Lutter contre le piratage de réseau WiFi domestique : quelques méthodes pour y arriver

L’utilisation des réseaux wifi, à l’instar de plusieurs outils informatiques a connu un boom lors de la période du confinement général.

En effet, cela s’explique par le nombre très élevé d’employés, qui ont dû continuer leur service depuis chez eux par le biais du télétravail. De la sorte l’utilisation des réseau WiFi personnel, a commencé à attiser l’intérêt des cybercriminels qu’ils ont vu un moyen de pouvoir prendre d’assaut les systèmes informatiques d’entreprise qui se trouve alors exposer. Et cela est véritablement, une situation à suivre de près. En effet, les réseaux WiFi personnels sont rarement protégés comme il le faut. La possibilité de s’en servir comme levier pour atteindre le système informatique de l’entreprise peut s’avérer facilement jouable pour les cybercriminels.

Que ce soit au niveau des mots de passe, ou de la gestion des protocoles de sécurité, les vulnérabilités sont quasi courantes au niveau de l’utilisation des réseau wifi domestique. Un logiciel comme PASS WIFI est capable de pirater n’importe quel mot de passe WiFi le plus simplement possible : https://www.passwordrevelator.net/fr/passwifi.php.

C’est pour cette raison dans cet article, nous vous donnons quelques conseils à suivre pour améliorer la sécurité de votre réseau domestique WiFi

1) Comprendre le fonctionnement du piratage du WiFi

« Bien qu’il couvre de nombreux cas d’usage légitime, Airgeddon peut être utilisé pour mettre en œuvre diverses attaques simples, mais très efficaces, à l’encontre des réseaux WiFi. Pour accéder à un réseau WiFi à mot de passe faible, un pirate peut utiliser Airgeddon pour expulser l’utilisateur brièvement et obtenir un « handshake », c’est-à-dire une version hachée du mot de passe. Le pirate peut alors lancer une attaque par force brute pour découvrir le mot de passe. Dans ces circonstances, les réseaux à mot de passe faible constituent des proies faciles. Même les mots de passe forts ne protègent pas totalement contre l’ingénierie sociale. » nous explique Jérôme Soyer, Directeur avant-ventes Europe de l’Ouest chez Varonis. « Pour inciter le propriétaire d’un réseau WiFi à révéler directement un mot de passe, un pirate peut utiliser Airgeddon pour l’attirer vers une page de phishing. Pour ce faire, l’utilisateur est là aussi expulsé de son réseau, mais pendant une période plus longue afin de simuler une panne. Lorsqu’il constate qu’il ne peut plus se connecter à son réseau habituel, un autre réseau du même nom, qui ne nécessite aucun mot de passe pour se connecter, s’affiche dans la liste. Il s’agit d’un piège : ce faux réseau a été mis en place par le pirate pour donner l’impression que le routeur de la victime rencontre des problèmes. » ajoute-il.

De la sorte, lorsque l’utilisateur essaie de se connecter au réseau WiFi, une page de connexion se présentera à lui. Il sera demandé d’insérer le mot de passe de son réseau dans le but de redémarrer le routeur en effectuant une mise à jour. Par une certaine maîtrise, le pirate informatique à la mesure de faire une comparaison entre les mots de passe saisis et récoltés lors de précédent hameçonnage. Contrairement aux autres sites développés pour le phishing, celui-ci ne se contente pas de prendre toutes les données qui seront inspirés par l’utilisateur se limitant simplement comme mot de passe.

Après cette étape, le cybercriminel aura alors un accès illimité au réseau WiFi ciblé. Il pourra alors effectuer par ce biais toutes sortes d’opérations de son choix. Par exemple rediriger l’utilisateur vers des sites où ils pourront récolter davantage de données sur lui. Il peut aussi avoir accès à certains les appareils connectés du domicile de l’utilisateur tels que les caméras ou encore les haut-parleurs et autres.

2) Penser au chiffrement 

C’est l’une des alternatives de base pour contrer la cybercriminalité, à travers le réseau WiFi domestique. Il faut protéger ses équipements. Tout ce qui peut servir a fourni le réseau. Il est alors conseillé aux entreprises et aux télétravailleurs de procéder au verrouillage des fonctions les plus pratique de leur routeur, pour ce qui concerne en les utilisations et les accès à distance. Bien sûr ce sont des fonctionnalités qui peuvent ‘être désactiver, et cela sans que cela n’impacte véritablement l’utilisation du WiFi. Vous aurez une protection en plus tout en vous assurant que des personnes, non autorisées puissent s’en servir pour des actions non autorisées. Les incidents s’en trouveront facilement à éviter.

Dans ce contexte on évoque généralement la norme de chiffrage WPS, qui est généralement très vulnérable à certaines attaques informatiques telle que la force brute ou de type WPS pixie.

Dans une telle condition il est conseillé d’utiliser un réseau VPN pour protéger au mieux le trafic wifi domestique. En effet, une autre norme Wifi pose problème. Car les cybercriminels peuvent être en mesure d’acquérir certaines données d’utilisateur qui transitent en interne via le réseau wifi les déchiffrer et s’en servir pour des actions plus concrètes. « . Les VPN rendent la tâche plus difficile en chiffrant les requêtes DNS et autres informations qui pourraient être exploitées à des fins de phishing. ». Note Jérôme Soyer. « Si certains utilisateurs pensent que la création d’un réseau caché protégera leur WiFi des pirates, en réalité, celui-ci facilite le suivi d’appareils comme les smartphones. Ce type de réseau ne diffuse pas avant qu’un appareil ne s’y connecte : un appareil configuré doit constamment appeler le réseau WiFi pour s’y connecter. Les cybercriminels peuvent ainsi facilement tromper l’appareil configuré pour qu’il rejoigne un point d’accès malveillant ou le suivre d’un endroit à l’autre. », continue-t-il.

3) Gérer au mieux les mots de passe

 S’il y a une étape que les cybercriminels ne ratent jamais, c’est le vol de mot de passe. Car c’est généralement le premier moyen pour accéder facilement à un système faible. En d’autres termes si le mot de passe est faible, la sécurité l’est aussi. Et cela les pirates informatiques le savent. La composition de ses codes doit être faites avec le plus grand soin et sérieux possible. Utiliser si possible des générateurs et des gestionnaires de mot de passe. Cela rendra encore plus facile la tâche quant à la gestion de ses outils clés.

« S’il est simple pour les pirates d’accéder aux réseaux WiFi, il est tout aussi simple pour leurs propriétaires de les protéger. Les équipes informatiques et de sécurité peuvent contribuer à former les collaborateurs en télétravail à leur propre sécurité informatique et WiFi. Dans le cas contraire, le personnel risque de partager sa connexion WiFi domestique et même ses données – ainsi que celles de l’entreprise – avec des pirates qui n’utilisent rien de plus que du matériel et un peu de savoir-faire. » conclut Jérôme Soyer.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage