La question de l’hameçonnage

On savait déjà que la pandémie du coronavirus avait rendu plus actifs les pirates informatiques.

Ces derniers voient une aubaine pour profiter au maximum, et lancer de plus en plus de campagne. Les experts de la sécurité informatique ont prévenu dès les débuts de cette pandémie, et même essayer de s’organiser pour aider au mieux qu’ils pouvaient. Ces derniers temps, il a été observé, une explosion de l’utilisation de la technique dite hameçonnage ou encore en anglais appeler phishing.

Cet article va aussi vous intéresser : Fragilisée par la pandémie du coronavirus, notre cybersécurité est vulnérable face à des virus, cette fois-ci, informatique

Une méthode de cybercriminalité la plus répandue au monde.  Selon la société de cybersécurité Barracuda Networks, il est à observer une augmentation substantielle de 667 % de l’usage de l’hameçonnage. Et cela a été remarqué à travers les mails envoyés ciblant n’importe qui portant généralement sur le thème du coronavirus.

Les institutions publiques et internationales ne sont pas dupes. Elles ont commencé déjà à prévenir l’ensemble des utilisateurs de potentielles attaques qui sont menées ou préparées sous le couvert de l’usurpation de leur identité. Par exemple, l’OMS de son côté à mise en garde toute personne malveillante utilisant son identité visuelle à des fins criminelles et promet des sanctions. Pôle emploi en France a averti : « de la circulation de courriels frauduleux dont l’émetteur se fait passer pour Pôle Emploi. Nos équipes mettent tout en œuvre pour préserver votre sécurité ». L’organisme ajoutera par la suite : « Les accès à votre espace personnel sont strictement confidentiels. Pôle emploi ne vous les demandera pas. Par ailleurs, supprimez toujours les courriels frauduleux sans y répondre. Si vous avez un doute sur un message, contactez votre conseiller ». La Caisse d’allocations familiales de son côté n’a pas manqué de réitérer ses mises en gardes contre « ceux qui abusent de la situation en usurpant l’identité de la Caf »

Ely de Travieso, président du Club de la sécurité et de l’information (Clusir), consultant en sécurité informatique de la CPME mettait en évidence : « Les pirates surfent notamment sur la très forte émotion suscitée, le stress provoqué mais également les nouvelles conditions de travail, dans un environnement technique pas toujours sécurisé. ». Il ajoutera par la suite : « Il y a une très forte augmentation des attaques virale autour du covid-19, qui suivent les zones les plus touchées par la pandémie : l’Asie, l’Italie, l’Est de la France et Paris… et la région très certainement. »

Que ce soit pour une attaque au rançongiciel, ou pour un potentiel vol de données, ces attaques informatiques seront initiées après plusieurs tentatives de phishing ou les cybercriminels auront réussi à infiltrer les réseaux ciblés. Et cela commence à être une tendance en Provence. Pour éviter, que les individus ne se prennent dans ce genre de pratiques trompeuses, Ely de Travieso recommande des clés de bonne hygiène numérique : « Il s’agit d’usages de bon sens et de prudence. Il est nécessaire de respecter quelques règles d’usage comme d’avoir un système informatique et une suite bureautique à jour. Ce sont des principes de précaution que tout le monde peut faire, sans aucun investissement, et qui correspondent au premier niveau d’hygiène informatique. Le deuxième est de modifier les mots de passe, car on fait entrer la vie professionnelle dans le cadre du domicile, et le troisième est d’être vigilant dans ses téléchargements de documents, car les cybercriminels savent très bien usurpés les institutions publiques, surtout dans ces moments où l’émotion est grande ! ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage