Contact Tracking : L’Allemagne propose tout le code source de son application de traçage en open source

Ce mardi, l’Allemagne lançait un appel au public pour exhorter au téléchargement de son application de traçage mobile du nom de Corona-Warn-App.

Il faut noter que ces derniers temps, du côté des applications se sont celles destinées au traçage mobile des individus qui sont d’actualité. Le but étant de lutter efficacement contre la propagation du virus qui est la cause de cette pandémie.  Et bien sûr, de nombreux pays à l’instar de la France se sont invités dans ce secteur.

Cet article va aussi vous intéresser : StopCoviD : La première publication du code source de l’application de traçage serait vide et sans intérêt

Certains développeurs sur la plateforme de Microsoft GitHub expliquent la situation de l’application allemande : « Ce projet a pour objectif de développer une application basée sur la technologie avec une approche décentralisée – fortement inspirée par les protocoles DP-3T (Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing) et TCN et basée sur les spécifications Privacy-Preserving Contact Tracing d’Apple et de Google. Comme DP-3T et le protocole TCN, les applications et l’infrastructure backend seront entièrement open source – sous licence Apache 2.0 ! Les applications (pour iOS et Android) collecteront des données pseudonymes à partir de téléphones mobiles à proximité à l’aide de la technologie Bluetooth. Les données seront stockées localement sur chaque appareil, empêchant l’accès et le contrôle des données par les autorités ou toute autre personne. Nous respecterons les normes de protection des données applicables et garantirons un niveau élevé de sécurité informatique. Ce faisant, nous répondons aux préoccupations des utilisateurs en matière de confidentialité et visons ainsi à accroître l’adoption de l’application ».

Désormais, cette application qui va coûter à l’Allemagne près de 3 millions d’euros par mois, peut-être téléchargée par les personnes ciblées que ce soit sur la plate-forme d’Android ou iOS. Sur la plate-forme de Apple, elle tournera sur les terminaux fonctionnent avec iOS c’est-à-dire la toute dernière version. Une version qui est généralement embarquée à partir des modèles d’iPhone 6S. C’est dire que tout utilisateur de l’iPhone 6, 5 ou 5S ou tout modèle antérieur ne pourront pas utiliser cette application. Concernant les mobiles tournant sur Android, le Bluetooth LE doit être obligatoirement prise en charge pour le fonctionnement efficace de l’application. Fonctionnant avec les API de Google, le fonctionnement de l’application exige que les services Google Play doivent être obligatoirement activés.

Concernant l’application, le ministre de la santé, Jens Spahn, déclarait lors de l’événement de lancement : « Cette application n’est pas une panacée. Ce n’est pas un laissez-passer gratuit. Mais c’est un outil supplémentaire important pour aider à contenir la pandémie ». Tout comme la Pologne, la Lettonie ou encore l’Italie, l’Allemagne lance aussi ça son logiciel de traçage en se basant sur les technologies proposées par les deux géants Américains que sont Google et Apple. Contrairement à la France, les informations liées au contact Bluetooth ne sont pas centralisées sur un serveur unique externe. Dans la condition telle que celle de l’application allemande, la confidentialité des utilisateurs est préservée car les informations sont stockées directement sur les appareils.

Bien que le code source fut dévoilée en Open Source, certaines inquiétudes demeurent : « Je sais que le code source est sur GitHub, mais comment savez-vous que l’application dans le Play / App Store a également été compilée à partir de ce code ? » interrogeait un intervenant lors de la cérémonie de lancement. À cette question, l’un des développeurs en charge de l’application répondit : « Vous devez avoir confiance en nous ou en l’Institut Robert Koch. Lors de la conférence de presse officielle en particulier, notre conseil technologique a confirmé de manière explicite que nous travaillerons sur des versions reproductibles. ». C’est alors qu’un autre intervenant déclare : « ce serait formidable si vous pouviez permettre aux utilisateurs d’Android d’exécuter des versions reproductibles pour vérifier que la version téléchargée à partir de Google Play est 100% équivalente au code source ici sur GitHub. ».

D’autres questions furent posées aux autorités à savoir on n’est pas que de l’application sur le fonctionnement des terminaux sur lesquels elle sera installée : « L’application affecte-t-elle mon volume de données et, si oui, dans quelle mesure ? ». Les experts en charge ont répondu : « Il n’y a aucun impact sur le volume de données. Tous les fournisseurs ont donné l’assurance que les données transmises sont gratuites, le mot-clé est « taux zéro ». » par ailleurs « L’application vérifie régulièrement sur Internet si vous avez rencontré une personne dont le test est positif. L’application a donc des effets minimes sur le volume de données. Je compte environ 6 Ko par heure. » donc « L’application consomme environ 1,5 Mo par jour ».

Par ailleurs, le ministre de la santé du gouvernement allemand a voulu préciser que les performances du logiciel vont dépendre de la manière dont les personnes qui le téléchargent utiliseront. Il exhorte de ce fait, les personnes qui ont l’habitude d’emprunter des transports en commun de l’installer sur leur smartphone, le temps que leur participation serait d’une importance qualitative.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage