Sommes nous protéger contre le piratage informatique avec un VPN ?

Selon une étude menée par l’Institut National de la Consommation durant le mois de juillet 2020, la quasi-totalité soit 90% des internautes été au moins une fois victime de faits liés à la cybermalveillance.

Avec la pandémie à coronavirus, il faut reconnaître que cette situation ne s’est pas du tout amélioré.

De ce fait, pour lutter au mieux contre la cybercriminalité grandissante, certains outils ont commencé à être beaucoup plus populaire à l’instar des VPN.

Cet article va aussi vous intéresser : 3 VPN « favoris des cybercriminels » fermé par les autorités

Parmi les actes de cybermalveillance qui ont été le plus observé, nous allons compter le sempiternel phishing.  Une technique ancienne qui consiste tout simplement à profiter de la naïveté de l’internaute pour le diriger vers une plate-forme où ses données seront dérobées. La technique est connue depuis très longtemps mais continue quand même de faire toujours autant mal. Et cela malgré les mises en garde incessantes.

Selon l’étude publié par l’Institut national de la consommation, 70 % des personnes interrogées ont déclaré avoir eu à faire au moins une fois dans leur vie à l’hameçonnage. Comme nous l’avons mentionné plus haut les pirates informatiques s’en servent pour voler les données peu importe la nature.

Les périodes les plus prisées par les cybercriminels pour développer cette pratique sont généralement les moments où les activités en ligne sont les plus optimisées. On parle notamment du Black Friday ou encore l’utilisation massive des services numériques dû au confinement. La plateforme cybermalveillance. Gouv.fr a détecté une multiplication des attaques de phishing durant la période de Black friday. Les entreprises dont l’identité a été le plus souvent usurpée en France sont:  La Poste, Chronopost, DPD, UPS ou Colissimo.

 « Ce type de message annonce qu’un colis doit être livré, mais qu’il reste à payer une somme d’argent pour le faire arriver à destination, avec bien souvent une mention indiquant qu’il ne faut pas tarder à effectuer le paiement. Pour effectuer ce paiement, la victime est invitée à cliquer sur un lien contenu dans le message qui la redirige vers un site Internet frauduleux », explique la plateforme cybermalveillance.gouv.fr. Elle souligne par ailleurs qu’il y avait des e-mails qui annonçaient des livraisons alors que ces mêmes emails contenaient des pièces jointes corrompues.

Maintenant qu’en est-il du VPN ?

Le réseau virtuel privé qui permet de chiffrer la connexion de l’internaute. Il crée un tunnel par lequel va transiter la connexion de l’internaute de sorte à le rendre anonyme d’une certaine manière. De la sorte, lorsque ce dernier utilise par exemple de WiFi gratuit.

« Un VPN empêche justement les pirates et les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) de consulter vos messages instantanés, l’historique de votre navigation, les informations relatives à votre carte de crédit, les téléchargements ou tout ce que vous envoyez sur un réseau. La connexion est privée et confidentielle. De ce fait, votre trafic Internet et vos données deviennent invulnérables aux diverses cybermenaces et vous pouvez travailler en toute sécurité. » explique la plateforme cybermalveillance. Gouv.fr.

Les outils de type VPN peuvent s’installer à la fois sur des ordinateurs ou encore sur des appareils mobiles tels que les tablettes tous les smartphones. Cependant il faut mentionner quelque chose de très important. Ils ne peuvent pas protéger l’utilisateur lorsque ce dernier télécharge de lui-même un logiciel malveillant et l’installe sur son terminal.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage