Une cyber surveillance la Ouïghours bloquée par Facebook

Ce jeudi 24 mars 2021, Facebook faisait l’annonce dans un communiqué avoir participé au blocage d’un groupe de cybercriminels affiliés au gouvernement chinois qui utilisaient des services proposés par le réseau social dans le but d’espionner plusieurs membres de la communauté musulmane des Ouïghours.

Des Ouïghours, il faut le préciser qui réside hors du territoire chinois.

Selon les explications du réseau social, les pirates informatiques se sont servis de liens corrompus qu’ils ont distribués à des profils ciblent dans le but d’effectuer leurs appareils avec des logiciels espions. Par conséquent plusieurs centaines Ouïghours ont été contactés par de faux comptes, derrière lesquels se cache et les pirates informatiques chinois quelle heure ont balancé ce lieu rompu, pour les attirer sur des sites internet piégé.

Cet article va aussi vous intéresser : Pirater compte Facebook sans payer d’argent

L’équipe de sécurité informatique de Facebook a expliqué que les pirates informatiques utilisaient des comptes factices généralement en se faisant passer pour des militants en faveur des droits de l’homme, des journalistes ou encore des étudiants pour facilement approcher les personnes ciblées. Les sites internet vers lesquels étaient généralement dirigés les membres de la communauté Ouïghours prenaient souvent la forme de site internet de média diriger en faveur de la lutte pour les Ouïghours.

Toujours selon Facebook, les pirates informatiques qui seraient derrière cette compagne de cyber espionnage, font partie d’un groupe de pirates informatiques connu sous le nom de « Evil Eye » ou encore de « Earth Empusa » dans le secteur de la cybercriminalité. La catégorie de personnes qu’ils ciblent étaient précisément soit des journalistes, des activistes ou encore des dissidents au régime de Pékin, majoritairement des Ouïghours. En effet les personnes victimes de ces actions sont généralement des originaires de la région du Xinjiang, mais bien sûr qui réside à l’étranger dans certains pays tels que :

– le Kazakhstan

– l’Australie

– les États-Unis

– la Turquie

– le Canada

– la Syrie

« Cette activité présente les caractéristiques d’une opération aux ressources importantes et persistante, tout en masquant son origine », a signifié le responsable des règlements sur la sécurité du réseau social dans sa publication récente sur son blog. Les spécialistes de Facebook ont aussi signifié que la campagne de cyber-espionnage a ciblé au moins 500 personnes. « Même si un petit nombre d’utilisateurs est touché, moins de 500 dans le monde dans ce cas, l’impact peut être grave, vous pouvez imaginer la surveillance mise en place » a expliqué Nathaniel Gleicher, le responsable de service de sécurité. Du côté des autorités chinoises, en l’occurrence de l’ambassade de Chine à Washington, aucune déclaration officielle n’a été entendue sur le sujet. Mais comment le sait, le gouvernement chinois a toujours nié toute forme d’accusation d’espionnage informatique.

Dans un certain sens, toutes ces révélations semblent survenir à un moment de très important. En effet, il y a actuellement une audition en cours au congrès ou doit se présenter l’ensemble des patrons des grosses plateformes américaines dont Twitter Google et Facebook, pour traiter des questions liées à la désinformation sur celle-ci.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage