À combien vos données sur le Dark Web sont-elles vendues ?

À combien vos données sur le Dark Web sont-elles vendues ?

juin 10, 2022 Non Par admin

Comme son nom l’indique, le Dark web est certainement la partie la plus sombre d’Internet.

Il y a beaucoup de choses qui s’y passent, particulièrement la commercialisation de vos données qui sont collectées à votre insu. Qui dit Dark Web, dit souvent, pas toujours, bien évidemment des activités illégales. Et les données qui peuvent être dérobées sur le Web normal sont généralement commercialisées là-bas.

On s’est donc intéressé à savoir quel pourrait être le prix de ces informations. Jusqu’à combien un hacker est prêt à acheter une donnée provenant d’un internaute lambda ?

Il faut juste retenir que le marché des données personnelles est très juteux. Selon une étude réalisée par le fournisseur de réseau virtuel privé NordVPN, la commercialisation illicite de données personnelles, professionnelles, ou tout type rapporte environ 17,3 millions de dollars de revenus. Ce qui est de loin quelque chose d’assez impressionnant.

On peut comprendre alors pourquoi il est si courant, les activités de vols des données, de détournement de compte et tout type d’action d’espionnage en ligne. La récente étude publiée par Nordvpn met en évidence le fait que les pirates informatiques font énormément de bénéfices dans la vente de nos données qu’ils arrivent à dérober. Ces mêmes données qu’ils seront utilisées plus tard pour des activités malveillantes.

La société de VPN explique que les 17,3 millions de dollars qui ont été obtenus dans la commercialisation de nos données proviennent de 720 000 transactions réalisées sur le Dark web. Les transactions qui ont été réalisées après l’observation de 22 000 annonces passées sur le web.

Dans l’ensemble de ces transactions nordVPN a observé que :

– 43 % des données commercialisées sont des documents tels que les passeports ;

– 39 % sont relatives à des données financières comme des numéros de comptes bancaire ou de cartes de crédit ;

– 12 % sont des informations relatives à des comptes en ligne comme des comptes Twitch ;

– 6 % sont relatives à des courriers électroniques et des mots de passe.

De manière pratique, on peut être certain que toutes les données n’ont pas les mêmes prix sur le marché noir. Par exemple :

– Un compte bancaire de chez ING peut coûter en moyenne 3800 $ pièce, lorsqu’il provient de certains pays tels que la Slovaquie, la République tchèque ou la Lituanie.

– Un compte eBay coûte en moyenne 34 $ pièces ;

– Un ensemble de mails personnels d’origine Suisse par exemple coûte en moyenne 10 $ pièce.

On retient donc que le coût des données varie selon le pays de provenance et l’utilité de celles-ci.

« On peut aussi y voir l’influence malveillante potentielle qui découle de la prise. Ainsi, une adresse mail d’un électeur américain est très largement en tête par rapport aux autres pays dans le monde, car l’impact d’une campagne malicieuse en période d’élection, à l’instar de la présidentielle de 2016, est très fort aux États-Unis. », explique la société.

Un autre aspect de l’étude a mis aussi en évidence le fait que la France n’est pas l’un des pays dont les données coûtent cher sur le Dark Web.

De nos jours, les cybercriminels visent beaucoup plus les portefeuilles de crypto-monnaies. Et cela malgré le fait que le cours de ces monnaies cryptographiques est fortement en baisse ces jours-ci. Il faut juste noter que plus obtenir des données est plus difficile, plus la valeur de ces données est élevée. Cela s’explique notamment par le coût des adresses email commercialisées contre le coût de carte bancaire par exemple.

Les États-Unis est le pays dont les données coûtent le plus cher sur le Dark web. Derrière celui-ci se trouve la Suède qui domine principalement au niveau de la commercialisation des informations de connexion tel que les adresses email et le mot de passe. Ensuite vient la Biélorussie qui se classe quand même dans une bonne place avec un coût bien élevé des informations relatives aux comptes bancaires, aux cartes de crédit et au portefeuille de crypto.

Au niveau de la France, les données qui sont les plus appréciées sur le Dark Web sont relatives le plus souvent aux réseaux sociaux, au service de streaming et d’autres comptes en ligne. Cependant il n’y a que 57 types d’articles provenant de la France contre 120 qui viennent des États-Unis. Au niveau des adresses mail ou des mots de passe les articles commercialisés venant de la France sont seulement au nombre de 11. Alors qu’en Suède par exemple, on observe près de 127 articles commercialisés.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage