Un jeune de 16 ans a réussi à pirater Apple, à voler un tas de fichiers sécurisés et à accéder à des comptes clients.

Un adolescent Australien a plaidé coupable d’avoir piraté Apple, de voler 90 Go de fichiers sécurisés et d’avoir accéder à des comptes clients. L’homme de 16 ans a fait irruption dans l’ordinateur central d’Apple plusieurs fois au cours d’une année, selon The Age, et a stocké des instructions de piratage sur son ordinateur portable dans un dossier nommé «hacky hack hack». Apple a identifié et signalé le piratage au FBI. Il a déclaré « à aucun moment au cours de cet incident », les données personnelles des utilisateurs n’étaient compromises.

Le journal Australien a rendu compte de l’audience qui s’est tenue jeudi à Melbourne devant un tribunal pour enfants et a incité Apple à publier une déclaration rassurant les utilisateurs sur la sécurité de leurs données.

The Age a déclaré que le jeune homme de 16 ans, qui ne peut pas être nommé pour des raisons juridiques, a fait irruption plusieurs fois sur l’ordinateur central d’Apple au cours d’une année en utilisant un système de «tunnels informatisés et de systèmes de contournement en ligne».

Il a téléchargé des fichiers sécurisés et a accédé aux comptes clients, en utilisant les instructions stockées sur ses ordinateurs portables Apple, saisis lors d’un raid dans sa maison de banlieue, dans un dossier nommé « hacky hack hack ».

Apple a détecté sa présence et a signalé l’adolescent au FBI, qui a à son tour transmis le cas à la police Australienne. Le suspect a plaidé coupable, a déclaré The Age et Reuters a annoncé qu’il serait condamné le 20 septembre.

L’avocat de l’adolescent aurait déclaré qu’il avait pris pour cible Apple parce qu’il était un admirateur de la société et qu’il espérait y travailler un jour. On le dit bien connu dans la communauté internationale du piratage.

Dans une déclaration à Reuters et The Guardian, la société a cherché à minimiser l’impact du piratage.

« Chez Apple, nous protégeons avec vigilance nos réseaux et nous avons des équipes dédiées de professionnels de la sécurité de l’information qui travaillent pour détecter les menaces et y répondre », a déclaré un porte-parole.

« Dans ce cas, nos équipes ont découvert l’accès non autorisé, l’ont contenu et ont signalé l’incident à la police. Nous considérons la sécurité des données de nos utilisateurs comme l’une de nos plus grandes responsabilités et voulons garantir à nos clients qu’à aucun moment de cet incident leurs données personnelles ont été compromises. »

Autre article pouvant vous intéresser : Facebook, Google et Apple offrant des millions pour inciter les hackers ‘white hat’ à trouver leurs défauts.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :
Découvrez nos logiciels de piratage