Logiciels espions : Apple décide de lancer un outil de protection

Logiciels espions : Apple décide de lancer un outil de protection

juillet 17, 2022 Non Par admin

Depuis le scandale Pegasus, la sérénité du géant américain Apple a été ébranlée.

Effectivement, il fait face aujourd’hui à une montée en puissance de l’espionnage depuis ses appareils. Si Apple n’est pas la seule entreprise à avoir été affectée par la vague d’espionnage basée sur Pegasus, il n’en demeure pas moins que cela a quand même porté atteinte à son image. Effectivement, l’entreprise base l’essentiel de son marketing sur la confidentialité et la sécurité que doit procurer ses outils informatiques. Un écosystème qui a été mis en mal par Pegasus et sa sophistication.

Cet article va aussi vous intéresser : Pegasus : la star des logiciels espions fait encore parler d’elle

Durant le mois de septembre 2021, géant de Cupertino avait déclaré envoyer des mises à jour de sécurité dans le but de combler des vulnérabilités exploitées par les utilisateurs de Pegasus pour espionner les clients de la firme, particulièrement les usagers d’iPhone.

Dans la semaine à venir, Apple propose de mettre à disposition de ses utilisateurs pas de nouveaux outils pour les protéger et protéger leurs données. La cible principale de cette nouvelle technologie serait notamment les journalistes et les militants des droits humains qui sont particulièrement ciblés par Pegasus et les commanditaires d’espionnage de masse. À croire que la société américaine a fortement été touchée par cette histoire de piratage et d’espionnage.

Pour ce qu’on en sait déjà, cette technologie se fera appeler Le mode « Lockdown » qui signifie confinement. C’est selon Apple une « protection extrême, optionnelle, pour le tout petit nombre d’utilisateurs dont la sécurité numérique est gravement menacée ».

Dans un communiqué de presse la semaine dernière, j’étais américaine avec signifier que cette nouvelle disposition était adressée aux personnes « qui peuvent être ciblées par des attaques ultra sophistiquées, menées grâce aux programmes de NSO Group et d’autres entreprises mercenaires qui développent des logiciels espions pour le compte de gouvernements ».

Cela nous fait penser, vulnérabilité zéro clic exploitée par NSO Group, pour permettre à Pegasus d’espionner le contenu des iPhones et faire espionner les personnes désignées par la clientèle de la société israélienne. Les iPhones qui avaient depuis lors une bonne réputation en matière sécurité ont été mis à nu. Évidemment cela n’a pas été du goût du géant à la pomme.

« La nouvelle option permettra aux utilisateurs de sécuriser complètement de nombreux services et contenus de leur appareil, y compris les pièces jointes. Il ne sera plus possible de connecter un ordinateur via un câble à un iPhone s’il est verrouillé. », explique le géant américain de la tech.

Longtemps critiqué par ses compères et même des spécialistes dans le domaine, Apple a décidé de faire une extension de son programme à l’intention des chercheurs en sécurité informatique. Dorénavant, une récompense pouvant monter jusqu’à 2 millions de dollars est proposée à tout spécialiste du hacking qui trouvera une faille de sécurité dans la nouvelle technologie de protection, le mode lockdown.

À titre de rappel, il faut préciser que l’affaire Pegasus a été mieux publiée grâce à un collectif de médias internationaux connu sous l’appellation de Forbidden Stories. Ce collectif en association avec Amnesty International avait pour but de mettre en évidence les failles de sécurité exploitées par NSO groupe dans le bus d’espionner des milliers de personnes à travers le monde grâce à son logiciel Pegasus. De nombreuses victimes faisaient partie de la classe politique importante comme le président français Emmanuel Macron ou le roi du Maroc.

Indexé et attaquée de tout part, La société israélienne n’a pas cessé de déclarer que sa technologie n’avait pas été utilisée ou n’est pas utilisée dans le but de satisfaire des intentions politiques ou géostratégiques. Selon cette dernière, sa technologie a toujours été pour aider à la lutte contre le terrorisme, la pédophilie ou la grande criminalité.

Le fait que Pegasus puisse être utilisé sur tous les appareils les plus courants du moment, à savoir les iPhones avec les derniers systèmes d’exploitation, porte un coup dur sur la réputation du géant à la pomme. Une société qui se targue toujours de prioriser la sécurité de ses utilisateurs mais qui ne pouvait rien faire pour se protéger contre Pegasus. Contraignant alors Apple a porté plainte contre la société israélienne derrière Pegasus en Novembre dernier.

Dans sa plainte Apple a ouvertement critiqué la société israélienne, d’être la responsable des activités malveillantes qui ont été réalisées par ses clients qui sont pour la plupart des gouvernements.

« Ce sont des mercenaires amoraux du 21è siècle qui ont créé des machines de cyber-surveillance ultra sophistiquées, incitant à des abus flagrants et routiniers », avaient souligné les avocats du géant américain dans sa plainte.

Mais cela semble en réalité une tendance. Car Google aussi de son côté, il y a 2 semaines de cela, a dénoncé un logiciel espion de provenance d’Italie qui aurait été utilisé pour pirater des smartphones, dans le but d’espionner des utilisateurs qui sont basés au Kazakhstan et même en Italie.

« Ces sociétés facilitent la prolifération d’outils de piratage dangereux et arment des gouvernements qui ne seraient pas autrement capables de développer ces compétences, » avait noté le géant américain des technologies.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage