Archives par mot-clé : voitures connectées

BlackBerry et le géant du e-commerce Amazon dans le secteur des voitures connectées

Il y a quelques semaines de cela, 2 entreprises importantes du secteur du numérique à savoir le spécialiste logiciels et solutions informatiques BlackBerry et le géant du e-commerce américain, Amazon annonçait publiquement avoir conclu un partenariat dans le but de développer au service numérique qui sera dirigé vers les véhicules connectés.

C’est une plate-forme qui aura pour objectif de centraliser les données recueillies par différents capteurs présents dans les véhicules et de s’adapter en fonction de certaines informations.

Cet article va aussi vous intéresser : Tesla : il est possible de voler la voiture électrique par un simple piratage

À l’annonce de ce partenariat, la valeur en bourse de BlackBerry connaissait une croissance de 50 % à Wall Street. Il faut noter que le groupe canadien avait depuis le début de cette année 2020, avait entamé plusieurs autres partenariats avec le géant américain Amazon.

Pour ce qui en ai pour ce moment du contrat, il tourne autour de la création de la plate-forme décrite précédemment. Elle portera la dénomination de IVY. C’est un service qui devra permettre aux constructeurs d’automobile connectées de « créer des services intégrés dans le véhicule, réactifs, qui améliorent l’expérience du conducteur et des passagers ». « Par exemple, IVY pourra se servir des données de la voiture pour identifier le comportement de la personne au volant et des conditions dangereuses comme le verglas ou les bouchons et recommander que le conducteur actionne des options de sécurité comme le contrôle de l’adhérence, l’assistance pour garder la voiture sur sa voie ou le régulateur de vitesse », a expliqué un communiqué le numéro un mondial du Cloud et du e-commerce, Amazon. C’est une plate-forme qui aura des fonctionnalités assez sociales comme prévenir des parents lorsqu’une personne de leur famille, leur adolescent par exemple a des attitudes qui ne conviennent pas aux règles d’usage de conduite. Le plan de ce projet est de produire une plate-forme compatible à n’importe quel modèle de véhicules connectés.

Il faut noter que ce genre de projet rentre pleinement dans le cadre du groupe canadien qui depuis quelques années maintenant s’est reconverti dans les offres de services pour entreprises que ce soit au niveau de la sécurité informatique ou même de la centralisation de données. Cela se présente clairement comme une expérience qui peut profiter à la mise en place d’un tel projet, et bien sur, Amazon l’a bel et bien compris. À la compétence d’Amazon web services et de sa branche d’intelligence artificielle et d’objets connectés, il est fort probable que la plateforme puisse répondre de manière crédible aux attentes de ses initiateurs.

« BlackBerry IVY pourra faire fonctionner de multiples systèmes d’exploitation de véhicules et types de cloud afin d’être compatible quels que soient le modèle et la marque », décrit Amazon. Comme on le sait déjà, Le géant américain du e-commerce et des services Cloud a déjà une certaine expérience dans le secteur des véhicules autonomes. Durant le mois de juin dernier, il faut rappeler que Amazon avait annoncé son acquisition de Zoox, une start-up qui s’était spécialisé dans le développement des technologies permettant de déployer une flotte de taxis autonome.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

La cybersécurité à l’épreuve des voitures connectées

Selon une étude, le nombre de voitures connectées devrait augmenter de 100 % dans 5 ans à venir.

Le problème, c’est qu’en temps que objet connecté, la question de la sécurité demeure l’une des principales préoccupations. Une voiture connectée est généralement fonctionnel grâce à Internet avec différentes fonctionnalités touchant les phares, les freins, le volant ou le pilotage et même les essuie-glaces… Et qui dit connecté, dit bien sûr piraté.

Cet article va aussi vous intéresser : Est-il possible de pirater les voitures sans clés ?

La nouvelle technologie des voitures semi autonomes permet de palier les failles humaines lors des conduites, il n’en demeure pas moins que ces mêmes véhicules sont exposés à un danger extérieur. Le piratage informatique est un fléau depuis très longtemps maintenant. Et bien sûr ces nouveaux bijoux de la technologie moderne ne vont pas y échapper. Et le fait que les voitures deviennent de plus en plus autonome pose un souci.

Pour cause, notons que la voiture connectée sont équipés de plusieurs éléments informatiques partant des processeurs aux applications standard pouvant être utilisées depuis le tableau de bord. De ce fait, ces véhicules vont communiquer avec des serveurs souvent même avec d’autres véhicules. Ces transmissions sont souvent une aubaine pour les pirates informatiques qui peuvent les intercepter et les utiliser à la guise. De la sorte ils peuvent nous seulement collecter des données, mais aussi prendre le contrôle de ses véhicules s’ils ne sont pas bien sécurisés ou si les pirates sont tout simplement compétents.

« Prenons l’exemple d’un gros camion qui transporte du carburant. Imaginez un criminel qui parvient à en prendre le contrôle. Il peut l’envoyer dans le fossé ou dans un bâtiment. C’est le 11 septembre sur roues. », expliquait Moshe Shlisel, le responsable de GuardKnox, une entreprise israélienne de sécurité informatique.

Selon une estimation faite par un rapport de Juniper, nous aurons 775 millions de véhicules connectés utilisés par des personnes privées à l’horizon 2023. « Il y a 5 ans, ce n’était pas un sujet d’inquiétude. Mais aujourd’hui, avec la connectivité, il est devenu nécessaire de penser chaque élément de l’automobile avec la cybersécurité en tête. » note, un ancien membre du Conseil pour la Cybersécurité automobile, Henry Bzeih.

La société israélienne dénommé Upstream a recensé en 2019 environ 150 incidents directement liés à la sécurité des véhicules connectés, presque le double de ce qui avait été décompté en 2018. Et selon Upstream, la moitié de ces incidents ont été causés par des pirates informatiques malveillants. Elle a notifié que les incidents portaient en majorité sur le système de verrouillage à distance des véhicules piratés. Par contre d’autres avaient tendance à cibler la connexion de ces véhicules aux serveurs Cloud et aux applications mobiles. C’est ainsi que plusieurs véhicules de luxe connectés ont été volé par des pirates informatiques en avril 2019 dans la ville de Chicago aux États-Unis, et cela grâce au piratage de l’application Car2Go de la société Daimler. Par contre, il faut craindre plusieurs autres risques potentiels. « Le risque ultime, c’est si quelqu’un parvient, par exemple, à faire freiner un grand nombre de véhicules en même temps. » remarque le vice-président d’Upstream, Dan Sahar. Allant dans le même sens que lui, Ralph Echemendia expert en cybersécurité et hacker éthique note ceci : « Une fois qu’on a trouvé une faille sur une voiture, on peut l’appliquer à tous les exemplaires du même modèle. »

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage