La polémique de la technologie de reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale est une technologie qui se répand de plus en plus en Europe et même aux États-Unis.

Les autorités ont décidé de l’utiliser pour différents usages tels que dans les postes frontaliers, les aéroports, les véhicules de police, dans les stades en prétextant la raison de sécurité.

Cet article va aussi vous intéresser : Il est conseillé de masquer la caméra des téléviseurs connectés

Cependant, il est de l’avis général que cette technologie est aussi utilisé par les autorités dans le but de rassembler des informations sur les citoyens sans tenir compte de leur droit à la vie privée et au détriment des libertés civiles. Pour cela, plusieurs personnes ont exprimé leur désapprobation, quant à l’usage qui se fait de plus en plus de la technologie de reconnaissance faciale.

Un membre du parlement européen, membre du parti « Pirate party Germany », mais c’est Patrick Breyer a déclaré qu’il faudrait mettre fin aux usages actuels de la reconnaissance faciale avant que cela engendre d’autres problèmes.

Du côté américain, Ed Markey, sénateur, a de son côté affirmé que durant le mois de juin dernier, l’usage qui a été fait de la technologie de reconnaissance faciale par les autorités étaient de nature à porter atteinte de façon persistante sur la vie privée des citoyens américains. Par ailleurs, l’on a toujours pointé du doigt la Chine comme étant l’exemple type de l’utilisateur abusif de la technologie de reconnaissance faciale sur ses concitoyens. Cela a été observé lors de l’identification des manifestants pro démocratiques dans les territoires de Hong Kong ou encore dans la répression des Uyghurs au nord de la Chine dans la région du Xinjiang.

Mais ce qui pose problème le plus dans les pays occidentaux, c’est la manière dont les autorités publiques ont délaissé le contrôle de cette technologie entre les mains et les grandes entreprises, leur permettant ainsi de s’ingérer dans tout ce qui était en principe du ressort du gouvernement. Non content de vendre ces outils aux services de police, ils ont été intégrés dans des applications et dans les appareils appartement au consommateur lambda. De ce fait nous assistons aujourd’hui à un déploiement massif de cette technologie par les forces de police et de sécurité d’une grande majorité des pays occidentaux. Dans certains postes frontaliers comme aux États-Unis, les agents sont équipés souvent de caméra dotée d’une intelligence artificielle permettant d’identifier les individus juste en observant leurs traits de visage. Cela est aussi de mise dans certains véhicules de police et aussi dans des entrées de stade. Il est même disponible dans certains établissements américains et européens, les dispositifs de reconnaissance faciale qui permettraient d’identifier les élèves.

Par ailleurs, la lutte contre l’utilisation abusive de cette technologie ne fait que commencer quand bien même qu’elle peine à démarrer actuellement. En effet aux États-Unis, par exemple toute proposition qui était destinée à limiter le l’usage de cette technologie a mis du temps à trouver des soutiens.

En Europe et aux États-Unis, la fameuse question de sécurité nationale tend à prendre le dessus sur la vie privée. De ce fait les gouvernements trouveront les excuses suffisantes pour continuer à utiliser de manière abusive la reconnaissance faciale sans tenir compte des impacts réels sur les droits fondamentaux de leurs concitoyens.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage