Le réseau social chinois TikTok est accusé de collecter des informations à l’insu de ses utilisateurs

Au cœur d’une polémique, le réseau social chinois TikTok n’a pas été du tout discret sur ce coup.

En effet, déjà accusé à plusieurs reprises à d’espionner pour le compte de l’État chinois, ce dernier aurait, pour des utilités publicitaires, utiliser une faille de sécurité pour récolter certaines informations relatives aux terminaux des utilisateurs en particulier les adresses MAC. Et cela sans que ces derniers ne donnent leur accord explicite et volontaire.

Cet article va aussi vous intéresser : Le réseau social Chinois TikTok dans le collimateur des autorités québécois

Même si l’application chinoise a cessé d’utiliser cette astuce depuis le novembre 2019, il n’en demeure pas moins, qu’elle sera encore entachée par cette irrégularité. Selon les dernières informations, le réseau social aurait utilisé cette tactique de collecte illicite de données pendant près de 15 mois.

Cette information a été révélée par le Wall Street Journal, qui est dans ses écrits signifie que TikTok a littéralement détourné les informations pendant près de 1 ans. Les utilisateurs qui ont été ciblées selon le média américain était les utilisateurs de smartphones tournant sous l’OS de Google, Android. Cela s’apparente littéralement à un piratage informatique lorsqu’on sait que le consentement de ces derniers n’a pas été requis durant tout ce temps. Le journal américain mentionne que cette pratique aurait cessé à partir du 18 novembre 2019.

La raison pour laquelle le réseau social s’est intéressé aux adresses MAC des smartphones de ses utilisateurs, c’est tout simplement parce que c’est qu’un identifiant propre à la carte réseau de chaque terminal connecté à Internet. Il peut s’agir d’un smartphone d’une tablette, d’une console de jeux ou même d’un ordinateur. De par son unicité, à cette adresse va permettre d’identifier de manière persistante l’utilisateur, car il est incapable de ne la changer ni même de la réinitialiser.

Ainsi, collecter ces informations accroît le potentiel publicitaire de la plate-forme qui s’y adonne. Et cela peut-être une véritable source de revenu. En effet les adresses MAC permettent : « d’établir des profils de comportement du consommateur qui persistent malgré toute mesure de protection de la vie privée » pouvait-on lire sur le site 9to5Google. Dans ce cas de figure, la seule manière dont dispose l’utilisateur pour se libérer d’un quel suivi serait malheureusement de changer de terminal.

Concernant la collecte de l’adresse MAC, il faut noter que depuis 2015 le géant américain Google, l’a formellement est interdit sur sa plate-forme Android. Même avec le consentement de l’utilisateur, la pratique est formellement bannie par le géant américain. Ces derniers imposent applications présente dans sa boutique en ligne le PlayStore de ne pas collecter « des informations personnelles identifiables ou associées à un dispositif d’identification permanent ». La règle un club bien évidemment aussi bien les adresses MAC que les adresses IMEI et bien d’autres. Et bien sur la règle visiblement a été violée par le réseau social chinois. Selon le Wall Street Journal, TikTok se serait servi d’« une couche de chiffrement supplémentaire et inhabituelle » pour dissimuler, les informations qu’il collectait auprès des utilisateurs de son application Android. Un chiffrement qui malheureusement n’apporte de rien de plus pour la sécurisation de ces informations personnelles collectées. Si ce n’est bien sûr de rendre difficile de potentiel examens effectués par un tiers, pour s’informer des informations qui étaient récolté par l’application.

Interrogé par les journalistes du quotidien américain, les responsables de réseau social chinois n’ont pas tardé dans des commentaires. Ils ont tout simplement mentionné que la « version actuelle de TikTok ne collecte pas d’adresses MAC ». Du côté de Google, il a été indiqué qu’un examen minutieux sera livré pour éclaircir ma part d’ombre dans cette affaire.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage