie privé d’Hillary Clinton, serait extradé aux Etats-Unis pour y purger une peine de prison de 52 mois à son domicile.

Guccifer, porte-drapeau de Gucci et de Lucifer, était le pseudo utilisé par le pirate roumain Marcel Lehel Lazar, 46 ans, ancien contrôleur d’impôts qui a admis avoir fait une série de piratage sur les comptes de messagerie et les réseaux sociaux.

La vague de piratage de Lazar visait notamment les célébrités et les officiels Roumains, y compris les législateurs et les membres des services de sécurité de l’État. Il aurait eu accès aux comptes Gmail, Facebook, AOL et autres des victimes en devinant leurs mots de passe de faible sécurité.

Lundi, la cour d’appel d’Alba Iulia en Roumanie a statué qu’après avoir purgé une peine de sept ans d’emprisonnement pour ces crimes, Lazar sera envoyé aux Etats-Unis pour y purger une peine de 52 mois.

Dans le même genre : Le pirate Canadien Karim Baratov a été condamné à 5 ans de prison pour avoir piraté la sécurité de Yahoo.

Lazar, qui est actuellement incarcéré dans la ville Roumaine de Deva, peut faire appel de la décision du tribunal Roumain.
Inculpé aux États-Unis en 2014

Les procureurs Américains ont inculpé Lazar en juin 2014, juste après avoir été condamné à une peine de prison en Roumanie pour des délits similaires.

En mars 2016, la Roumanie a libéré Lazar tôt et l ‘a envoyé aux États-Unis, où il a plaidé coupable devant le tribunal de district Américain de l’Est du district de Virginie de vol d ‘identité et d’accès non autorisé à un ordinateur. Il a été condamné à 52 mois de prison dans une prison fédérale.

« Entre octobre 2012 et janvier 2014 au moins, Lazar a intentionnellement obtenu un accès non autorisé à des e-mails personnels et à des comptes de médias sociaux appartenant à une centaine d’Américains et il a obtenu illégalement des informations personnelles une déclaration de 2016 suite à la condamnation de Lazar.

Les victimes de Lazar comprenaient l’ancien secrétaire d’État Colin Powell ainsi que le président George W. Bush, à qui le pirate a volé et publié un autoportrait que Bush a peint de lui-même dans la baignoire.

US: Lazar a également révélé que Hillary Clinton, alors candidate démocrate à la présidentielle, avait utilisé une adresse électronique privée alors qu’elle était secrétaire d’État Américaine, alimentant un scandale qui a menacé sa campagne. Le FBI a lancé une enquête, concluant finalement qu’il n’y avait aucune preuve d’actes répréhensibles ou de signes indiquant que quelqu’un avait piraté le serveur de messagerie.

Après avoir plaidé coupable devant un tribunal fédéral Américain, Lazar a été renvoyé en Roumanie, à la demande des autorités roumaines, pour terminer sa peine de sept ans.
La naissance de Guccifer 2.0

Guccifer ne devrait pas être confondu avec « Guccifer 2.0 », un pirate informatique qui se disait Roumain mais qui apparemment ne parlait pas la langue. Guccifer 2.0 a revendiqué le non-respect du Comité national démocrate et le dumping de données volées, notamment des milliers de courriels piratés sur le compte de messagerie personnel de John Podesta, président de la campagne présidentielle de Clinton en 2016.

L’année dernière, Lazar a prétendu que Guccifer 2.0 était vraiment un front du gouvernement Américain. « Je pense que Guccifer 2.0 est quelque chose fabriqué par des gars du département d’Etat », a-t-il déclaré à Fox News. « Certains gars du Cyber Command de la NSA et quelques gars du Vault, Vault 7 de la CIA. »

Plus tôt cette année, un rapport a révélé que Guccifer 2.0, dont l’adresse IP avait toujours été masquée par un VPN, n’avait pas activé le VPN au moins une fois, révélant une adresse IP remontant au siège de l’armée Russe à l’agence de renseignement à Moscou.
En juillet, le Département de la justice a inculpé 12 membres du GRU, les accusant de piratage informatique et pour certains, de pirater un comité électoral d’État et des sociétés de logiciels électoraux dans le cadre d’une campagne de désinformation destinée à influencer les élections Américaines.

« Ces officiers du GRU, dans leurs fonctions officielles, ont déployé des efforts soutenus pour pirater les réseaux informatiques du Comité de campagne du Congrès démocratique, du Comité national démocrate et de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton et ont publié ces informations sous les noms « DCLeaks » et « Guccifer 2.0″ et à travers une autre entité », selon le ministère de la Justice.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :
Découvrez nos logiciels de piratage