Bouygues constructions est une victime de plus d’une attaque informatique au rançongiciel

Le jeudi dernier, plusieurs Français du BTP, l’entreprise Bouygues construction été victime d’une cyberattaque qualifiée de « la menace la piste sérieuse visant les entreprises et institutions Françaises ».

Cela se justifie par l’impact et les dommages causés par l’attaque informatique selon l’ANSSI ( l’Agence National de Sécurité des Systèmes d’Information.).

Cet article va aussi vous intéresser : Lutter efficacement contre les rançongiciels : quelles sont les meilleures meilleures tactiques ?

L’attaque subie par l’entreprise française était de type rançonciel.

À titre de rappel, notons que le rançongiciel est une attaque informatique qui consiste pour le pirate informatique, d’empêcher la victime d’accéder au contenu de ces fichiers en cryptant l’accès. En échange de cet accès, le  pirate informatique va exiger le paiement d’une rançon à sa victime. Dans les débuts de l’utilisation de cette technique de piratage, les cybercriminels se contentaient simplement de faire apparaître une page blanche en premier plan sur laquelle ces derniers exigeaient qu’une rançon leur soit versée. La rançon est généralement demandée en des cryptomonnaies. Cependant aujourd’hui, les pirates qui utilisent cette technique s’évertuent à rendre illisible le maximum des données contenues dans le terminal visé et exigeant pour le déchiffrement, le paiement de la fameuse rançon.

À partir de 2014, il a été remarqué que les attaques sur base de rançongiciel ont commencé à prendre une proportion très importante. Surtout lors de plusieurs « vastes campagnes d’infections. » qui avaient pour cible les particuliers. Ce genre d’attaque se constitue comme la moitié des campagnes de piratage au rançongiciel même si nous assistons a une diminution significative de leur nombre. Maintenant c’est vers les entreprises que les pirates informatiques ont décidé de jeter leur dévolu. Car ces dernières disposent de plus de documents plus sensibles et sont donc plus portées à payer les rançons.

Pour Symantec, Le fabricant de logiciels de sécurité informatique, depuis le début de l’année 2019, une diminution des attaques par rançongiciels a été observée à hauteur de 20 % en référence à 2018. Cependant à l’égard des entreprises, une hausse de plus de 12 % etait à observer. En d’autres termes, les pirates informatiques semblent de plus en plus portés à attaquer les institutions privées commerciales. « financièrement robustes et qui peuvent rapporter gros ». Mais, en plus des entreprises privées qu’elles soient grandes, moyenne ou même petites, les hackers ont décidé de s’intéresser aux institutions publiques en particulier les structures de santé. Le risque a tellement doublé que même les sociétés d’assurances ont décidé d’offrir leur service à ce niveau en payant les rançons alors que d’un autre côté d’autres spécialistes sociétés se sont spécialisés dans la négociation avec les pirates. « Aujourd’hui, les assurances incitent les victimes à payer la rançon qui s’avère souvent moins élevée que le coût d’un rétablissement de l’activité sans le recours à la clé de déchiffrement. Cette incitation à payer valide le modèle économique des cybercriminels » note l’Agence française pour la sécurité informatique dans son dernier rapport.

Pour conclure concernant le risque que représente le rançongiciel, l’Agence Française note ceci avec regret : « Ces forts montants combinés au risque de divulgation de données internes en font le rançongiciel ayant le plus fort impact potentiel sur les entreprises et institutions ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage