Traçage mobile : « TousAntiCovid » fait mieux que StopCovid avec ses 3 millions de téléchargements en quelques semaines

Après l’échec du premier logiciel de traçage mobile StopCovid, le gouvernement français a initié nouvelles applications connu sur la dénomination de « TousAntiCovid ».

Cet article va aussi vous intéresser : Les erreurs qui ont plombé l’application StopCovid en France

Elle a été présenté le 20 octobre dernier à Rennes. Contrairement à la précédente qui n’a grappiller que 2,7 millions de téléchargements en près de 5 mois, la nouvelle semble encore des avec les aspirations des Français. Déjà supposer que la position de ces dernières faces aux déploiements des applications de traçage mobile a évolué depuis lors. Il faudrait aussi rappeler que l’on fait face à une seconde phase de contamination en masse au coronavirus. C’est pour cette raison comme moins de 8 jours, la nouvelle application de traçage mobile destiné à contrôler les interactions et à déterminer l’étendue des contaminations a été téléchargée près de 3 millions de fois. Une belle réussite pour le moment.

Le temps qu’elle a été lancé précisément le 2 juin dernier. Ici, nous parlons de StopCovid, la première version de l’application de traçage mobile français. Face à plusieurs difficultés, les initiateurs ont dû envisager une refonte du programme informatique. Pour dire vrai, la première tentative ne faisait pas l’unanimité et n’intéressait pas apparemment les français dans leur grand ensemble. Mais depuis lors, il semblerait que les données aient changé, surtout avec la nouvelle vague de contamination au covid-19 et leur confinement qui est finalement annoncé à nouveau en France. Discours du président Emmanuel Macron le mercredi dernier, de manière officielle le confinement pour 4 semaines au moins : « Nous devons collectivement déployer beaucoup plus massivement l’application TousAntiCovid qui sera un instrument de la sortie de cette phase de confinement. ». 

De son côté le secrétaire d’État chargé au numérique de gouvernement mais c’est Cédric O écrivait : « Pour ceux qui continuent à travailler, pour réussir la sortie du confinement et rouvrir les bars et restaurants… en contrôlant la diffusion du virus, nous devons être encore plus nombreux. ».

On suppose alors que les différents appels du gouvernement à prendre nouvelle application comme une solution idoine de la part de la population a été entendu. On se rappelle alors que durant le mois d’août, le spécialiste des infections à l’hôpital Bichat à Paris, le docteur Xavier Lescure mettait de son en évidence la nécessité du déploiement d’une application de traçage mobile et surtout de son amélioration vu la situation : « Seules les solutions digitales peuvent être efficaces à ce stade-là » indiquait le spécialiste à l’époque.

Le vendredi dernier, plus de 2 289 personnes ont été enregistrées par l’application comme des cas contacts alors que 24 307 personnes ont été signalées comme non positives au coronavirus. Ce sont les chiffres du moment et encourageants il faut l’avouer.

En dépit de ce relatif succès de la nouvelle application, il faudrait mentionner que le nombre de téléchargement est bien loin derrière celle utilisées au Royaume-Uni ou même en Allemagne. Un autre problème soulevé par la direction générale de la santé. Le nombre de personnes qui désinstalle l’application après l’avoir installée s’élève à près de 1,3 million. Ce qui réduit nettement le nombre d’utilisateurs actifs à environ 4,4 millions d’utilisateur pour le moment. Par rapport à l’exemple allemande ou encore britannique, l’écart est nettement énorme, surtout pour les applications qui ont été téléchargée par environ 15 à 20 millions de personnes.

« Il y a une volonté très nette de jouer sur l’ambiguïté du nouveau nom. TousAntiCovid n’est selon lui qu’une « mise à jour mineure de StopCovid » considère Baptiste Robert, un professionnel de la sécurité informatique, l’un des premiers opposant à l’application de traçage mobile à ses débuts. « Le changement de nom, de logo et le rajout de différentes statistiques font qu’il y a eu un bond des téléchargements, mais les chiffres restent relativement faibles » note l’expert

Dans un sens, il faut relever l’effort réalisé et les concepteurs de l’application. En particulier les échanges d’identifiant anonyme passant par la technologie Bluetooth. Une technologie qui n’a pas véritablement suscité suffisamment de confiance pour télécharger beaucoup plus que cela. Mais au-delà de cela, la nécessité ne demande-t-elle pas de faire fi de certaines méfiances.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage