Archives pour la catégorie Facebook

Facebook est le leader N°1 mondial des réseaux sociaux. Il est aussi le plus piraté. Avec des milliards d’utilisateurs dans le monde, il est celui que tous les hackers tentent de cracker.

Facebook, interpellé par plusieurs gouvernements pour son projet de cryptage et de sa messagerie

Plusieurs gouvernements du monde, tel que celui de la Grande-Bretagne, des États-Unis ou même de l’Australie ont interpellé le géant américain Facebook concernant sa volonté de chiffrer toute ces plate-formes sans permettre aux forces de l’ordre d’y accéder en cas de besoin.

Malheureusement pour eux Facebook ne leur a pas donné gain de cause.

Dans la foulée, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont décidé de conclure un accord bilatéral qui va permettre aux agents de l’ordre des différents pays à pouvoir facilement s’adresser aux entreprises présentes sur leur de territoire, afin de recueillir des informations nécessaires dans le cadre de certaines enquêtes pouvant porter sur des crimes graves tels que le terrorisme ou même la pédophilie. Cela s’est inscrit notamment dans le contexte de la difficulté que rencontrent bon nombre d’enquêteurs dans le monde entier surtout au niveau de la récupération de certains messages instantanés, de photos stockées ou encore d’emails se trouvant sur les serveurs étrangers. Des ensembles qui constituent dans la majeure partie des cas, des preuves numériques.

Malheureusement comme on le sait, cet impératif d’accéder souvent à certaines données même dans un besoin d’enquête pose l’inéluctable question de la vie privée. Cela conduit dans la majeure partie des cas à porter atteinte à ce droit qui est aujourd’hui très fondamental.

Facebook qui depuis maintenant des années a été accusé par bon nombre de personnes d’être très laxiste quant à la sécurité des données ses utilisateurs, avait décider il y a un peu longtemps de mettre en œuvre un moyen pour crypter sa plateforme de messagerie instantanée, Messenger comme l’a été dans le cadre de WhatsApp.

Au vu de ceux-ci, le ministre américain de la justice Bill Barr, le ministre de l’Intérieur Kevin McAleenan, ainsi que le confrère britannique Priti Patel et australien Peter Dutton ont adressé au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg une lettre ouverte pour lui demander de ne pas réaliser ce projet : « sans inclure un moyen pour accéder légalement aux contenus des communications de manière à protéger nos citoyens ».

Par ailleurs ils ne manquent pas de reconnaître que Facebook « a entrepris un travail important pour lutter contre les contenus illégaux les plus graves ». Du côté de Facebook, les dirigeants ont voulu de leur côté répondre : « Nous sommes fermement opposés aux tentatives du gouvernement de construire des portes dérobées (…) Nous pensons que les gens ont le droit d’avoir des conversations privées sur internet »

Pour le gouvernement, si Facebook arrive à mettre en œuvre son projet, les autorités Perdront alors 70 % des signalements qui était fait concernant les contenus images à caractère pédophile. Ce cas avait représenté en 2018 environ 16,8 million de signalement et a permis d’arrêter plusieurs responsables de ce genre d’activités illicites.

Pour l’institution non gouvernementale, le centre pour la démocratie et la technologie, l’accord bilatéral entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, est de mauvaise facture : «Ces gouvernements jouent sur les peurs dans un effort concerté pour diminuer la sécurité des communications dans le monde et construire une surveillance gouvernementale (…) Légiférer en faveur de technologies moins sûres, c’est comme de rendre obligatoire des trottoirs qui s’effondrent dans le but d’empêcher les criminels de fuir (…) C’est ridicule, ça ne va pas marcher et ça nous met tous en danger de nous blesser.»

Pour la première fois, on pourra dire que l’opinion publique soutien Facebook dans sa lancée au détriment du gouvernement américain.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

La fonction de WhatsApp « supprimer pour tous » ne fonctionne pas avec tous les téléphones

Il arrive souvent qu’on envoie un message ou encore un média via la messagerie WhatsApp à un de nos contacts. Il arrive aussi qu’on ait envie de supprimer ces même messages qu’on ne venait de leurs envoyer. Alors WhatsApp a instauré une fonctionnalité sur son application permettant de supprimer le dernier message envoyé mais indésirable pour nous.

Cet article va aussi vous intéresser : Pirater un compte Whatsapp en 3 méthodes

Avouons que c’est une fonctionnalité très bien utile. Cependant, il se pourrait qu’elle soit inefficace pour certains nombres de Téléphones. En effet il se pourrait que les iPhone continuent de garder le message que l’utilisateur veut supprimer. Cela est dû au fait que le système iOS ne fonctionne pas de la même manière que les smartphone sous Android. Donc il est recommandé te faire très attention à qui on envoie les messages surtout à qui on envoie certains media. En principe, quand utilisateur envoie un message sur WhatsApp, il dispose exactement 1 heure 08 minutes et 16 secondes pour décider de l’effacer ou non. Cette possibilité est en principe destinée à tous les utilisateurs de WhatsApp. c’est pour cette raison que cela s’affiche quand on essaie d’appuyer sur l’onglet effacer, on voit : « supprimer pour tout le monde ». Et depuis de 2 ans déjà que cette fonction existe mais malheureusement elle ne s’applique pas aux utilisateurs de iPhone.

Selon un chercheur en sécurité informatique, Shitesh Sachan, c’est la fonctionnalité que possède le téléphone iPhone dénommé la fonction pellicule, en anglais : « Save to Camera Roll. » qui serait la cause de cette petite irrégularité. Effectivement dans ces smartphones sous iOS, il a possible d’activer une fonctionnalité, donc on peut la désactiver, qui permet qui permet de sauvegarder automatiquement tous les médias transmis par WhatsApp dans les fichiers galerie de l’utilisateur de iPhone. Et on sait que la fonction « effacé pour tout le monde » utilise à peu près le même principe. Cependant, Conformément à la politique de sécurité du géant américain Apple, aucune application tierce ne peut agir automatiquement sur les fonctions propres de ses appareils. Ce qui fait qu’il est difficile voir littéralement impossible le commander a une marque de type pomme de supprimer automatiquement un fichier reçu déjà enregistré dans sa galerie, que ce soit une vidéo une photo ou encore autre chose.

C’est au vu de cela que le consultant sécurité informatique Shitesh Sachan, a bien voulu contacter WhatsApp pour lui faire part du problème qui se posait. Car, certains utiliserons cette fonctionnalité« effacer pour tout le monde », alors que dans certains cas il se trouve est totalement inutile. On imagine les désagréments.

De son côté, WhatsApp a voulu soulevé le fait que cette fonction visait principalement la suppression des messages textes, et qu’en aucun cas il avait garantie que cela marcherait avec les fichiers media.

Notre chercheur a pu observer cette même faille de fonction dans l’application de messagerie Telegram. Cependant de leur côté, les éditeurs ont déjà proposé un correctif pour pallier à ce problème.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Fuite de données sur Facebook : 419 millions d’utilisateurs affectés

L’actualité du moment concerne la fuite massive de données que vient d’essuyer Facebook.

Un Chercheur en sécurité informatique du nom de Sanyam Jain, lors d’une inspection sur un serveur accessible à tous sur le web, a découvert le numéro de téléphone de plus de 419 millions d’utilisateurs du réseau social le plus célèbre du monde. Une énorme fuite de données de plus dans le compteur du géant américain du divertissement numérique.

Il faut avouer que cela tombe mal car suite à l’affaire concernant le manque de confidentialité de données personnelles qui avait alerté l’ensemble des utilisateurs du réseau social mondial. Il n’a pas fait long feu avant que d’autres problèmes ne leur tombent sous les bras. Cela met en mal la crédibilité du réseau social qui est depuis peu considéré par certains comme un « passoire à données personnelles. » disons que pour Mark Zuckerberg, c’est pas de chance !

Selon le chercheur de la GDI Foundation, il n’y a pas seulement que les numéros de téléphone qui étaient disponibles sur le serveur non protégé du web. On pouvait trouver d’autres identifiants de connexion tels que des noms d’utilisateur, des adresses mail, la localisation géographique des utilisateurs tels que leurs pays ou encore leurs résidences.

Par la suite, il a été découvert que 133 millions de ces données enregistrées illégalement provenaient d’utilisateurs de nationalité américaine. 18 millions concernés dont des utilisateurs britanniques, et 50 millions pour de Vietnamiens. Il y avait parmi les victimes, certaines célébrités qui ont vu leurs numéros de téléphone exposés au grand jour. Avec tous les désagréments qui vont avec.

Le géant américain de son côté essaie de rassurer ses abonnés en les assurant que la fuite de données ne concernait pas les comptes. Cependant il est difficile à croire cela car on se demande bien d’où pourrait venir autant de données et à qui elles appartiennent actuellement. Facebook souligne que les données qui sont contenues sur ce serveur sont des données obsolètes n’ayant aucune valeur immédiate et ne nous pouvons affecter d’aucune manière les comptes actifs actuellement.

N’oublions pas que, il y a quelques semaines de cela Facebook avait été sanctionné, condamné à payer des amendes qui s’élevait à environ 5 milliards de dollars pour son manque de transparence et de sérieux quant à la gestion et la confidentialité des données personnelles de ses abonnés à sa charge.

Pour le moment les autorités ne se sont pas saisies encore de l’affaire. De même que jusqu’à présent, aucune plaque n’a été déposée compte Facebook pour cet incident. À croire que les dirigeants du réseau social ont peut-être raison, relativement au caractère caduque de se données.

Les réseaux sociaux sont de plus en plus des banques de données pour les pirates informatiques. La sécurité des données personnelles représente quelque chose d’un peu plus important aujourd’hui, disons critique.

 Les fuites deviennent légions ces temps-ci. Si ce n’est Instagram ou Snapchat, salut c’est le tour à Facebook, sachant que ce sont les plus grands engrangeurs de données personnelles au monde.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Les blagues les plus courantes sur Facebook

Si l’on considère Facebook comme étant une extension de soi, de sa pensée, de sa manière d’être, de la façon dont on perçoit la vie, on peut alors également imaginer qu’il en va de même pour les autres utilisateurs.

Partant de ce principe, et compte tenu du miroir déformant qu’est ce réseau social, on peut adresser à tout son réseau l’image de soi avec laquelle on se sent le mieux.

En fait Facebook nous permet de nous faire identifier par les membres de notre réseau comme on voudrait être perçu dans la vie. Si vous voulez éviter qu’on vous fasse de blagues alors choisissez un bon mot de passe.

Il s’agit donc, en ce sens, d’un outil de contrôle de son image.

Les meilleurs blagues à faire

A partir de là, énormément de situations peuvent êtres cocasses. Il suffit parfois d’un changement minime sur un seul point, pour faire s’émouvoir tous nos « amis ».

Si vous avez un compte Facebook depuis longtemps, que les gens qui vous suivent vous ont bien repéré, essayez quelques manipulations, et vous constaterez par vous-même. Vous pouvez facilement trouver un mot de passe facebook pour faire ces blagues à vos amis.

Changer son statut « en couple »

Par exemple, alors que vous êtes connu pour votre célibat, changez de statut et affichez-vous en couple. Vous verrez aussitôt déferler sur votre fil d’actualité un chapelet de félicitations pour votre changement de vie.

Beaucoup de gens prenant ce qui est écrit sur les murs des autres pour argent comptant, vous aurez piégé vos suiveurs.

Le double anniversaire

De la même façon, si vous vous sentez en manque d’affection, rien ne vous empêche de fêter votre anniversaire deux fois dans l’année.

Là encore, la plupart de vos contacts vous souhaiteront un heureux anniversaire, sans même se rappeler qu’ils l’ont déjà fait six mois avant. Et ce type de blagues est répétable à l’infini.

Vous pouvez modifier vos statuts comme bon vous semble, et donc y écrire ce que vous voulez ou ce qui vous passe par la tête. Dans l’absolu, rien ne vous interdit de vous inventer une vie…

J'aime

Les limites de l’humour

Mais il existe une limite à cela. Et, invariablement, on en revient toujours à l’histoire de Pierre et le Loup.

A force de blaguer en permanence, plus personne ne vous croira lorsque vous publierez une information sérieuse. Si l’inverse est vrai aussi, il est plus facile d’y remédier. De plus, vous pouvez lasser vos contacts, qui se désintéresseront de vous et ne suivront plus votre fil.

Le risque, c’est que lors de la réelle date de votre anniversaire, personne ne vous le fêtera.

Attention à l’humour noir

Dans un autre style, l’humour noir a aussi ses adeptes. Qu’il s’agisse de photos ou d’éléments de textes, il est toujours intéressant de faire attention à la façon dont les autres réagissent à vos sorties.

Mais là encore, certaines formes d’humour ne sont pas compatibles entre elles, ou avec le contexte, tout simplement. Le tout, dans l’humour, c’est de savoir à quel moment, et sur quel public, vous sortez vos histoires. Un certain équilibre doit être trouvé pour maintenir une forme de crédibilité. Et chacun a ses propres limites.

Et rappelez-vous cette phrase de Pierre Desproges : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. »

Nos conseils : 3 astuces pour éviter un hack Facebook

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :
Télécharger Mot de Passe

Facebook consulte nos profils sans mot de passe

Assez étrangement, cela ne surprendra personne. Certains s’offusqueront sans doute, mais il semblait assez évident que notre compte Facebook puisse être consulté aussi facilement. Certes, nous le verrouillons avec un mot de passe. Mais encore faut-il que ce mot de passe soit suffisamment efficace d’ailleurs, pour éviter que quiconque puisse consulter nos informations privées.

Pas besoin de mot de passe pour pénétrer les comptes Facebook

C’est le producteur de musique Finlandais Paavo Siljamäki qui a fait la découverte, lors d’un rendez-vous avec la firme Américaine, que les employés du numéro un des réseaux sociaux pouvaient consulter à loisir tous les comptes de tous les abonnés à Facebook, sans avoir besoin de mots de passe. Dans l’absolu, toutes les informations privées de chaque inscrit peuvent donc être, non seulement lues, mais également divulguées par des employés peu scrupuleux.

La réponse de Facebook

Facebook assure que cette possibilité est offerte seulement à certains employés, selon leurs fonctions dans l’entreprise, et toujours dans le but de régler certains bugs. De plus, la société précise avoir été contrôlée récemment par l’équivalent de la CNIL Irlandaise, dans le cadre d’un audit. Et c’est justement là que le bât blesse. Ce n’est pas un hasard si les sièges Européens des plus grandes entreprises de haute technologie sont basés en Irlande. La CNIL Irlandaise est une vraie passoire. On ne peut donc pas s’assurer de la grande fiabilité des contrôles. Et même si Facebook assure que les employés suspects seraient suivis et licenciés en cas d’abus, rien ne permet de le vérifier et le doute est permis.

On ne cache pas d’informations vitales sur Facebook.
Quoi qu’il en soit, et à moins de rêver, on sait déjà que Facebook n’est pas le lieu idéal pour cacher des informations trop intimes, voire sensibles. Dans les dernières années, des failles sur les réseaux de certains pays permettaient à qui savait les trouver, de consulter les profils de n’importe qui. De plus, quand on sait que le mot de passe le plus fréquemment utilisé en 2014 était « 123456 », on se dit que nombre de gens se moquent totalement de ce qui pourrait être trouvé sur leur page. Enfin, les informations personnelles stockées sur nos ordinateurs sont déjà facilement accessibles pour un hacker de bon niveau, alors sur un réseau social…

Quid de la protection des données sur Facebook ?

Facebook, qu’on le veuille ou non, est un espace public, plus ou moins sécurisé selon les paramètres de confidentialité mis en place par l’utilisateur. Penser que l’on peut préserver une totale intimité sur une place publique relève de l’utopie, sinon de la naïveté. Il faut considérer le réseau social comme un lieu virtuel dans lequel des échanges sont possibles avec des personnes éloignées géographiquement, mais surtout pas comme une place privée que l’on pourrait ouvrir à un public choisi, de temps en temps. D’une façon ou d’une autre, tout ce qui est publié sur Facebook est public. Savoir que des employés de la firme puissent y avoir accès plus simplement que d’autres n’est donc finalement pas si dérangeant.

Lisez aussi nos conseils d’experts pour ne pas se faire pirater Facebook.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :
Télécharger Mot de Passe