Les utilisateurs donnent trop d’autorisation aux applis

Récemment, le résultat d’une étude réalisée par la société russe de cybersécurité Kaspersky, a démontré une réalité assez choquante mais quand même bien réaliste.

L’étude a impliqué 15 000 consommateurs à travers le monde entier.  On peut retenir entre autres :

– 23 % des répondants soit un quart des personnes interrogées ont reconnue qu’ils donnaient plusieurs autorisation de manière systématique à l’application pour accéder à la caméra ou encore au micro. Ce chiffre représente à hauteur de 17 % pour les Français.

l’étude aussi a permis de démontrer une réelle prise de conscience suite à des campagnes aux campagnes de sensibilisation.

En effet :

– 59 % des répondants ont avoué craindre le fait d’être observé via leur webcam à leur insu. On observe 45 % France.

– 60 % au plan mondial et 47 % en France, des personnes interrogées ont peur d’être infectées par des logiciels malveillants.

On peut déduire par ces résultats que les utilisateurs ont peut-être développé une conscience à l’égard la protection beaucoup plus sérieuse de leurs outils numériques. Surtout dans une période où le travail à distance a beaucoup gagné en intensité.

Durant l’année 2020, il a beaucoup été utilisé certaines applications typiquement dédiées à la visioconférence. À l’instar de Microsoft Teams qui a vu son usage grimpé jusqu’à 894 % d’utilisations, seulement entre le mois de février et de juin 2020. « De nombreux fournisseurs de premier plan ont fait face à une augmentation inattendue de la demande, entraînant une pénurie quasi mondiale de webcams. Avec l’usage des technologies et applications de visioconférence dans le cadre professionnel, scolaire ou familial, il est compréhensible que les individus autorisent assez spontanément leurs applications à accéder à leur micro et à leur caméra. » explique la société russe sécurité informatique.

Selon son étude, 17 % des utilisateurs âgés entre 25 et 34 ans ont cette manie d’autoriser de manière automatique les demandes d’accès au micro et à la caméra. Pourtant 38 % des personnes interrogées âgées de 55 ans et plus ont affirmé qu’ils autorisent rarement les applications et autres services mobiles à accéder à leur micro et caméra.

En considération de la fréquence à laquelle les utilisateurs des services numériques ont tendance à autoriser au logiciel d’accéder à leur webcam ou leur micro interpelle sur les recommandations nécessaires en la matière.

En clair les utilisateurs doivent être vigilant. Avant d’accepter quoi que ce soit en terme d’autorisation, il doit au moins être sûr que cela est nécessaire pour le bon fonctionnement du service à utiliser. Dès l’instant que cela n’est pas justifiable et justifié, il faudrait alors éviter de donner les accès demandés.

Grâce à cette enquête réalisée par la société russe, on peut aussi retenir que l’utilisation des solutions de collaboration à distance se sont multipliées et deviennent des habitudes de consommation net en matière de numérique. Une situation fortement développée à cause de la pandémie à coronavirus, qui continue d’imposer les mesures de distanciation sociale et de confinement.

« Il est certain que de nombreuses personnes ne sont pas familières des mesures de protections informatiques et des protocoles de sécurité relatifs à l’utilisation des webcams. Cependant, nous observons aujourd’hui une sensibilisation accrue à la sécurité en ligne et aux menaces cyber potentielles. Cela conduit les utilisateurs à adopter une démarche préventive, par exemple en vérifiant les demandes d’accès des applications au micro et à la vidéo, avant d’en autoriser effectivement l’accès. Nous espérons également que cette prise de conscience des dangers cyber soit soutenue au sein des entreprises par la mise en place de formations de sensibilisation à la sécurité informatique. Et ce, alors que les dispositifs audio et vidéo sont de plus en plus utilisés dans le cadre du télétravail », a commenté Marina Titova, Responsable du marketing des produits de consommation chez Kaspersky.

Précisons à Juste titre que l’enquête de Kaspersky connue sous la présentation de « Consumer IT Security Risks Survey » a été réalisé entre le mois de septembre et octobre 2020. Pour se faire, 15070 consommateurs à travers le monde entier ont été interrogés. Il est possible d’avoir accès à ce rapport complet sur : Kaspersky Consumer IT Security Risks Report 2021.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage