Black Friday et cybermalveillance

Avec la situation actuelle que traverse le monde avec la crise du covid-19, certains des événements annuels s’en trouvent affectés.

En France par exemple, l’événement qui est censé se tenir chaque novembre a été décalé à cause du confinement. Cependant, sur Internet, il est possible de trouver déjà des plans alléchants. Et c’est ce qui fait constater une explosion de vente en ligne depuis un certain moment, à cause particulièrement de la fermeture de plusieurs commerces physiques. Cependant il faudra faire très attention. Car cette période de soldes et de vente massives en ligne se présentent comme une opportunité pour les pirates informatiques, qui vient sur ne manque jamais de telle opportunité pour multiplier leurs actes de cybermalveillance.

Cet article va aussi vous intéresser : Où est le point commun entre le Black Friday et la cybersécurité ?

Le 18 novembre dernier, la société spécialisée dans la sécurité informatique Checkpoint, déclarait avoir fait une observation d’activité de pirates informatiques en hausse. L’observation s’est portée sur les 6 dernières semaines en particulier à l’approche de Black Friday. Une recrudescence des campagnes d’hameçonnage a été mis en évidence par les chercheurs visant particulièrement les acheteurs. « Il y a des attaques de phishing toute l’année mais on observe une forte croissance durant ces périodes de promotions. Elles sont de plus en plus perfectionnées pour tromper la vigilance des victimes » souligne Jérôme Soyer, directeur technique européen de Varonis, une autre société spécialisée dans la détection des attaques informatiques.

Ces attaques informatiques sont des classiques en leur genre. En effet, les pirates informatiques se font passer pour des sites légitime, les marques ou des services habituels des consommateurs. Il incite le consommateur à leur fournir certaines informations sans qu’il ne s’en aperçoive. Il peut s’agir de données bancaires, déformation nominatif telle que des noms et prénoms, date de naissance etc. Une fois en possession de ces informations et leur est possible de les utiliser a des fin d’usurpation d’identité ou autre acte de cybermalveillance. « Elles peuvent prendre la forme d’un faux SMS de livraison de La Poste, Chronopost ou DHL, d’un faux mail de Microsoft ou Apple ou autre entités renommées. » explique Jérôme Soyer.

Pourtant il est assez simple de se protéger contre ce jour de cyberattaque. En effet de simples gestes basiques pourraient faire barrière. Il suffit d’être attentif aux fautes d’orthographe et de syntaxes, de la lenteur de site web ou des modifications au niveau de l’adresse URL.

Par ailleurs, il a longtemps été conseillé aux internautes de faire très attention aux offres trop alléchantes même si certaines ne pas sont assez bien élaborées pour tromper facilement. « Des attaquants utilisent ainsi régulièrement la méthode des sites dits « look alike ». Ils usurpent l’identité d’un domaine pour se faire passer pour un tiers respecté et inciter les victimes à cliquer sur un lien malveillant. » note le responsable de Varonis. Souvent il y a des imitations tellement réussi, qu’il est difficile de distinguer le vrai du faux. Par conséquent il faudrait être vigilant comme le précise Jérôme Soyer. Il est d’ailleurs conseillé de toujours s’assurer de la présence du cadenas qui justifie le l’utilisation d’un protocole HTTPS plus sécurisé. Chose qui manque beaucoup sur les sites usurpés par les cybercriminels. C’est une sorte d’identification permettant d’être sûr que le site est sécurisé et fiable.

Les promotions trop surréalistes doivent faire preuve de beaucoup d’analyse de la part de l’internaute car « on ne gagne pas des iPhone 12 comme ça grâce à un email ». Pour effectuer le moindre achat, il est conseillé de se rendre directement sur le site du service concerné. « Au moindre doute, il ne faut pas cliquer. Il ne faut jamais laisser des informations sur un site si l’on ne s’est pas assuré qu’il n’était pas fake », dit l’expert.

Un autre point essentiel, soit l’utilisation de moyens de paiement tel que PayPal ou Apple pay ou encore les paiements par cartes ban bancaires Visa. Les renseignements des informations bancaires doivent se faire le plus minutieusement possible. Vous devrez vous méfier lorsqu’il est nécessaire de fournir votre relevé d’identité bancaire. N’importe qui ne doit avoir accès à ces informations. Car récemment plusieurs arnaques au RIB ont été observées et sur plusieurs plateformes d’ailleurs.

Lorsque vous êtes victime d’un abus, n’hésitez pas d’informer immédiatement votre banque et le plus rapidement possible. Il y a aussi la plateforme gouvernementale permettant de prendre en charge les victimes d’arnaque en ligne et de faciliter les dépôts de plainte. Elles pourront vous mettre en contact avec des spécialistes en la matière pour résoudre votre problème.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage