Archives pour la catégorie Android

Le système d’exploitation Android est simple, léger mais très facile à pirater. Nous écrivons des articles d’actualité, des fais divers sur les failles de cet OS.

Malware : Le programme « Alien » capable de voler les mots de passe sur près de 226 applications présents sur le PlayStore

Encore une fois le système Android voir naître et développer en son sein un nouveau programme malveillant destiné à s’en prendre aux utilisateurs. Il porte le nom de Alien.

Selon les spécialistes de la sécurité informatique, il serait capable de voler des mots de passe sur près de 226 applications populaires d’Android. Des applications tous disponibles sur le PlayStore. Armée de plus célèbre Facebook, Snapchat, WhatsApp Twitter, Amazon, Instagram et même Coinbase. Plusieurs applications bancaires sont même touchées par le programme malveillant.

Cet article va aussi vous intéresser : Sécurité informatique : 25 applications retirée du PlayStore par Google

Alien a été découvert par les spécialistes de la sécurité informatique de ThreatFabric. Il faut noter un Alien et un cheval de Troie. Se limitant simplement qu’à Android, il a été spécialement conçu pour voler les identifiants des personnes ciblées. Les spécialistes affirment que son code a été basé sur celui de Cerberus, un l’autre dangereux malware qui est connu du secteur pour dérober les données financières.

De plus, Alien serait capable de dérober aussi certaines informations personnelles tel que le contenu de vos SMS. Et pas seulement ça. Le programme elle vient peut permettre d’envoyer des SMS aussi à votre insu, de collecter vos contacts, vérifiez votre position géographique et même installer d’autres applications malveillantes sans oublier la possibilité de récupérer le code d’authentification reçu par SMS ou par mail. Ce qui permet facilement aux pirates informatiques d’accéder à vos comptes lorsqu’ils le décident. Pour ce qui concerne dans sa propagation, le programme aurait été divulgué via un site de phishing. C’est pour cette raison que ThreatFabric avertit : « Une grande partie semble distribuée via des sites de phishing, par exemple une page malveillante incitant les victimes à télécharger de fausses mises à jour logicielles ou de fausses applications Corona » comme nous explique Gaétan van Diemen, un chercheur en sécurité informatique de la firme.

Et malheureusement plusieurs centaines d’application, sont ciblées par ce programme malveillant. Parmi elles, de nombreuses applications bancaires. La disponibilité des applications ciblées par Alien sur le PlayStore de Google et un problème de véritable. Certaines banques françaises telle que Boursorama ING caisse d’Épargne ou encore les crédits mutuels sont parmi les cibles de Alien. On suppose alors que la cible privilégiée des pirates qui ont conçu ce programme malveillant serait d’une certaine manière les applications bancaires pour dépouiller leurs victimes. Cependant, la récolte de mots de passe et d’autres identifiants peuvent avoir une certaine valeur sur le marché du Darkweb. Par exemple les identifiants bancaires se monnayent autour de 100 dollars en bitcoin.

ThreatFabric nous donne la liste des applications ciblés par Alien :

  • Coinbase
  • Blockchain Wallet. Bitcoin, Bitcoin Cash,
  • Ethereum
  • BBVA Spain
  • Bankinter Móvil
  • Santander
  • UnicajaMovil
  • Bankia
  • EVO Banco móvil
  • Kutxabank
  • ruralvía
  • Akbank
  • Garanti BBVA Mobile
  • QNB Finansbank Mobile Banking
  • Connect for Hotmail & Outlook: Mail and
  • Calendar
  • CEPTETEB
  • Yapı Kredi Mobile
  • Enpara.com Cep Şubesi
  • Halkbank Mobil
  • Kuveyt Türk
  • Ziraat Mobile
  • İşCep – Mobile Banking
  • VakıfBank Mobil Bankacılık
  • Ibercaja
  • ABN AMRO Mobiel Bankieren
  • IKO
  • mBank PL
  • Interbank APP
  • Rakuten Bank
  • freedomplus
  • Banca MPS
  • Gmail
  • mail.com mail
  • BNL
  • ING Italia
  • Yahoo Mail
  • norisbank App
  • La Mia Banca
  • HVB Mobile Banking
  • Commerzbank Banking – The app at your side
  • VR Banking Classic
  • Postbank Finanzassistent
  • TARGOBANK Mobile Banking
  • comdirect mobile App
  • DKB-Banking
  • Sparkasse Ihre mobile Filiale
  • Consorsbank
  • CA24 Mobile
  • Boursorama
  • La Caisse d’Epargne
  • Crédit Mutuel
  • ING Direct
  • Mes Comptes – LCL
  • Banque Populaire
  • Crédit Agricole
  • L’Appli Société Générale
  • NAB Mobile Banking
  • CIBC Mobile Banking®
  • Halifax: the banking app that gives you extra
  • St.George Mobile Banking
  • mywireless
  • Chase Mobile
  • Fifth Third Mobile Banking
  • iMobile by ICICI Bank
  • Mobile Banking UniCredit
  • Scrigno App
  • Microsoft Outlook
  • Bank of America Mobile Banking
  • Capital One® Mobile
  • SunTrust Mobile App
  • USAA Mobile
  • U.S. Bank – Inspired by customers
  • Wells Fargo Mobile
  • BMO Mobile Banking
  • UBI Banca
  • RBC Mobile
  • Intesa Sanpaolo Mobile
  • ING Mobil
  • Odeabank
  • Postepay
  • ŞEKER MOBİL ŞUBE
  • CommBank
  • Google Play
  • Banca Digital Liberbank
  • ING España. Banca Móvil
  • Cajasur
  • Banca Móvil Laboral Kutxa
  • Mi Banco db
  • Banco Sabadell App. Your mobile bank
  • BBVA Net Cash | ES & PT
  • Santander Empresas
  • PayPal
  • Santander Mobile
  • Banco Caixa Geral España
  • Pekao24Makler
  • PekaoBiznes24
  • Facebook
  • imaginBank – Your mobile bank
  • WhatsApp
  • Snapchat
  • Twitter
  • Telegram
  • Instagram
  • Viber Messenger – Messages, Group Chats & Calls
  • CaixaBank
  • PeoPay
  • eBay
  • Amazon
  • Getin Mobile
  • BCP Banking App
  • Citi Handlowy
  • ABANCA- Banca Móvil
  • NETELLER – fast, secure and global money transfers
  • Simplii Financial
  • TD Canada
  • ČSOB Smartbanking
  • Bitcoin Wallet – Airbitz
  • ePayments: wallet & bank card
  • N26 — The Mobile Bank
  • ING Australia Banking
  • Payoneer – Global Payments Platform for Businesses
  • CIMB Clicks Malaysia
  • plusbank24
  • Skrill – Fast, secure online payments
  • Mycelium Bitcoin Wallet
  • Santander UK
  • OTP SmartBank
  • K PLUS
  • KMA
  • SCB EASY
  • Netflix
  • Bendigo Bank
  • My Citibank
  • hongleongconnect
  • Bank of Melbourne Mobile Banking
  • Volksbank hausbanking
  • Mes Comptes BNP Paribas
  • Crédit du Nord pour Mobile
  • BusinessPro Lite
  • BPI APP
  • NB smart app
  • Santander Particulares
  • BOQ Mobile
  • La Poste – Services Postaux
  • CIC
  • Fortuneo, mes comptes banque & bourse en ligne
  • ASB Mobile Banking
  • iBiznes24 mobile
  • Corp App
  • ScotiaMóvil
  • credemmobile
  • Carige Mobile
  • Mobilni Banka
  • netbk Japon
  • CUA Mobile Banking
  • raiffeisenbank
  • Bank Austria MobileBanking
  • Barclays
  • BOCHK
  • HSBC Mobile Banking
  • ANZ Australia
  • Bankia Wallet
  • Bank Australia app
  • Beyond Bank Australia
  • Greater
  • Sabadell Wallet
  • Santander Wallet
  • La Banque Postale
  • cajamar
  • bcpbankingapp
  • ANZ Shield
  • Fibabanka Corporate Mobile
  • myAlpha Mobile
  • mbanking
  • eurobankefg
  • Popular
  • Krungthai NEXT
  • BBVA Wallet Spain. Mobile Payment
  • BBVA México (Bancomer Móvil)
  • Santander Argentina
  • Mercado Libre: compra fácil y rápido
  • Santander Money Plan
  • Dhanlaxmi Bank Mobile Banking
  • centralbank
  • mahabank
  • Kotak – 811 & Mobile Banking
  • sbanywherecorporate
  • HDFC Bank MobileBanking
  • SambaMobile
  • Scotiabank Colpatria
  • Bancolombia App Personas
  • Westpac Mobile Banking
  • suncorpbank
  • P&N BANKING APP
  • ING Bankieren
  • Enpara.com Şirketim Cep Şubesi
  • Google Play Games
  • TBC Bank
  • ActivoBank
  • TSB Bank Mobile Banking
  • Royal Bank of Scotland Mobile Banking
  • NatWest Mobile Banking
  • Barclays US
  • Skype
  • Bitcoin Wallet by SpectroCoin
  • Emirates NBD
  • Alawwal Mobile
  • Citi Mobile®
  • TD Bank (US)
  • Union Bank Mobile Banking
  • ING Business
  • SpardaSecureApp
  • Bankwest
  • HSBCnet Mobile
  • permanent tsb
  • Bank of Melbourne Business App
  • BankSA Business App
  • St.George Business App
  • Westpac Corporate Mobile
  • National Bank of Canada
  • Servus Mobile Banking
  • Luno: Buy Bitcoin, Ethereum and Cryptocurrency

Pour le moment, le géant américain Google n’a pas encore déployé de patch de sécurité pour protéger les applications de sa boutique compte sur malware. Cependant, il est conseillé aux utilisateurs, d’éviter des applications provenant des sites web non-officiel. De faire très attention au lien venant de correspondance inconnu, est-ce que la visite de tous les sites web suspicieux.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

La problématique des applications de type « Fleeceware » et leurs conséquences dans la vie courante

Récemment, des experts de la sécurité informatique ont mené une étude sur l’impact des applications de surveillance dénommé communément « Fleeceware ».

Le résultat est sans appel, ces applications peuvent coûter énormément aux victimes et cela financièrement.

Cet article va aussi vous intéresser : Sécurité informatique : 25 applications retirée du PlayStore par Google

Il n’est pas rare que ce genre d’applications fasse la une de l’actualité. Cependant les personnes les plus touchées, les utilisateurs, par ce genre de logiciels sont généralement mal informés voir pas du tout sur la problématique. C’est dans cette optique, que les études sont régulièrement menées par les experts de la cybersécurité. C’est plus le cas de la société de cybersécurité Sophos et de ses experts.

Ce sont les spécialistes de l’entreprise de cybersécurité Sophos ont récemment publié le résultat de leurs études qu’il existe encore le Google PlayStore, beaucoup plus d’applications dont l’utilité pour ces éditeurs est de tromper les utilisateurs, et cela au détriment même des politiques et règles imposées par Google dans sa boutique officielle. Selon les experts, il y a encore 23 autres applications qui ont été découvertes.

On sait que durant le mois de juin dernier, le géant américain avait mis à jour ses règles et politiques de développement concernant les nouvelles directives pour pouvoir remédier à certaines lacunes. Malgré cela, les spécialistes de la sécurité informatique de Sophos ont fait le constat que beaucoup d’applications continuent de déroger à ces nouvelles règles. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils avaient encouragés les utilisateurs à s’en débarrasser de leurs smartphones le plus tôt possible.

« Les nouvelles règles publiées par Google sont conçues pour remédier à certaines formes de copie publicitaire trompeuse, mais elles comportent également des lacunes qui permettent d’autres comportements que certains pourraient considérer sans scrupules », a souligné le chercheur en sécurité Jagadeesh Chandraiah dans un article de blog sur la question.

Selon les explications de cet expert, certains éditeurs de logiciels ont tendance à utiliser une technique appelé l’« abonnement aveugle », qui se garde en majorité expliquer les détails de facturation utilisateurs de l’application. Et cela concerne généralement les abonnements aux spams, qui comme l’explique le spécialiste de Sophos, agit comme un « terrier de lapin ». De façon plus simple, une fois que les utilisateurs s’inscrivent, ils sont automatiquement abonnés à plusieurs autres applications sans avoir même conscience. Ce qui fait que ces dernières dépenses des milliers d’euros dans des applications « Fleeceware », sans qu’il ne s’en rende compte pendant bien longtemps, qui sont souvent liées les unes aux autres.

Google décrit la pratique en signifiant que ce genre d’offres à tendance à s’appuyer sur les essais gratuits, utilisateurs qu’ils seront automatiquement facturés à la fin de l’essai « Les éditeurs ne sont plus autorisés à le faire, mais certains essaient encore », a expliqué Chandraiah.

Pour les 23 applications découvertes par les chercheurs de la société de cybersécurité posant un problème, voici la liste :

com.photoconverter.fileconverter.jpegconverter

com.recoverydeleted.recoveryphoto.photobackup

com.screenrecorder.gamerecorder.screenrecording

com.photogridmixer.instagrid

com.compressvideo.videoextractor

com.smartsearch.imagessearchcom.emmcs.wallpapper

com.wallpaper.work.application

com.gametris.wallpaper.application

com.tell.shortvideocom.csxykk.fontmoji

com.video.magiciancom.el2020xstar.xstar

com.dev.palmistryastrology

com.dev.furturescopecom.fortunemirror

com.itools.prankcallfreelitecom.isocial.fakechatc

om.old.mecom.myreplica.celebritylikeme.pro

com.nineteen.pokeradar

com.pokemongo.ivgocalculator

com.hy.gscanner

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Sécurité informatique : 25 applications retirée du PlayStore par Google

Le géant américain Google a sanctionné un groupe d’applications de sa boutique de logiciels le PlayStore.

Cet article va aussi vous intéresser : Ces applications Android sur PlayStore corrompus qui mettent en péril nôtre sécurité informatique

Selon les informations qui ne sont pas revenues, ces 25 applications avec une fonctionnalité permettant, à des pirates informatiques d’injecter des codes malveillants dans les smartphones des personnes qui les installent dans le but de leur voler leurs identifiants de connexion Facebook. La découverte a été faite par une société française spécialisée dans la sécurité informatique du nom de Evina.

Ces jours-ci les spécialistes de Google n’ont pas le temps de se reposer. Après s’être occupé de près de 47 ‘applications Android la semaine dernière, le géant de Mountain View doit procéder une nouvelle fois à une purge sa boutique en ligne. Cette fois-ci avec l’aide de la société française de cybersécurité, 25 applications qui cachaient un programme malveillant d’espionnage et de collecte des données ont été enfin mis sur la select, en clair, supprimées totalement de la boutique.

Selon les déclarations de Google, Les applications qui ont été bannies du PlayStore auraient été conçues par le même groupe de pirates informatiques. Comme nous l’avons mentionné plus haut, leur objectif était de voler des informations personnelles qui leur permettront de pouvoir hacker les comptes Facebook des utilisateurs. On parle de d’identifiants de connexion tels que des noms d’utilisateur et des mots de passe. Grâce à ces informations, ils auraient plus facilement lancer plusieurs compagnes de phishing, et cela aurait pu faire très mal. En effet si ces applications ne sont pas très populaires comme bien d’autres, il n’empêche qu’elles ont réalisé près de 2,6 millions de téléchargements, ce qui n’est pas rien.

Pour toucher le maximum de personnes, les pirates informatiques ont conçu plusieurs genres d’applications dans le but d’élargir leurs champs. Il y en a pour tout type d’utilitaires. On passe de la lampe de poche à la bibliothèque de fonds d’écran en passant par le gestionnaire de fichiers et des éditeurs des d’images et des vidéos. Par ailleurs, il a été observé que leur manière de fonctionner n’était en rien celui d’un groupe de débutant. En effet, avec le programme malveillant présent sur les applications, les cybercriminels avaient la possibilité de même savoir quelles étaient les dernières applications ouvertes sur le smartphone.

Mais comment s’y prennent-ils pour récolter les informations de Facebook. C’est totalement simple. En effet, il suffit simplement de concevoir une fausse page de connexion de Facebook. Grâce à leur code de malveillant, cela leur était facile de le placer juste devant l’utilisateur pour le pousser à y entrer toutes les informations nécessaires. Même si l’utilisateur avait déjà été connecté à Facebook, et lorsqu’il tente de se reconnecter, il va être automatiquement envoyé vers cette page de connexion. Il pensera sûrement que cela est dû à un bug. Alors que, dès l’instant qu’il entrera ces informations, elles seront automatiquement récupérées, par un script java en direction des cybercriminels.

Prévenu depuis le mois de mai 2020 par la société française de sécurité informatique, le géant de Mountain View a automatiquement supprimé ses applications malveillantes de son PlayStore durant le mois de juin. Alors, il est conseillé aux utilisateurs qui ont encore cette application présente sur le smartphone de les désinstaller le plus tôt possible. Pour ce faire voici la liste exhaustive de ces logiciels malveillants :

Super Wallpapers Flashlight

Padenatef

Wallpaper Level

Contour Level Wallpaper

iPlayer & iWallpaper

Video Maker

Color Wallpapers

Pedometer

Powerful Flashlight

Super Bright Flashlight

Super Flashlight

Solitaire Game

Accurate Scanning of QR Code

Classic Card Game

Junk File Cleaning

Synthetic Z

File Manager

Composite Z

Screenshot Capture

Daily Horoscope Wallpapers

Wuxia Reader

Plus Weather

Anime Live Wallpaper

iHealth Step Counter

com.tqyapp.fiction

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Le Play Store de Google à l’épreuve de 24 000 applications non fiables

Comme toujours, la boutique d’applications de Google est confrontée à des problèmes d’applications illicites.

Certains logiciels continuent de cacher leurs fonctionnalités d’espionnage, ce qui met grandement en danger les utilisateurs. Selon les spécialistes de la cybersécurité de chez Comparitech, le FireBase du PlayStore présente une faille de sécurité critique. Il existe certaines vulnérabilités dont peuvent profiter des pirates informatiques pour mener à bien la propagation de certains logiciels ayant des fonctionnalités malveillantes. Et dans cette nouvelle vague de cyber criminalité, l’objectif des hackers est de dérober le maximum de données appartement au utilisateurs.

Cet article va aussi vous intéresser : 12 000 applications Android potentiellement vérolées

Il faut noter que les failles de sécurité dont il est question, sont visibles sur la plate-forme Firebase, une plate-forme qui fait partie du grand groupe de Google, acquise en 2014 par le géant américain. Cet espace permet aux développeurs de programmer de nouvelles applications très rapidement dédiées au web et au mobile. Peut-être que le problème vient du fait que plusieurs utilisateurs peuvent utiliser en même temps le même outil sans en connaître la faille de sécurité.

Selon les chercheurs en sécurité de Comparitech, le problème de sécurité vient d’une mauvaise configuration du système de protection de Firebase par ces développeurs d’origine. Et cela a pu affecté près de 24 000 applications déjà présentes sur le PlayStore. Ce qui fait que les données personnelles qui seront collectées par les développeurs à travers leurs applications plus ou moins vérolées sont menacées car, ces informations peuvent être récupérées sur les serveurs de Firebase. Il suffit d’un simple ajout de « .json » à la fin de chaque adresse web de Firebase pour en avoir accès. En somme, un véritable problème de sécurité. Car, tout cybercriminel étant suffisamment expérimenté, pourrait s’infiltrer dans le système, et dérober suffisamment de données d’utilisateurs qu’il le souhaiterait. En d’autres termes les cybercriminels peuvent avoir accès à présent à plusieurs types de données tels que des identifiants de connexion comme des mots de passe des adresses mail des noms d’utilisateurs, et mieux encore, les adresses IP des adresses postales et même des coordonnées téléphoniques.

Bien sûr certaines informations qui seront collectées seront encore plus sensibles. Car comme on peut l’observer, il existe des bases de données présentes sur le Firebase de Google, qui contiennent des informations de nature financière telles que des coordonnées bancaires et des photos d’identité. En tenant compte du fait que Firebase est utilisé dans la création de logiciel tournant sur le système de Apple, iOS et en même temps sur le web, qu’on peut alors imaginer la masse d’informations qui être compromises à n’importe quel moment si elles ne sont pas déjà.

Par ailleurs, « Les malwares se cachent dans les applications. Les informations collectées par les hackers sur le FireBase peuvent valoir très cher sur le Dark Web. Les pirates informatiques exploitent la faille qu’ils ont trouvée sur cette plateforme pour avoir une source de revenus plutôt conséquents. » comme le signifient les experts de Comparitech.

De plus, notons que les pirates informatiques ont la possibilité d’exécuter un code malveillant.  Ils le peuvent en implantant tout simplement un logiciel malveillant, quand ils veulent causer plus de tord ou un programme de rançonnage dans les logiciels qui sont disponibles dans le Firebase. C’est pratique dans un sens et très dangereux. Il peut causer encore plus de dommages. Tout simplement parce que cela serait de nature à n’éveiller aucun soupçon du côté des développeurs.

Cette fois-ci la situation est véritablement critique. On parle de 24 000 logiciels qui seraient touchées par une faille de sécurité importante. On parle ici de près de 4,22 milliards de téléchargements dans monde, ce qui peut équivaloir au même nombre de personnes qui serait exposé. La société Comparitech après la découverte a déjà signifié la faille de sécurité à Google. Cette dernière entrera en contact avec les différents développeurs dont les applications sont menacées par la vulnérabilité afin de trouver un moyen pour les corrigés. Le géant américain à part ailleurs assuré que ça plateforme Firebase dispose de plusieurs fonctionnalités qui permettent différents développeurs de pouvoir faire aisément des configurations de sécurité dans la mesure où des corrections s’imposent. Google a assuré aussi il met tout en œuvre pour prévenir tous les programmeurs dans la mesure où leurs applications connaîtront des erreurs de configurations lors des différents déploiements des parties des sécurités.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

L’image de fond d’écran qui fait bugger Android

Il existe une image, qui est capable de faire planter votre smartphone tournant sous Android, simplement si vous la placez en fond d’écran.

Ce phénomène insolite fait parler de lui depuis le début de la semaine. Ce phénomène s’inscrit dans un ensemble de failles qui sont découvertes de plus en plus, qui cause autant de frustration que de réels dangers. Car une fois pris dans le piège de cette image, l’utilisateur est obligé de voir redémarrer en boucle son smartphone, jusqu’à ce qu’il le réinitialise.

Cet article va aussi vous intéresser : Le smartphone impossible à pirater

On se rappelle que sur l’iPhone, de simples emojis pouvaient faire planter le téléphone ou encore l’envoi d’un simple le message via l’application de messagerie de Apple, était susceptible d’ouvrir un passage vers les données stockées sur la mémoire du téléphone. Dans notre cas d’espèce, pour le système d’exploitation de Google, Android, cette fois ci, il faudra composer avec une simple image en fond d’écran. Malgré la complexité des systèmes d’information, des problèmes aussi simples mais assez surprenants ne cessent de paraître.

L’image qui pose problème ici a été découverte par IceUniverse un site d’information spécialisé dans les news relatifs au géant Coréen Samsung. « Ne définissez jamais cette image comme fond d’écran, en particulier pour les utilisateurs de téléphones mobiles Samsung! Cela fera planter votre téléphone ! N’essayez pas ! Si quelqu’un vous envoie cette photo, veuillez l’ignorer ». Pouvait-on lire sur son compte Twitter.

Ce dernier a prévenu l’ensemble de la communauté d’Android via ce tweet de ne pas utiliser l’image concernée. Et cela à cause de sa capacité à rendre circonstanciellement inutilisable le smartphone une fois qu’elle se trouve en fond d’écran. Et pire encore. Le téléphone ne se plante pas tout simplement, il se met à redémarrer en boucle, tout seul. L’utilisateur n’aura d’autres choix que de réinitialiser complètement ce dernier pour être en mesure de l’utiliser à nouveau.

Par ailleurs, après certains tests menés sur différents smartphone, il a été démontré que tous les téléphones portables sur Android, ne sont pas concernés par ce bug. Selon le site Android Authority, le Huawei mate 20 pro, a résisté au bug alors que le Google pixel 2 lui a bel et bien été planté du côté du site spécialisé 9To5Google.

Une précision de taille : l’image en cause ne plante le téléphone portable que lorsqu’elle est programmée en fond d’écran. Ce qui sous-entend que lorsqu’elle est dans la galerie, transmise ou ouverte par d’autres applications, cela ne pose aucun problème sur le fonctionnement du smartphone.

La cause de ce bug a été identifié par le site Web 9To5Google. Selon ce derniers, le problème serait dû à la manière dont le système d’exploitation de Google gère les espaces de couleur. En effet, selon sa configuration de base, Android est paramétré de sorte à afficher les images en fond d’écran en utilisant l’espace de couleurs RGB. Ce qui n’est pas le cas pour cette image qui utilise l’espace RGB. La conséquence et donc évidente, le système d’exploitation a du mal à afficher de manière correcte dans l’image, ce qui cause les différents redémarrage l’écran. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi certaines marques de téléphone sont immunisés face ce problème. Car selon cette gestion de couleur, les différents smartphones tournant sur Android peuvent planter ou ne pas. Un problème qui sera sûrement facile réparer via une mise à jour. Surtout qu’avec Android 11, la faille sera amplement résolu. Car on est fait le pixel 4XL sous Android 11 n’a pas subi le problème commun à tous les autres fonctionnant sous Android 10.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage