Avast, l’entreprise de cybersécurité est accusée de vendre des données de ses utilisateurs

Utilisé par environ 435 millions d’individus à travers le monde, Avast est un antivirus gratuit assez célèbre dans le milieu faisant partie des meilleurs du moment.

Cependant, depuis quelques temps, la société éditrice de la solution antivirus qui porte d’ailleurs le même nom, Avast, est tombée dans une polémique où elle est accusée de commercialiser les données de ses utilisateurs.

Cet article va aussi vous intéresser : Le fournisseur de solution antivirus a-t-il violé les règles de protection des données personnelles

Selon les résultats d’une enquête conjointe menée par le site « Motherboard » et le magazine en ligne « PCMag », la société de sécurité informatique a tendance à emmagasiner les données liées aux recherches effectuées par ces utilisateurs, et qu’elle enregistre en plus de cela les différents achats et clics effectués par ces derniers. Apparemment le commerce de données d’utilisateurs fait par Avast, se ferait à travers sa filiale Jumpshot, qui lui a déjà permis de traiter avec de grands groupes du numérique tels que Microsoft, Google, ou encore Pepsi, Home Depot, et Yelp. Et selon le rapport de l’enquête, les produits dérivés de cette collecte de données d’utilisateurs peuvent rapporter des millions de dollars à la société de cybersécurité.

L’un des outils de Avast qui pose problème est sans nul doute All Clicks. Un programme informatique permettant de collecter toutes les données relatives aux différents comportements des utilisateurs des clics et des recherches que ces effectuent sur internet. « . Il est par exemple possible de savoir, à la milliseconde près, sur quel site naviguaient les utilisateurs et utilisatrices et quels liens étaient cliqués. » selon une étude.

Pour se défendre, la firme de cybersécurité Avast a affirmé qu’elle rendait anonyme les données informatiques qu’elle collectaient pour les commercialiser via Jumpshot. De la sorte il était impossible de remonter à l’identité même des utilisateurs concernés. Selon lui, la collecte de données consiste tout simplement à déterminer certaines grandes tendances d’usage sur les grandes plateformes du web tel que Amazon ou sur YouTube. Mais tout ceci serait-il purement théorique ? la question est belle et bien légitime car selon l’enquête menée par les deux médias en ligne, il se pourrait que cela ne soit pas véritablement le cas.

Les données ne sont pas toujours anonymisées. En effet, Motherboard et PCMag ont assuré que l’une des plus importants réseaux au monde regroupant plusieurs agences de publicité et de communication, dénommé Omnicom, aurait acheté un ensemble de données numériques composées des informations souvent nominatives ou indicatives. Des informations permettant d’identifier les appareils utilisés par les utilisateurs.

Par ailleurs Avast a voulu notifier le fait que que les utilisateurs de sa solution antivirus ont toujours eu le droit de refuser que leurs données personnelles soient partagées. Et que cela est toujours le cas. La société de cybersécurité notifie que depuis juillet 2019 elle a entrepris un ensemble de campagne d’information permettant d’obtenir le consentement explicite des utilisateurs de son logiciel antivirus gratuit quand aux partages de données personnelles de navigation. Lors de la première polémique qui a impliqué le navigateur Firefox, qui avait décidé de supprimer des extensions du logiciel Avast sous prétexte qu’elles collectaient des données liées aux navigations de ces utilisateurs, Ondrej Vleck, le PDG de Avast avait signifié ceci : « Avant d’arriver sur les serveurs d’Avast; les données sont débarrassées de tout ce qui pourrait dévoiler l’identité d’une personne, comme un nom dans une URL; ou le moment de connexion à Facebook ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage