Le réseau social Chinois TikTok dans le collimateur des autorités québécois

La fortune de Zhang Yiming est évaluée hauteur de 16,2 milliards de dollars américains c’est-à-dire près de 22 milliards de dollars canadiens.

Il est classé selon le magasine Forbes, comme étant l’une des 100 plus grosses fortunes dans le monde. Il est le fondateur et le dirigeant de la maison-mère du célèbre réseau social TikTok, ByteDance. Le réseau social qui est depuis il faut le noter, un certain temps, au cœur de polémiques aux États-Unis et Europe, fait dorénavant parler de lui dans les contrées canadiennes. Notons que l’administration de Donald Trump aux États-Unis menace depuis toujours, de bannir TikTok et cela même en pleine crise de coronavirus, ou l’application à connu un succès incontestable. Et la raison serait que cette dernière pourrait servir de manivelle d’espionnage pour gouvernement chinois.  Cette inquiétude, malheureusement pour TikTok se généralise.

Cet article va aussi vous intéresser : Le réseau social Tik-Tok frappé d’une vulnérabilité

Récemment un expert de la cybersécurité a mentionné que ce même problème se présente comme étant une réalité pour les entreprises québécoises. « TikTok a déjà refilé de l’information au gouvernement chinois, comme Zoom. Dans un contexte d’affaires, l’outil peut les aider à mieux connaître les fabricants », a prévenu le spécialiste en sécurité informatique et chargé de cours universitaire, Steve Waterhouse.

Depuis le début de l’année 2020, le gouvernement de Donald Trump analyse plusieurs possibilités de bannir l’application chinoise de divertissement, TikTok, et cela dans un cadre ou des tensions politiques et économiques sont au cœur des relations entre les États-Unis et la Chine. Dans un entretien avec l’animatrice Greta Van Susteren, concernant Tiktok qui aujourd’hui comptabilise près de 800 millions, le président américain a mentionné que cela était toujours en cours d’analyse et que la possibilité est à prendre en compte.

Malgré toutes ces menaces, la plateforme de divertissement annonçait déjà qu’elle mettait en place un espace permettant aux petites et moyennes entreprises de pouvoir créer et des publicités clips en fonction des modèles de l’application.

Comme partout d’ailleurs dans le monde, l’application de divertissement séduit de plus en plus, particulier dans la tranche des plus jeunes, les pré ados. Et c’est ce qui d’ailleurs préoccupe Steve Waterhouse, le spécialiste de la sécurité informatique par ailleurs chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. « Les entreprises québécoises doivent éviter d’utiliser TikTok pour diminuer le risque de se faire voler leurs secrets industriels. Surtout que la Chine a intérêt à miner le Canada parce qu’elle a un différend depuis l’arrestation de Meng Wanzhou et des deux Canadiens emprisonnés là-bas », prévenait-il.

Selon notre expert, avec les informations récoltées par l’application, il sera possible pour les services de renseignements chinois de faire des portraits des activités en entreprise, et même de l’administration publique. On peut prendre l’exemple d’un entrepreneur qui permet à l’application d’avoir accès à ses contacts. « Ce n’est plus de la science-fiction, c’est ce qui se passe en 2020 », signifiait Steve Waterhouse, qui pose le problème de la désinformation qui peut surgir à travers l’application.

Interrogé par les médias, le gouvernement canadien a refusé de statuer sur un potentiel bannissement de TikTok au Canada. Sans pour autant l’exclure non plus. « Notre monde est hautement connecté et, aujourd’hui plus que jamais, la technologie joue un rôle incroyablement important dans notre vie quotidienne. Notre gouvernement continue de travailler en étroite collaboration avec les agences et les leaders du secteur des technologies pour garantir la protection des Canadiens et de nos systèmes informatiques », s’est limitée déclaré l’attachée de presse du ministre de la Défense, Mary-Liz Power.

Du côté de l’application de divertissement, aucune déclaration n’a été faite. A croire que ce moment est une période d’observation des deux côtés, de la part du gouvernement et de l’application chinoise.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage