Pirater un avion est plus facile que vous ne le pensez.

L’année dernière, un responsable du Département de la sécurité intérieure (DHS) a reconnu que lui et son équipe d’experts avaient piraté un Boeing 757 à distance. Comme expliquait notre article Selon Airbus, la cybersécurité est la priorité des constructeurs d’avions.

En 2016, il y a eu plus de 50 signalements d’interférences GPS à l’aéroport international de Manille, ce qui peut conduire à des «approches manquées» obligeant les équipages à se rapprocher de la piste à l’aide de systèmes de navigation de secours.

Les résultats d’une attaque dans un avion peuvent être catastrophiques. Après le crash du vol 5022 de Spanair en 2008, il a été découvert qu’un système informatique central utilisé pour surveiller les problèmes techniques de l’avion était infecté par des logiciels malveillants. Un rapport interne de la compagnie aérienne a révélé que l’ordinateur infecté n’avait pas trouvé trois problèmes techniques avec l’appareil qui, s’il était détecté, aurait pu empêcher l’avion de décoller.

La possibilité de pirater un système d’avion a déjà été démontrée. Le spécialiste de la sécurité Ruben Santamarta a montré comment des attaques telles que le contournement du contrôle de la carte de crédit et l’injection SQL peuvent être menées sur un système de divertissement en vol. De telles agressions peuvent même être perpétrées depuis le sol, dit-il.

Par ailleurs, le régulateur américain, la Federal Aviation Administration (FAA), a prévenu que certains systèmes informatiques des Boeing 747-8 et 747-8F pourraient être vulnérables à des attaques extérieures en raison de la nature de leur connectivité.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :
Découvrez nos logiciels de piratage