Ransomware : le nombre d’attaque toujours en hausse au Etats Unis

Au premier trimestre de 2020, il a été observé une hausse très significative de 25 % des attaques de logiciels de rançonnage.

Ce résultat a été publié suite à une étude publiée par un fournisseur de services de cybersécurité du nom de Beazley, par son service de sécurité informatique Beazley Breach Response Services. Selon la firme de courtage Aon, il faudrait envisager les Ransomware comme la principale source de problèmes au niveau de l’informatique des entreprises.

Cet article va aussi vous intéresser : Focus sur le rançongiciel qui déjoue les mesures de sécurité

Mais le rapport de la firme canadienne met aussi en évidence l’explosion des escroqueries en ligne, qui exploite au maximum les inquiétudes et doutes créé par la crise sanitaire actuelle. « Les cybercriminels profitent de l’anxiété accrue des gens pendant cette pandémie, les incitant à cliquer et à partager des liens qui volent des informations. Les travailleurs à domicile peuvent aussi avoir une sécurité informatique plus faible que celle offerte par les réseaux des entreprises. Les organisations doivent s’assurer que leurs systèmes et leurs protocoles de sécurité sont à jour, et veiller à ce que leurs collègues qui travaillent à domicile soit extrêmement vigilants », a noté Katherine Keefe, chef du service Beazley Breach Response.

Selon l’unité de cybersécurité de la société canadienne, les 25 pourcents de l’augmentation des actes de cybercriminalité fondés sur le rançongiciel, a le plus touché le secteur manufacturier qui a comptabilisé à lui seul près de 156 % d’augmentation seulement au premier trimestre de 2020 ajouté à celui quatrième trimestre de 2019. Par ailleurs, tous les autres services sont aussi concernés par une augmentation des attaques contre leur système. Entre autres, le secteur des finances et celui de la santé qui ne cessent de voir le nombre d’attaques croître de façon exponentielle. Car si on les combine, ces 2 domaines rassemblent la moitié des cyberattaques fondées sur le phishing, Selon Beazley dans son rapport sur le premier trimestre 2020

L’intérêt des cybercriminels étant beaucoup plus porté sur les rançongiciels, il a été permis d’observer que les attaques portant sur les courriers électroniques commerciaux, encore appelé dans le jargon business email compromise, connais une baisse d’environ 16 % sur les trois premiers mois, en prenant en compte l’évolution de l’année 2019. Selon le rapport de la société canadienne : « Le problème n’est certainement disparu. L’explication de ce déclin peut possiblement être que moins de compromissions de courriel ont été décelés et rapportés, en raison de l’interruption causée par la COVID-19 ».

Alors pour l’année 2020, en se fondant sur les chiffres des 3 premiers mois, les experts prévoient une domination des rançongiciels par rapport aux autres menaces de nature informatique. Ainsi, les réclamations auprès des assurances en cybersécurité seront principalement fondée sur ces incidents selon le courtier en assurance AON. Une analyse qui provient de son étude réalisée en 2019, intitulé U.S. Cyber Insurance Profits and Performance, qui a conservé près de 192 de sociétés américaines spécialisées dans l’assurance, principalement dans le domaine de la cybersécurité.

En autre, les assureurs ont signifié une augmentation de 10 %, à propos de leur perte en 2019, et cela, à cause d’une multiplication assez exceptionnelle des attaques de Ransomwares.  Les réclamations quant à elles ont monté de 35 % à 45 %, en fonction de la persistance des cyberattaques et autres incidents.  « La fréquence moyenne des réclamations de toutes les compagnies analysées s’est établie à 5,6 par mille polices, alors qu’elle était de 4,2 en 2018. Le bond en fréquence des réclamations a effacé l’effet d’une réduction dans la sévérité des réclamations. La taille moyenne d’une réclamation en cyberassurance est passée de 50 401 $US (68 404 $CA) en 2018 à 48 709 $US (66 108 $CA) en 2019. » note le rapport d’Aon.

Par ailleurs, aux États-Unis, il a été observé une nette augmentation (de 11 % selon et rapport) des primes de souscription des assurances en matière de cybersécurité. Et cela par rapport à 2018. On évalue à hauteur de 2,26 milliards de dollars américains (3,7 milliards de dollars canadiens). 69 % des primes souscrites l’ont été par les 10 plus grandes sociétés d’assurances américaines. Le reste du marché est partagé entre les petits assureurs. Sur les 192 compagnies analysées dans le rapport, 92 d’entre elles ont souscrit à des assurances à près de 1 million de dollar américain. 41 d’entre elles sont allées jusqu’à 5 millions de dollars.

À propos des pertes toutes les entreprises, quelques soit leurs tailles, en ont subi d’une certaine catégorie. Et plus particulièrement les plus petites entreprises.  Selon la société en courtage d’assurance, il faudrait s’attendre à une croissance les secteurs de la cyber assurance en particulier au niveau de ce segment.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage