Pirater un code d'accès WiFi

Surfer partout où vous voulez...

Comment pirater un code d'accès WiFi ?

Il n’y a pas de doute là-dessus, le piratage fait peur !

La plupart des utilisateurs ne sont pas au courant que cela est un problème et cela fait encore plus peur ! Même s’ils se croient en sécurité, les réseaux de connexions WiFi n’ont jamais été autant dans le collimateur des hackers. En effet, même avec une bonne protection, les pirates peuvent capturer les ondes et décrypter la clé WiFi.

Ces dernières années, le piratage WiFi est de plus en plus fréquent. Pourquoi ? Parce que de plus en plus d’utilisateurs souhaitent accéder à Internet librement sans avoir à payer. C’est la première excuse que vous sortira un hacker. En réalité, ce piratage cache bien d’autres choses... En effet, pirater un WiFi est la première étape de dissimulation de sa véritable identité. En se connectant sur le réseau de quelqu’un d’autre, il est protégé et il sera difficile de prouver que c’est lui qui a enfreint la loi.

Généralement, les hackers font du commerce illégal sur Internet, téléchargent des films, de la musique et font leur vie sur le Dark Web ou des forums privés.

Ils pourraient utiliser un serveur VPN anonyme, mais cela nécessite une inscription préalable avec relevé d’identité... alors pourquoi prendre de tels risques quand on peut pirater le WiFi du voisin par exemple ?

Il n'est pas rare que le WiFi soit ciblé par des personnes qui souhaitent s'y connecter. En effet, le WiFi peut être attaqué pour différentes raisons telles qu’obtenir la connexion Internet gratuitement ou infecter l'ensemble du réseau dans le but de voler des données et de surveiller le trafic. Peu importe le contexte, les pirates informatiques redoublent toujours d'effort.

Voici quelques techniques qui sont utilisées pour retrouver l'accès aux réseaux WiFi :


PASS WIFI


Trouver le mot de passe des comptes WiFi
Voici comment pirater un
WIFI avec PASS WIFI.

Comme vous l’avez sûrement remarqué, les techniques de piratages du WiFi sans utiliser de logiciels sont généralement réservées à des personnes ayant d’excellentes compétences en hacking. Alors si vous êtes un débutant, vous avez besoin d’une application qui peut vous faciliter la tâche. PASS WIFI a été conçu par des spécialistes en sécurité informatique. Il est fiable, il est pratique et il est facilement accessible à tous. Tout ce que vous avez à faire est de l’obtenir depuis son site officiel.

Pour se connecter au réseau de leur victime, les hackers utilisent PASS WIFI. Ce logiciel permet de décrypter en temps réel toutes les connexions réseaux.

Comment fonctionne PASS WIFI ?

Suivez simplement ces trois étapes :

  1. Télécharger et installer PASS WIFI.
  2. Lancer la recherche de réseau WiFi avec PASS WIFI (il vous permettra de trouver les hotspots et routeurs environnant).
  3. Sélectionner le réseau WiFi de votre choix. L’application fera le reste, vous pourrez vous connecter sans trop fournir d’effort.

Une fois lancée, PASS WIFI scanne les réseaux disponibles et affiche le mot de passe de chaque routeur en quelques minutes. Vous pouvez utiliser PASS WIFI sur vos appareils informatiques habituels. Ce qui signifie que vous pouvez l’installer sur votre ordinateur, votre smartphone et votre tablette.

Ce n'est pas de tout ! Vous disposez d'un mois d’essai dès votre installation. À l'issue de cette période, vous êtes soit satisfait, soit remboursé.

Téléchargez PASS WIFI depuis ce lien : https://www.passwordrevelator.net/fr/passwifi


L'utilisation du bouton WPS


bouton routeur WPS hacker WiFi

Le WPS pour Wireless Protected Setup (Configuration protégée sans fil) est un paramétrage qui se trouve sur presque tous les routeurs, mais aussi sur d'autres appareils informatiques comme les imprimantes....

Pour l'activer il suffit juste d'appuyer sur le bouton qui lui est dédié. Une fois que vous avez appuyé sur le bouton, votre terminal informatique va afficher le réseau sans fil qui est disponible. Il y a l'éventualité où il sera demandé un code de sécurité à huit chiffres. Vous pouvez utiliser le code PIN par défaut qui se trouve dans le manuel de configuration du WPS. Il peut même arriver que le code PIN en question soit mentionné à l'arrière du routeur. Le code PIN peut prendre la place du mot de passe d'accès de base. Dans la mesure où vous ne pouvez pas accéder au code PIN physiquement derrière le routeur ou par le manuel de configuration, vous pouvez utiliser l'attaque par force brute car ce dernier est facile à craquer. Ensuite il ne vous reste plus qu’à vous connecter très facilement à ce routeur et commencer la navigation sur Internet.


Les techniques de partage d'identifiants via smartphone


Partager code WiFi

Le plus souvent dans nos téléphones, sans même s'en rendre compte, nous avons des bases de données d’identifiants de connexion à des points d'accès WiFi un peu partout où nous allons. Que ce soit dans un espace publique ou dans un espace privé, lorsqu'on se connecte à un WiFi, qu'il soit protégé ou non, notre smartphone à la possibilité d'enregistrer ce réseau WiFi pour faciliter une nouvelle connexion. Dans un élan de solidarité, il peut arriver qu'un utilisateur qui a déjà réussi à se connecter à un routeur WiFi partage les identifiants de connexion enregistrés par son smartphone. Ce partage de données peut être fait via des applications, qui sont accessibles à tous ou via un QR code qui peut être généré par n'importe quel téléphone Android.

L'invite des commandes :

Il est possible de pirater le mot de passe d'un WiFi sans internet. À condition bien sûr d'avoir accès à un terminal informatique qui a déjà été au moins une fois connecté à celui-ci. Lorsqu'il s'agit par exemple un appareil sous Windows, voici ce qu'il faut faire :

  • Accéder à l'outil « Invite de commandes » en utilisant le mode Administrateur. En cliquant sur le bouton droit de votre souris, vous devez choisir « Exécuter en tant qu’administrateur ».
  • Saisir ensuite la commande suivante : « netsh wlan show profile name= vpn mag fr key=clear | findstr Key ».
  • Cliquer sur entrer. Le mot de passe du WiFi apparaît en clair dans la partie dénommée « Contenu clé ».
  • Enfin, changer « vpn mag fr » par le nom de votre réseau « SSID » du point d’accès WiFi qui est ciblé par la manœuvre.

Lorsque la manœuvre est initiée sur un appareil qui fonctionne sous Mac OS :

  1. Ouvrir le terminal.
  2. Saisir ensuite cette commande : « security find-generic-password -wa vpnmag.fr ».
  3. Il vous sera demandé de vous authentifier. Pour cela, utiliser simplement le nom d'utilisateur et le mot de passe que vous utilisez pour le Mac.
  4. Cliquer sur l'onglet OK. Vous verrez apparaître le mot de passe de manière claire.

Fuite de données


Fuite de données piratage WiFi

Les Data Leaks sont des choses courantes dans le domaine du numérique. Nul n'est à l'abri de ce problème. En particulier les grosses plateformes web ou les fournisseurs d'accès à Internet. On parle généralement de fuite de données lorsqu' une organisation perd le contrôle des informations qui sont sous sa responsabilité. Dans le milieu du tout numérique, les fuites de données se manifestent par la publication d'information personnelle, souvent confidentielle sur le web. Permettant ainsi à des personnes, qui à l'origine n'en n'ont pas le droit, d'y accéder. Il se peut que le fournisseur d'accès à internet de la personne ciblée soit par exemple victime d'une fuite de données. Dans ce contexte, récolter des données et les filtrer peuvent apporter beaucoup d'avantages. C'est d'ailleurs ce que font les hackers. Ils recherchent ce type de base de données disponibles en ligne :

  • Ils les filtrent pour seulement garder les identifiants de connexion.
  • Ils les compilent dans des blocs qu'ils appellent dictionnaire. L'objectif sera alors de lancer l'attaque au dictionnaire, une variante de l'attaque par force brute. Une technique qui va utiliser un script de recherche automatisé pour déterminer lequel des identifiants de connexion compilés est le bon. Cette technique fonctionne bel et bien.

Le Keylogger


Piratage Keylogger WiFi

L'enregistreur de frappes connu sous l'appellation classique de Keylogger est un logiciel utilisé pour voler des données saisies sur un clavier. Lorsque l'appareil informatique est infecté par ce programme malveillant, il devient absolument vulnérable à ce genre de collecte d'informations. Contrairement au cheval de Troie ou au logiciel espion classique, l'enregistreur de frappe ne surveille pas le trafic global de l'appareil contaminé. Il se contente juste de collecter tout ce que l'individu ciblé va saisir sur le clavier de son terminal. Par exemple, si ce dernier tape des mots de passe ou des identifiants de connexion pour son WiFi, le hacker n'a tout simplement qu'à les récupérer. Comment le hacker fait pour installer un enregistreur de frappe sur un terminal dont il n’a pas accès ? Il va procéder de plusieurs manières possibles :

  • En utilisant la technique de l'hameçonnage ou le social engineering dans le but de collecter des données et pousser l'utilisateur à installer lui-même l’application sur son appareil. Effectivement, il n'est pas rare, que nous soyons nous-même responsable du piratage dans ce contexte. Il se peut qu'en cliquant sur un lien ou en voulant peut-être par curiosité essayer une application, nous l'installions nous-mêmes sur notre terminal.

  • Par le téléchargement furtif, connu en anglais sous l'appellation du Drive by Download ou encore Drive by Install, cette technique est connue en français par la dénomination de téléchargement à la dérobée. Elle consiste à pousser l'utilisateur à installer de manière involontaire un logiciel depuis un site web particulier. Le plus souvent c'est un téléchargement qui a été autorisé par l'utilisateur sans même qu'il ne se rende compte des conséquences de ce qu'il est en train de faire. Cela survient souvent lorsque l'utilisateur visite soit un site web malveillant, soit lorsqu'il ouvre un courrier électronique reçu. Il survient aussi si ce dernier clique par inadvertance ou volontairement sur un pop-up qui apparaît sur l'écran de son terminal. Il est aussi possible pour les hackers d'initier un téléchargement à la dérobée en exploitant les failles de sécurité présentes dans le navigateur utilisé par la cible où l'utilisateur en général.

  • Avec une installation manuelle, effectivement, on oublie beaucoup cet aspect, mais il est possible que le hacker installe manuellement le logiciel malveillant sur appareil informatique ciblé. Du moins si l'accès lui est facilité.

  • Les failles de sécurité sont aussi une possibilité qui peut permettre aux hackers de pouvoir installer leur logiciel malveillant. Une faille de sécurité est un défaut de conception qui est présent dans tous les appareils informatiques ou dans tous les logiciels que nous utilisons au quotidien. Il en existe de toutes sortes, en particulier les plus dangereuses sont les exploits 0 Day. Ce sont des défauts de conception qui n'ont pas été découverts ou sont inconnus par les concepteurs de l'appareil informatique ou du logiciel. Ce qui permet aux hackers qui les découvrent de pouvoir les exploiter au détriment des utilisateurs et à leur insu.

Le cheval de Troie


Piratage WiFi avec un cheval de Troie

Nous sommes ici dans un piratage classique. Les chevaux de Troie sont des programmes informatiques qui sont les plus utilisés au monde. Les plus célèbres sont notamment « Emotet » et « Trickbot ». Le Trojan (cheval de Troie) est connu pour sa capacité à se dissimuler derrière des applications légitimes. Les victimes de chevaux de Troie sont malheureusement contaminées même lorsqu'ils téléchargent des applications sur des boutiques officielles telles que Play Store ou App Store. Un cheval de Troie n'a pas la même composition qu'un logiciel malveillant classique. Il peut être dissimulé derrière la calculatrice par exemple ou un logiciel de traitement d'image. Mais en plus de cela, il permet à son opérateur d'effectuer plusieurs choses à la fois. Par exemple :

  • Installer des codes malveillants sur le terminal infecté :
    • Ce qui permet aux pirates informatiques de toujours pouvoir continuer ses méfaits.
  • Surveiller l'ensemble du trafic sur le terminal infecté :
    • Effectivement, nous sommes dans un contexte où l'objectif et l'espionnage sont la surveillance. Le cheval de Troie permet alors de pouvoir avoir un œil sur tout ce qu’il se passe sur l'appareil infecté.
  • Collecter des données :
    • Bien évidemment le cheval de Troie permet de collecter suffisamment de données pour savoir comment pirater le WiFi ciblé.

Le Spyware


Spyware sur un smartphone

Le spyware en français logiciel espion ou espiogiciel est justement ce que son nom l'indique un programme informatique typiquement conçu dans le but d'espionner. Par espionner, nous faisons allusion au fait que le logiciel espion permet de surveiller l'ensemble des activités sur un smartphone ou ordinateur ou même une tablette. Il peut s'agir aussi d'un réseau informatique de façon globale. Les logiciels espions de nos jours prolifèrent. Il en existe aujourd'hui de toutes sortes. Il existe même des versions adaptées qui peuvent être utilisées par des personnes non initiées au piratage informatique. Les logiciels espions sont très discrets et peuvent s’acheter en ligne sous de fausses appellations. Elles permettent de surveiller l’activité complète de l’utilisateur et donc de savoir tout ce qu’elle fait. Cela permet donc au pirate de savoir toutes vos données confidentielles. Même si le Spyware ne peut pas se comparer aux chevaux de Troie, il a cependant le mérite d'être facilement utilisable et contrôlable. Pour résumer, grâce au logiciel espion vous aurez l'opportunité de pouvoir récolter des données qui transitent via le terminal infecté. Bien évidemment on peut compter parmi ces données, les codes d'accès WiFi.


Comment protéger son réseau WiFi ?


La protection du réseau WiFi commence tout d'abord par sa détection. Bien évidemment, pour qu’une personne décide par exemple de pirater un réseau WiFi, il doit nécessairement savoir son existence. Dans ce contexte, pourquoi ne pas rendre indétectable votre Hotspot WiFi ? Naturellement cela aura des inconvénients qui ne sont que superficiels. En effet, en rendant indétectable votre WiFi personne d’autre ne pourra savoir qu’il existe et donc chercher à s’y connecter. De votre côté, ce que vous aurez à faire, c’est évidemment saisir manuellement le nom du WiFi pour vous connecter. Et comme c'est vous qui choisissez le nom en question, une telle situation n’est pas censée poser un véritable problème.

La seconde consigne pour vous protéger, va consister essentiellement à changer le mot de passe par défaut du WiFi. Si ce comportement légitime vous semble normal, nous avons beaucoup d’utilisateurs qui ne prennent pas la peine de modifier le mot de passe d’origine. Pourtant, ce sont des mots de passe qui sont génériques à tous les routeurs WiFi du constructeur. Ce qui signifie que n’importe qui peut le savoir et en profiter à votre insu. En changeant le mot de passe, privilégiez des phrases au lieu d’une combinaison de lettres et de chiffres. Les combinaisons de lettres aléatoires sont dorénavant faciles à cracker grâce à l’attaque par force brute. Quand il s’agit de phrases cela prend plus de temps aux pirates pour les déchiffrer.

En troisième position, assurez-vous que la technique de chiffrement du WiFi est activée. En effet, il existe trois types de chiffrement utilisés pour protéger le réseau WiFi, soit :

  • Le WEP pour « Wired Equivalent Privacy ».
  • Le WAP 1, 2 et 3 pour « WiFi Protected Access ».
  • L’AES pour « Advanced Encryption Standard ».

Si vous en avez l’opportunité, installez le chiffrement WPA2. En effet, il est le plus sécurisé. Le WEP qui lui est installé par défaut est malheureusement peu efficace pour nous protéger. Les hackers ont déjà trouvé des Techniques pour pirater le WiFi en seulement quelques minutes. Par conséquent, lors de l’achat de votre routeur ou de votre Hotspot WiFi, assurez-vous de pouvoir choisir celui qui vous permettra de déterminer la Technique de chiffrement susceptible de vous accorder plus de sécurité.

Il est important de contrôler de temps en temps les connexions sur son réseau domestique ou professionnel. En outre, vous devez procéder à un filtrage par adresse MAC. Il existe aujourd’hui les routeurs WiFi qui permettent de déterminer à l’avance les adresses MAC autorisées à se connecter. Pour savoir si quelqu’un est connecté sur votre réseau, il suffit de vous rendre sur l’interface de votre box et d’afficher tous les périphériques connectés. Si vous voyez un ordinateur ou un smartphone qui n’a pas lieu d’être, alors c’est qu’un pirate s’est connecté sur votre box. Pas de panique, pour le bloquer, vous pouvez soit entrer son adresse MAC ou faire un clic droit sur le périphérique en question et le bloquer. Comme on le sait, l’adresse MAC est unique à chaque appareil. Avec une telle configuration, il est bien évidemment possible de choisir quel type d’appareil a le droit de se connecter à votre réseau WiFi.

Par ailleurs, il faudrait changer souvent le mot de passe. En effet, personne n’est à l’abri d’une fuite de données pouvant exposer votre mot de passe. Changer régulièrement son mot de passe est une tâche pénible mais si vous ne le faites pas, cela donnera l’avantage à celui qui récupérera les informations de les utiliser contre vous. De plus, il y a un aspect que vous oubliez certainement, le fait de permettre à des proches de se connecter à votre WiFi. Dans de telles conditions, ces personnes peuvent partager le mot de passe ou même se faire pirater.

Pour finir, il est essentiel que vous soyez discipliné dans votre manière d'utiliser votre réseau WiFi. Peu importe les mesures que vous avez déployées, cela ne sert à rien si votre réseau WiFi est rempli de failles de sécurité.