La fuite massive des données personnelles d’utilisateurs de Facebook a-t-il un rapport avec la panne observée hier ?

Hier, les utilisateurs de l’ensemble des services Facebook et WhatsApp et Instagram étaient confrontés à une situation.

Une panne à l’échelle mondiale a rendu inaccessible la connexion à ses différents services. Dans le courant de la journée d’aujourd’hui, une autre information tombe. Il a été mis en vente sur un forum des Dark Web plus de 1,5 milliards de données d’utilisateur du même réseau social. Alors les gens se pose légitimement la question de savoir, s’il faut faire un rapprochement entre ces deux événements. La panne subie par l’ensemble des réseaux de Facebook aurait-elle entraînée cette fuite de données d’une manière ou d’une autre ?

Cet article va aussi vous intéresser : Fuites de données et Facebook

Selon les spécialistes qui ont qui ont analysé l’effet, les 1,5 milliards d’utilisateurs de Facebook dont les données sont vendues actuellement n’ont pas à craindre que cela est une suite de la panne d’hier. En effet il s’agit plutôt d’une procédure connue par les spécialistes de la cybersécurité sous le nom de « scrapping ».

Cette histoire a été analysée par le site spécialisé du nom de Privacy Affairs.

En l’espèce, 5 milliards de compte Facebook sont vendus actuellement sur un forum du Dark Web. « Si elle s’avère authentique, cela peut constituer l’une des plus importantes fuites de données Facebook à ce jour », souligne de son côté le média en ligne.

En réalité, cette base de données n’est pas nouvelle sur le marché de la vente de données. En effet depuis le mois de septembre elle avait déjà été commercialisée cybercriminel assez populaire sur le forum en question. Elle contient les informations personnelles tel que :

– des noms ;

– des adresses mail ;

– le lieu de résidence ;

– les numéros de téléphone et les genres…

C’est qui est impressionnant dans cette base de données, c’est qu’elle implique près de la moitié des utilisateurs du réseau social Facebook dans le monde. Comme on le sait déjà, Facebook compte à ce jour près de 2,85 milliards utilisateurs actifs par mois.

Le cybercriminel qui est à l’origine de cette nouvelle suite a déjà commencé à publier le contenu de cette base de données pour prouver la véracité de ses dires. Selon le média en ligne Privacy Affairs, les informations qui sont actuellement publiées sur le Dark web en guise d’exemple sont bel et bien vraies. Par ailleurs, c’est même informations sont nouvelle car elle ne remonte pas de fuite antérieure. En d’autres termes en ce sont des données exclusives car comme le précise Privacy Affairs : « L’échantillon de données fournies est unique ».

Le vendeur de cette base de données à préciser que l’ensemble des informations personnelles contenues dans cette base de données en été en tenue en utilisant la fameuse méthode des scrapping. C’est une technique qui consiste tout simplement à récolter des informations publiques qui sont disponibles sur internet sans aucune méthode de piratage. Bien évidemment la constitution de ces données se fait à l’aide d’un script qui automatisme la collecte. En d’autres termes aucune faille de sécurité ou aucune fuite de données officielle n’a été la cause de cette base de données qui est en vente actuellement. Ce sont juste des données que n’importe qui peut avoir un se connectant sur Facebook normalement.

Cependant ces informations ne sont pas sans intérêt. En effet il est bel et bien possible pour les pirates informatiques de constituer une attaque en se servant de ces informations. Alors on fait allusion au phishing ou tout autre procédure d’escroqueries en ligne. Il y a aussi la possibilité dont dispose des pirates informatiques de se servir de ces données pour initier les attaques de force brute et de tourner les comptes Facebook. En d’autres termes vous devez faire très attention car il y a de fortes chances que vous faites partie de ces personnes victimes de ce scrapping.

On peut juste résumer en notant que cette semaine ne débute pas assez bien pour Facebook. Surtout avec l’énorme perte financière accusée par son fondateur Mark Zuckerberg qui s’évalue à hauteur de 6,4 milliards de dollars américains en l’espace de 24 heures. Sans oublier que le réseau social dans la foulée avait été accusé de favoriser les citations à la haine en ligne.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage