Votre vie privée est-elle protégée par les sites de rencontre ?

Les plateformes numériques comme les sites de rencontres ou comme les sites adultes engrangent beaucoup de données personnelles de leurs utilisateurs et cela se comprend vu la nature des services qu’ils proposent à ces derniers.

Cependant d’un autre côté, ces sites sont beaucoup sujets à des attaques informatiques. La conséquence est visible, les utilisateurs exposés se trouve dans les situations souvent très gênantes.

On se rappelle quand 2015, l’un des plus grands sites de rencontre, canadien Ashley Madison a été victime d’un piratage informatique ou des millions d’abonnés à travers le monde ont vu leurs données personnelles dérobées par des cybercriminels.

Cet article va aussi vous intéresser : Données personnelles : la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés veut rassurer à propos du fichier vaccin COVID

« Certains ont payé plusieurs centaines d’euros pour espérer rencontrer des femmes infidèles (qui, elles, ne payaient pas) … Le groupe de hackers à l’origine du vol se fait appeler The Impact Team. Rapidement, il prouve son forfait en rendant publiques des dizaines de giga-octets de données… On découvre alors que si 37 millions d’hommes se sont inscrits, seulement quelques centaines de femmes s’adonnent aux joies de l’adultère via le site, et encore : une bonne partie d’entre elles n’ont plus de compte actif. Pire, ces millions d’hommes discutaient (et fantasmaient) en fait avec 70.000 chatbots féminins. », explique Benjamin Cuq.

La conséquence directe de ce piratage informatique a été la disparition de la plateforme de rencontre. Le pire dans tout ça c’est que les pirates informatiques n’ont jamais été démasqués. Ainsi que les données qu’ils ont pu récolter lors de leur initiative. Selon certaines informations, l’action menée par ses cybercriminels avait pour but de dénoncer cette situation. Car après le piratage informatique de la plate-forme. Ils ont tellement disparu. Ainsi que la prime qui était placée en récompense pour toute information permettant de les découvrir.

L’exemple de Ashley Madison est canon. L’inquiétude persiste toujours quant à la sécurité qu’offre ce genre de plateformes face à une cybercriminalité qui est toujours en croissance. Les sites de leur côté essayent tant bien que mal de rassurer leurs utilisateurs. « Plus grave que le piratage en lui-même, c’est la découverte de la supercherie qui se cachait derrière ce site: robots, animatrices pour attirer les hommes et quasiment aucune femme réelle sur la plateforme », explique Bruno Mendel, directeur des nouvelles technologies de Gleeden, le « premier site de rencontres extraconjugales pensé par des femmes » français. Du côté de la plateforme française, elle confirme en disposer « d’une équipe technique qui veille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à la sécurité de notre infrastructure. Nous travaillons également avec des experts en sécurité informatique afin de nous assurer de la sécurité de nos données. ». Cependant, la plateforme ne nie pas avoir été souvent victime d’attaque informatique : « Phishing, DDoS (rendant l’infrastructure indisponible), tentatives d’intrusion sur les serveurs, et ce régulièrement, comme tout ce qui est exposé sur le Web ». Une situation il faut l’avouer est assez commune dans beaucoup d’autres entreprises.

Pour un expert en sécurité informatique que l’entreprise Eset, Benoît Grunenwald, il faut reconnaître que le site internet ont tendance à négliger certaines restant qui pèse sur les données de leurs utilisateurs. Il précise que la priorité de ces plateformes doit être la sensibilisation et la Formation les équipes de sécurité de développement : « La sécurisation des données comme le chiffrement des mots de passe enregistrés sur le serveur en est une. Cela évitera les risques liés à la “sextorsion” qui consiste en un mail dans lequel l’escroc menace de divulguer des images intimes en vous donnant un mot de passe souvent obsolète depuis longtemps.

Les gestionnaires de sites doivent aussi impérativement segmenter les “droits admin”. Un modérateur ne doit pas disposer d’un accès à toutes les données. S’il accède aux photos, il ne doit pas pouvoir connaître le mail ou la carte bancaire… Tout doit être séparé au maximum, comme chez Apple où chaque salarié qui travaille à la conception de l’iPhone se concentre sur une partie et ignore sur quelle autre se penche son collègue. Cela réduit les risques en cas de vol de ses identifiants. », explique l’expert.

En définitive, la question de sécurité est prédominante lorsqu’on parle des sites de rencontres. Beaucoup d’efforts sont encore à réaliser dans ce secteur. Une manière d’interpeller les utilisateurs de de faire beaucoup attention.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage