La Chine est accusée d’installer des logiciels espions sur les smartphones des touristes

En visite en Chine, des milliers voire des millions de touristes sont victimes d’espionnage après l’installation de logiciel malveillant sur le smartphone.

En effet, en arrivant à la frontière d’une région chinoise du nom de Xinjiang, il est demandé au touriste de laisser derrière leur téléphone portable aux douaniers. à leur insu une application espionne est semble-t-il installée sur les téléphones. Du moins c’est ce qui nous parvient comme information. Cela ne semble pas si exceptionnel que cela au vu de la conjoncture de cette région en Chine ou même du pays tout.

Cet article va aussi vous intéresser : Le parlement Australien, victime d’une cyberattaque d’origine Chinoise selon l’agence

Selon les informations courante, les chinois sont soumis à un régime de surveillance et de collecte massive de données visant pour le gouvernement en place d’avoir une vue d’ensemble de tout ce qui se passe sur le territoire national en particulier dans cette Province situé à l’ouest du pays ou les villes sont dans un système de surveillance accrue avec un ensemble de technologies à la base telle que la reconnaissance faciale, les caméras, les écoutes pour public les logiciels espions.

Cette surveillance a pour but selon la rumeur de surveiller et si possible réprimer la minorité musulmane des ouïghours qui sont majoritaires dans cette région. Mais ce que tout le monde ignorait c’est que les touristes aussi faisaient partie des personnes espionnées à l’instar de la population locale.

Seulement voilà, un collectif de media composé de grandes presses tels que le New York Times et le Guardian ont révélé ce que fait le gouvernement chinois, qui était à la baguette dans cette histoire. Les applications installées dans les téléphones des touristes permettaient de collecter des informations personnelles à leur insu. Des informations telles que des SMS les échanges de courrier électronique, des activités sur les réseaux sociaux ainsi que des fichiers vidéo, photos etc…

L’application est dénommée « abeilles bitumeuse » en traduction française. Et elle est installée après confiscation de téléphone car le tourisme n’ont pas le choix : « Ils font bien comprendre que ce n’est pas optionnel » expliquait Lea Deuber, une correspondante en Chine du Journal allemand Süddeutsche Zeitung. L’installation de l’application se fait en quelques minutes. Une fois sur le smartphones, elle collecte les données voulu ensuite les agents l’effacent. Malheureusement certains ne sont pas assez rigoureux dans leur travail d’espionnage. Et certains touristes ont remarqué après avoir récupéré leurs téléphones qu’il y avait une application en plus dénommée Feng cai en traduction littérale qui signifie abeille bitumeuse. Etant une technique impossible pour les iPhones, ils se contenteraient seulement de le brancher à l’aide de câbles USB modifiés.

à la question de savoir ce que recherche exactement le gouvernement chinois, c’est un journaliste qui déduit que le but est de rechercher la présence de plusieurs fichiers ( 73000 au total), des fichiers qui sont dans la catégorie interdit en Chine. On peut citer notamment des publications à caractère islamiste, des vidéos d’hymnes d’exécution, des instructions pour fabriquer des arme, etc… Selon le New York Times le but sera d’étouffer une avancée potentielle de l’islamisme radical dans la région.

Selon un membre de l’ONG britannique Privacy International, Edin Omanović, tous les faits qui ont été décrit sont « très alarmantes dans un pays où télécharger la mauvaise application ou le mauvais article peut vous conduire dans un centre de détention. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage