Pegasus : le célèbre logiciel de piratage informatique serait-il sur le marché ?

Pegasus : le célèbre logiciel de piratage informatique serait-il sur le marché ?

juin 5, 2022 Non Par admin

La rumeur qui circule à ce niveau voudrait que les concepteurs du célèbre programme informatique connu sous l’appellation de Pegasus ont essayé de le vendre au plus offrant.

À titre de rappel, Pegasus est un programme informatique qui a été conçu pour espionner le contenu du smartphone dans lequel il serait installé. Son déploiement s’appuie sur l’exploitation de failles de sécurité de type 0 Day, dans le but d’exécuter ce qui est appelé un exploit zéro clic. En d’autres termes, lorsqu’une personne est ciblée par les utilisateurs de ce logiciel malveillant, ce dernier ne peut rien faire pour s’en protéger et elle n’a même pas besoin de commettre une erreur pour être infectée. Il est tout simplement vulnérable. Il permet à ses opérateurs d’avoir accès à l’ensemble du contenu du smartphone ciblé. Ce qui signifie que les appels téléphoniques, les messages et même les photos et vidéos peuvent être récupérés par les éditeurs de l’application. Pendant longtemps son degré de sophistication a à la fois impressionné les spécialistes de la cybersécurité et de la cybercriminalité. Mais l’application a aussi été pointée du doigt à plusieurs reprises notamment lors du scandale du « PegasusGate« . Cela est survenu suite à un déballage public initié par un consortium de médias internationaux en collaboration avec Amnesty International, connu sous l’appellation de Forbidden Stories.

Cet article va aussi vous intéresser : Pegasus : la star des logiciels espions fait encore parler d’elle

La société israélienne, la NSO Group derrière l’application Pegasus est accusée d’aider des dictateurs et plusieurs personnalités à espionner des journalistes et des défenseurs des droits humains à travers le monde. La même application aurait été utilisée dans le but d’espionner plusieurs personnalités politiques telles que le président français Emmanuel Macron ou encore la famille royale du Maroc. Selon les informations publiées par Forbidden Stories, c’est près de 50 000 numéros de téléphone qui auraient été compromis par la vague d’espionnage initiée par NSO group sur la base de Pegasus. Très récemment, c’est-à-dire durant le mois de mai 2022, on apprenait que la même application espionne aurait été utilisée dans le but d’espionner le premier ministre espagnol Pedro Sanchez durant l’année 2021. Les informations ont aussi circulé sur de potentielles utilisations du logiciel espion par les services secrets espagnols dans le but de cibler les indépendantistes catalans.

Cependant depuis le déballage des Forbidden stories, la société israélienne a été pointée du droit critiquée et même sanctionnée à plusieurs reprises. Aujourd’hui, elle se trouve sur la liste noire des entreprises interdites de commercialiser avec les organisations américaines. Plusieurs autres États l’ont sanctionné aussi. Même l’État d’Israël a décidé de restreindre le nombre d’États autorisés à avoir accès à cette technologie. Depuis lors, l’entreprise subit véritablement une descente aux enfers. Malheureusement les choses ne vont plus bien.

Dans un rapport publié récemment par la société israélienne, le président directeur général de NSO group, Shalev Hulio, n’a pas hésité à aborder de manière subtile la possibilité de vendre son programme informatique célèbre. Et il semblerait qu’il est prêt à le commercialiser à n’importe quel type d’organisation tant que le service les intéresse et que le prix est conséquent.

On peut comprendre cette position du premier responsable de la société israélienne. Depuis 2021 cette dernière traverse une phase financière très difficile. Vers la fin de l’année 2021 elle a même eu du mal à assurer le remboursement de certaines dettes mais aussi la rémunération salariale de ses employés. Le PDG de NSO group avait même envisagé la possibilité de commercialiser sa liste de clients dans le but de renflouer les caisses de la société.

Cependant, l’une des sociétés qui est investisseur de NSO group, la Berkeley Research Group, a décidé d’apposer son veto sur l’idée de commercialisation de l’application Pegasus. Cette dernière aurait même permis l’obtention d’un prêt de 10 millions de dollars à la société pour lui permettre de continuer ses activités.

Cependant les choses vont certainement continuer à empirer pour la société. En effet, au regard du procès qui a été intenté contre celle-ci par Apple, le programme informatique Pegasus aurait pu disparaître si tout se passait comme vous voulez le géant américain.

Aujourd’hui les responsables de NSO group ont décidé de distinguer l’entreprise en deux entités séparées distinctement. Pour le moment aucune solution véritable n’a été trouvée. La société est toujours interdite de commercialiser son produit sur le sol américain.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage