Cracker un mot de passe Yahoo!

1 milliard de personnes sont concernées

Comment cracker un mot de passe Yahoo! ?

A en croire les hackers, cracker un mot de passe Yahoo! est très facile. On compte pas moins de 1 milliard de comptes Yahoo! crackés. C’est énorme quand on y pense, surtout quand cela a été fait par une seule personne. Yahoo! fait partie des plateformes web les plus visitées au monde. À un certain moment de l'histoire de l'Internet, presque tous les utilisateurs avaient au moins un compte Yahoo!. Si aujourd'hui GMail est largement passé devant, on ne peut pas nier aussi qu'il existe beaucoup d'utilisateurs qui continuent d’utiliser Yahoo! et cela presque tous les jours. Par conséquent, abordons la question de la sécurité d'un compte Yahoo!.

Comment hacker un mot de passe Yahoo! ?

Il est évident qu’avant de parler de tout type de piratage informatique, le plus important est de savoir comment faire pour contourner le mot de passe. Pourquoi le mot de passe ?

Tout simplement parce que c'est le premier identifiant qui sert de barrière lorsqu'on essaie de pirater une personne. C'est pour cette raison qu'il faut d'abord penser à le cracker. Les méthodes de craquage de mots de passe sont nombreuses. Si certains font appel à des logiciels pour réussir à contourner cette sécurité, il existe des pratiques directes qui nécessitent juste une certaine maîtrise.

Voici donc quelques méthodes qui peuvent être utilisées pour contourner la sécurité de votre mot de passe Yahoo! :


Méthode 1 : PASS ACCESS


Trouver le mot de passe des comptes Yahoo
Voici comment pirater YAHOO!
grâce à PASS ACCESS.

PASS ACCESS est un logiciel permettant d'accéder à des comptes Yahoo! tout en gardant son anonymat. Il passe outre les protections à double authentifaction et affiche le mot de passe en clair sur votre écran. Que le mot de passe soit crypé ou non, PASS ACCESS va pouvoir le déchiffrer. Il s'agit d'un programme conçu spécialement pour vous aider à trouver le mot de PASS de n'importe quel compte Yahoo!. Il est essentiellement utile pour les personnes qui ont oublié leur mot de passe ou cherchent à tester la sécurité de leur compte.

Conçu par des spécialistes de la cybersécurité, il permet en quelques minutes de pouvoir décoder le mot de passe et faciliter la connexion en seulement quelques clics.

Contrairement à la majorité des applications qui sont censées vous aider à cracker les mots de passe Yahoo!, celui-ci n'exige pas véritablement d'informations ou de connaissances particulières. En d'autres termes, toute personne ayant une base en informatique peut l'utiliser sans craindre.

Pour cela il vous suffit juste de suivre les trois étapes mentionnées ci-dessous :

  1. Téléchargez et installez PASS ACCESS sur votre terminal.
  2. Choisissez le mode de recherche. Sur l'interface de l'application PASS ACCESS, il vous sera demandé de fournir deux informations qui vont permettre de trouver le mot de passe : l'adresse email du compte ou le numéro de téléphone affilié à ce compte.
  3. Lancez la recherche. L'application se charge elle-même de vous trouver le mot de passe en clair. Cela prendra quelques minutes et vous serez satisfait du résultat.

Il faut mentionner la facilité de l'utilisation de cette application. En effet, vous n'avez pas besoin de l'installer sur un autre appareil informatique que le vôtre, ce qui ne vous met pas dans des situations embarrassantes. De plus, vous disposez d’un mois d'essai et à la fin de cette période d'essai, vous êtes soit satisfait soit remboursé.

Essayez donc PASS ACCESS maintenant en le téléchargeant depuis son site Internet officiel : https://www.passwordrevelator.net/fr/passaccess


Méthode 2 : L'interception du trafic


Interception trafic Internet Yahoo!

Le plus souvent, on ne parle pas beaucoup de cette technique de cybercriminalité qui est l'interception du trafic réseau. Par conséquent, vous trouverez difficilement de la documentation vous permettant de vous renseigner sur le sujet. Le plus important c'est que c'est une pratique qui est organisée dans le but de voler des données sensibles, d'espionner et de peut-être saboter.

Comment cela se passe t-il ?

Tout d'abord, le pirate informatique qui veut initier une interception de trafic doit d'abord chercher à collecter des informations sur le réseau ciblé. C'est généralement quelque chose qui se fait assez facilement en passant par le WiFi par exemple ou en surveillant un utilisateur par rapport à ses faits et gestes ainsi que ses pratiques informatiques. Certains cybercriminels utilisent des logiciels de reniflage dans le but d'étudier un réseau à distance. Grâce aux informations récoltées, la prochaine étape va consister à collecter les adresses IP qui sont présentes dans le réseau LAN. Il ne s’agit pas uniquement d’adresses IP mais aussi d’informations relatives aux équipements utilisés ainsi que les serveurs utilisés si cela est possible. Grâce à l'ensemble de ces données, les cybercriminels peuvent procéder au détournement de trafics vers des appareils à qui ils vont usurper les signatures. Dans ce vol de data, les données personnelles comme les mots de passe et autres identifiants de connexion sont concernés.


Méthode 3 : Le Sniffing


Sniffing Yahoo! mot de passe

On peut l'appeler aussi reniflement de paquets en français. C'est une pratique qui consiste à surveiller et à capturer l'ensemble des paquets de données qui transitent sur un réseau grâce à des programmes informatiques et matériels conçus spécialement à cet effet. Cette méthode permet à un pirate informatique de pouvoir espionner et même d’accéder à un réseau informatique dans son ensemble depuis son emplacement. Bien évidemment de telles possibilités peuvent avoir pour conséquence immédiate le vol de données sensibles, à savoir des mots de passe. Il ne s’agit pas uniquement de mot de passe. En plus de vos identifiants de connexion, l'activité de vos appareils informatiques pourra être espionnée et vos communications détournées.

Comment le hacker procède-t-il pour réaliser son sniffing ?

Il faut procéder par plusieurs étapes. Au commencement, le hacker doit connecter son terminal informatique à un port de commutation. La deuxième étape consistera à utiliser des outils de découvertes qui lui permettront de savoir quel type de réseau il compte cibler. Une fois l'analyse terminée, il essaie de trouver un moyen d'attaquer directement sa victime. Pour cela il va empoisonner, grâce à un programme malveillant, le terminal informatique de sa cible. Particulièrement à travers l'usurpation du ARP. S'il réussit cette étape, l'ensemble du trafic qui est en principe destiné à la machine de sa cible sera détourné par lui. Le hacker n’aura plus qu’à simplement collecter les données qui l'intéressent.


Méthode 4 : L'écoute téléphonique


Ecoute téléphonique piratage de mots de passe

De façon terre à terre, c'est une manière de surveiller la conversation téléphonique d'une autre personne à travers les différents outils qu'utilisent les victimes. Cela peut être à la fois une communication téléphonique ou bien une communication par Internet. Dans le contexte de piratage informatique, les cybermalveillants vont utiliser des appareils d'écoutes ou des logiciels espions qui seront directement connectés au circuit du réseau ciblé. Dans le but d'intercepter des données, il doit enregistrer toutes les informations qu'il va intercepter et enregistrer tout ce flux de données entre la cible et son hôte. Il faut noter que la technique de l'écoute téléphonique peut avoir deux variantes :

  • L'écoute active qui va consister à surveiller mais aussi à enregistrer, modifier et corrompre les données qui sont issues de la communication de la victime.
  • L'écoute passive qui va seulement se contenter de la surveillance et de l'enregistrement des informations ainsi que leur collecte pour des utilisations ultérieures.

Méthode 5 : L'usurpation d'identité


Usurpation d'identité Yahoo!

Une bonne technique de malveillance qui consiste à créer un compte Yahoo! similaire au vôtre. Le pirate informatique va collecter des informations sur vous pour que son compte ait l'air véritablement légitime. Son compte sera équivalent au vôtre à quelques modifications orthographiques près. Il pourra tromper votre vigilance et celle de vos contacts et de vos connaissances. Cela est très contrariant car le hacker pourra les contacter et leur faire croire qu’il a perdu l'accès à son compte Yahoo!. Si l'un de ses amis détient un mail de récupération, vous pouvez imaginer que dans votre dos, vous perdrez immédiatement le contrôle de votre compte Yahoo!.


Méthode 6 : L'usurpation du protocole IRDP


Usurpation protocole IRDP

L'IRDP (ICMP Router Discovery Protocol) est un protocole de routeur qui permet à un terminal hôte de mettre en évidence les adresses IP de routeurs actifs après avoir capté les messages de sollicitations de ces terminaux informatique au travers de leur réseau.

Dans cette situation les pirates informatiques ont découvert une possibilité de pouvoir usurper l'hôte. Leur technique consiste tout simplement à envoyer un message d’avertissement grâce à un routeur IRDP qui a été usurpé depuis un terminal hôte de sous-réseau. Ils peuvent donc changer les routeurs par défaut en précisant celui que le pirate informatique a décidé. Dans cette condition, ces derniers pourront simplement collecter les données qui vont transiter via ce terminal.


Méthode 7 : L'exploit Zéro Clique


Exploit Zéro Clique Yahoo mot de passe

Lorsque nous disposons d'un appareil informatique, il y a bien une information que nous n'avons pas ou que nous négligeons constamment : la réalité et la persistance des failles de sécurité. Les failles de sécurité sont des défauts de conception inhérents à tous les appareils et logiciels informatiques. En d'autres termes, il n'existe pas d'appareil informatique ni de programmes informatiques sans faille de sécurité. C'est d'ailleurs pour cette raison que les constructeurs et les éditeurs d'application font toujours de leur mieux pour proposer des mises à jour qui corrigent ces défauts de conception. C'est une chose essentielle à comprendre en tant qu'utilisateur de service numérique. Les failles de sécurité sont dangereuses puisque les pirates informatiques peuvent les utiliser pour nous pirater au quotidien. Comme il s’agit de défauts de conceptions, ces vulnérabilités sont utilisées pour contourner les politiques de sécurité que nous déployons dans nos smartphones, ordinateurs et tablettes. A noter que les failles les plus dangereuses sont les exploits Zéro Clique. Les failles Zéro Clique sont utilisées pour qualifier une pratique de cyber malveillance qui consiste à infecter, corrompre, espionner, détruire un appareil informatique à distance à l'insu de son utilisateur sans même que ce dernier n'est à faire quoi que ce soit. En d'autres termes, c'est l'attaque informatique ultime qui se fait dans le silence absolu et dans l'invisibilité totale. Vous pouvez être infecté par un logiciel espion ou tout autre programme informatique malveillant grâce à un exploit Zéro Clique sans même que vous ne le sachiez.


Méthode 8 : Le vol de mot de passe via les navigateurs


Vol de mot de passe navigateur Yahoo!

Il n'est pas rare que les utilisateurs utilisent leur navigateur Google Chrome ou Microsoft Edge pour se connecter à leur compte Yahoo!. Lors de ces connexions, il nous est souvent proposé d'enregistrer les mots de passe. Parfois l'enregistrement se fait de manière automatique. Cette fonctionnalité est assez pratique car elle s’assure qu’à la prochaine connexion, l'utilisateur n'aura plus à perdre de temps en saisissant ses mêmes identifiants de connexion. Cependant il y a un souci avec l'utilisation de telles méthodes. En effet, les mots de passe ne sont pas véritablement sécurisés sur ces navigateurs. Malheureusement, à chaque fois que vous enregistrez votre mot de passe sur un navigateur, celui-ci est stocké directement sans aucune protection ou cryptage. Par ailleurs, si une personne arrive à accéder à votre terminal informatique et à votre navigateur, il sera assez facile pour cette dernière de récupérer votre identifiant sans fournir de gros efforts.


Méthode 9 : Botnet


Botnet hacker yahoo! mot de passe

Un botnet est l'ensemble de programmes informatiques (ordinateurs, smartphones, objets connectés…) qui ont été connectés entre eux grâce à un programme malveillant qui les contrôle à distance permettant de réaliser des tâches précises. Le mot botnet tire la source de l'expression anglophone « roBOT NETwork ». En français, il est connu sous l'appellation de « Zombies » ou de « réseaux de zombies ».

Pourquoi une liaison par programme malveillant ?

Le fait de relier suffisamment d'appareils entre eux permet aux pirates informatiques de générer suffisamment de puissances de calcul pouvant les aider à réaliser des attaques informatiques d'ampleurs considérable. Le plus souvent les cybercriminels derrière les botnets sont très populaires et connus pour être la cause de cyberattaque très impactant.

Lorsqu'un appareil informatique est infecté par un réseau de zombies, il peut être utilisé de différentes manières par les hackers. À savoir :

  • Installer des programmes informatiques :
    • C'est certainement l'une des premières choses que fait un pirate informatique lorsqu'il arrive à infecter un appareil informatique par son programme malveillant. Grâce à cela, il est sûr qu'il peut revenir sur l'appareil contaminé même si le botnet a été découvert. Le plus souvent les botnets sont des chevaux de Troie.

  • Infecter d’autres terminaux :
    • Une fois qu'un ordinateur ou un objet connecté est contaminé, l'objectif suivant des hackers est d'étendre le plus possible le réseau de machines infectées. Chaque appareil informatique contaminé dans le réseau peut être à son tour à l’origine de la propagation du virus vers d'autres appareils. Pour ce faire, le programme malveillant va essayer d'utiliser des failles de sécurité. C'est pourquoi le plus souvent les botnets se répandent plus facilement sur les mêmes types d'appareils car ceux-ci partagent les mêmes vulnérabilités.

  • Manipuler à distance :
    • Les opérateurs derrière les réseaux de zombies peuvent utiliser les appareils contaminés pour réaliser d'autres actions à grande échelle, particulièrement des campagnes de phishing et de minage de crypto-monnaies.

  • Espionner les propriétaires des terminaux :
    • L'accès dont dispose le programme malveillant au système de la victime est tellement vaste qu’il est évident que les hackers ont profité de cette situation pour espionner ce dernier et tout savoir exactement sur sa vie privée. Ces informations peuvent être utiles et utilisées plus tard.

  • Collecter des données :
    • Cette éventualité est une évidence après les possibilités que nous avons mentionnées plus haut. Quand on parle d'espionnage, on parle forcément de collectes d'informations personnelles et professionnelles. Si vous êtes victime de ce genre de chose, vos informations sont certainement à la merci des hackers.

Comment protéger son compte Yahoo! ?


Protéger compte Yahoo! sécurité

Après avoir pris connaissance de toutes ses techniques de crackage, il faut chercher à mieux protéger son compte Yahoo!.

La sécurité s'impose alors. Le problème qui se pose le plus dans ce contexte est de savoir quelles sont les meilleures pratiques pour améliorer votre sécurité. Il faut savoir que tout réside dans la discipline. Utiliser un compte en ligne signifie être constamment sur le qui-vive, avoir les dernières informations sur l'évolution de la cyber malveillance et sur les méthodes nécessaires pour les contrer. Avant tout cela, voici quelques bases :

  • La protection physique de votre appareil informatique doit être au top :
    • En effet, tout le monde ne doit pas pouvoir accéder facilement à votre appareil informatique et l'utiliser sans votre consentement ou à votre insu. La base de la cybersécurité est la protection physique du terminal informatique. Votre ordinateur, votre smartphone ou votre tablette doivent être le plus inaccessibles possible pour d'autres personnes. Dans la mesure d'une utilisation étrangère, il est nécessaire que vous soyez vigilant et que vous ayez à déployer des mesures de sécurité qui répondent à ce besoin. De plus, il est fortement recommandé de verrouiller l'accès à votre appareil. Utilisez un mot de passe de préférence ou une solution biométrique telle que l'empreinte digitale ou la reconnaissance faciale. Par chance, presque tous les appareils informatiques en circulation proposent des mesures de sécurité similaires.

  • Utiliser un antivirus est recommandée :
    • Les logiciels malveillants circulent de partout. À chaque fois que vous accédez à un site internet, à chaque fois que vous cliquez sur un lien ou sur un onglet, à chaque fois que vous utilisez un périphérique externe, vous courez le risque d'être contaminé par un logiciel malveillant. Si tous ces programmes ne sont pas efficaces, il faut quand même mentionner que certaines peuvent causer énormément de dégâts. Par conséquent, utiliser un antivirus réduit la menace. Ces programmes peuvent vous aider à détecter les virus et les actions malveillantes exercées directement par des hackers chevronnés. De plus, les offres de programmes antivirus sont nombreuses. Il existe des logiciels de protection antivirus adaptés à tous les budgets. Il en existe des gratuits aussi.

  • L'exécution des mises à jour doit être en priorité :
    • Les mises à jour proposent des correctifs de sécurité. Ces correctifs ont pour objectif de combler les défauts de conception dont nous vous avons parlé plus haut. Ces vulnérabilités sont réelles et leurs utilisations persistantes. Suite à l'affaire Pegasus après la révélation de Forbidden Stories (un consortium de médias internationaux), nous avons appris que des failles de sécurité de type 0 Day étaient utilisées dans la propagation du célèbre logiciel espion Pegasus. Cette situation a mis en évidence les dangers que représentent les failles de sécurité et le fait qu'elles ne soient pas corrigées à temps. Par conséquent, à chaque fois que vous retardez une mise à jour, considérez-vous en danger.

  • L'activation de l'authentification à double facteur est un incontournable :
    • Utiliser la double authentification aujourd'hui est devenu presque incontournable dans chaque système de connexion. Si l'authentification à double facteur connait un succès indéniable, c'est sûrement que nous avons pu constater que les mots de passe ne suffisent plus pour se protéger. Les hackers redoublent constamment de génie pour trouver des moyens qui leur permettront de cracker les mots de passe. Alors il est important d'employer cette nouvelle couche de sécurité. Yahoo! propose cette fonctionnalité. Si vous ne l'avez pas encore activée, il est important que vous le fassiez dès maintenant.

  • Un mot de passe solide doit être formé :
    • Le mot de passe doit être le plus solidement formulé. La présence de l'authentification à double facteur ne doit pas pousser les utilisateurs à négliger la nature de leur mot de passe. Celui-ci demeure le premier obstacle qui s'oppose au piratage informatique. L'objectif est de ne pas faciliter la tâche aux pirates informatiques, peu importe ses compétences. Si vous avez du mal à constituer des mots de passe forts, vous pouvez tout simplement utiliser des générateurs de mots de passe. Ces programmes informatiques vous aideront à trouver des identifiants solides. Par ailleurs, il faut mentionner une dernière astuce. N'utilisez pas le même mot de passe sur plusieurs comptes en ligne. Car aucun utilisateur n'est à l'abri d'une fuite de données des plateformes web que nous visitons. Cela a pour conséquence immédiate de vous exposer grandement. Si vous avez peur d'oublier vos identifiants en utilisant plusieurs mots de passe sur plusieurs comptes, il existe aussi des gestionnaires de mots de passe qui stockent vos identifiants et vous permettent de les utiliser en seulement quelques clics et en toute sécurité.

  • Ne pas utiliser d’ordinateurs publics pour se connecter :
    • Il est important de prendre cette mesure de sécurité au sérieux. Les ordinateurs publics sont de véritables sources de programmes malveillants et de vulnérabilités. Faites en sorte de ne pas être contraint de les utiliser car vous ne pouvez pas savoir qui a pu faire quoi et à quel moment. Cela concerne particulièrement les ordinateurs utilisés de manière commune en famille, dans les services ou encore dans les cybercafés.