Quel avenir pour le travail au bureau ?

Dans une récente étude réalisée par MobileIron, 80 % des employés à travers le monde ne souhaite plus retourner au bureau à plein-temps alors que 30 % a affirmé ne pas pouvoir travailler avec leur équipe les rend moins productif.

Pour réaliser cette étude, près de 1200 employés ont été interrogés dans plusieurs pays à travers le monde, notamment le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, l’Australie, la Belgique et la Nouvelle-Zélande.

Cet article va aussi vous intéresser : Le travail à distance et l’augmentation des cyberattaques

Ce résultat nous conforte à l’idée selon laquelle la pandémie du coronavirus un véritablement impacté la manière de travailler des individus et cela pendant très longtemps. Elle a aussi accéléré la transformation des services informatiques, en particulier dans le domaine de la sécurité informatique. Cela s’explique par le fait que les réseaux et systèmes informatiques des entreprises sont encore plus exposés lorsque les employés ne travaillent pas de manière habituelle avec des appareils informatiques homologués ou tout simplement. Sans oublier que les employés en pratique, ne donnent pas suffisamment de considération aux exigences de sécurité. Et l’étude à même démontrer que 33 % des employés n’ont aucune considération prioritaire pour la sécurité informatique

Dans un tel contexte, les menaces informatiques prolifèrent. Les différents acteurs de la cybercriminalité développent de plus en plus leurs attaques. En particulier le phishing qui a littéralement explosé ces derniers mois. Si les cyberattaques sont persistantes, il existe plusieurs personnes auprès de qui elle passent littéralement inaperçues. Conclusion, une grande partie des employés ne savent même pas détecter qui une attaque informatique. Et pire, 43 % des personnes interrogées affirment ne pas savoir ce que c’est qu’une attaque au phishing.

« Les appareils mobiles sont partout et ont accès à pratiquement tout, mais la plupart des employés n’ont pas de mesures de sécurité mobiles adéquates, ce qui permet aux pirates de connaître une période de grâce », a souligné Brian Foster, SVP Product Management, MobileIron. « Les pirates savent que les collaborateurs utilisent plus que jamais leurs appareils mobiles peu sécurisés, pour accéder aux données de l’entreprise, et les ciblent de plus en plus souvent par des attaques de phishing. Chaque entreprise doit mettre en place une stratégie de sécurité centrée sur les mobiles, qui donne la priorité à l’expérience utilisateur et permet aux employés de maintenir une productivité maximale sur n’importe quel appareil, n’importe où, sans compromettre la vie privée. » ajouté ce dernier.

« Étant donné que de plus en plus d’employés utilisent des appareils mobiles pour rester productifs et travailler de n’importe où, les entreprises doivent adopter une approche de sécurité de type « zero trust » pour garantir que seuls les appareils, les applications et les utilisateurs de confiance puissent accéder aux ressources de l’entreprise », poursuit ce dernier. « Les organisations doivent également renforcer leurs défenses contre les menaces mobiles, car les cybercriminels ciblent de plus en plus les SMS, les réseaux sociaux, les applications de productivité et de messagerie qui permettent le partage de liens avec les attaques de phishing. Pour empêcher l’accès non autorisé aux données de l’entreprise, les organisations doivent fournir des contrôles techniques anti-phishing transparents qui vont au-delà du courrier électronique de l’entreprise, pour assurer la sécurité des utilisateurs où qu’ils travaillent, sur tous les appareils qu’ils utilisent pour accéder à ces ressources ».

En d’autres termes, si le télétravail semble avoir la préférence des employés, il faut signifier que la mobilité aussi présente ses inconvénients. Il faudrait alors miser sur la formation des employés avant leur déploiement. Cela est essentiel en ce sens que, le maillon faible de la chaîne reste bel et bien ces derniers. Par ailleurs, il est clair qu’il faudra investir encore plus dans l’utilisation des mesures de connexion sécurisée à savoir le VPN. Durant le confinement, l’utilisation de ce service à carrément connu un boom non négligeable. Ce qui signifie que les entreprises ont compris que la connexion à distance, augmente les vecteurs d’attaques informatiques. Enfin, réduire au maximum l’utilisation d’appareil personnel dans le cadre professionnel. Les appareils personnels sont pour la plupart du temps moins protégés. Ils sont clairement exposés aux cyberattaques, pas seulement à cause du manque de protection, mais de l’utilisation même de leurs propriétaires. Un suivi doit être mis en place en pour cela.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage