Le gouvernement américain et plusieurs entreprises essaient de collaborer pour lutter contre la cybercriminalité

Ce mercredi dernier, le président américain, Joe Biden a réuni à la maison Blanche, en présence de ses ministres plusieurs patrons des grosses entreprises de la Tech et des sociétés américaines.

L’objet de la Réunion tournait autour de la cybersécurité suite à ces récentes vagues d’attaques informatiques que subissent les systèmes informatiques au sein du territoire américain. Parmi les participants de cette rencontre, on peut citer entre autres :

– Sundar Pichai de Google

– Andy Jassy de Amazon

– Tim Cook de Apple

– Satya Nadella de Microsoft

– le dirigeant de JPMorgan Chase,

– le dirigeant de Bank of America et d’autres sociétés et compagnies financières et d’assurance, des secteurs de fourniture d’eau, de l’électricité et du gaz.

D’une certaine manière, ces attaques informatiques ont eu pour mérite de permettre de mettre en lumière plusieurs vulnérabilités dont souffraient les systèmes informatiques touchés.

« La réalité, c’est que la plupart de nos infrastructures essentielles sont détenues et gérées par le secteur privé, et le gouvernement ne peut pas répondre à ce défi tout seul » a signifié le président américain.

« Je vous ai invités ici aujourd’hui parce que vous avez le pouvoir, la capacité et la responsabilité, je pense, d’élever le niveau en matière de cybersécurité. Nous avons beaucoup de travail. », ajoute Joe Biden.

À la fin de la rencontre, les principales sociétés de la TEC à savoir les grands leaders en matière de Cloud tel que Microsoft, Amazon et Google ont promis qu’ils allaient accroître leur investissement en matière de cybersécurité ainsi que les initiations de plusieurs programmes de formation.

Par exemple Microsoft a pour projet d’investir 20 milliards de dollars sur 5 ans dans le but d’« accélérer les efforts d’intégration de la sécurité par défaut dans les systèmes informatiques, à commencer par ceux des institutions américaines nationales et locales. », comme le précise le communiqué.

Du côté de Amazon, la promesse est de rendre beaucoup plus accessible au grand public est un ensemble de formation sur la cybersécurité, destinés principalement aux employés d’entreprises.

Du côté de Google, il est envisagé un investissement sur 5 ans À hauteur de 10 milliards de dollars américains pour « aider à sécuriser les chaînes d’approvisionnement informatiques et renforcer la sécurité des systèmes dits « open-source » (logiciels ouverts). ».

Ces derniers mois, tout le monde a pu constater de manière évidente une augmentation des attaques informatiques principalement des rançongiciels. Les violations de données deviennent de plus en plus récurrentes. Tous types d’entreprises semblent être suffisamment pourvu pour intéresser les pirates informatiques. Ces derniers ne trient plus et attaque à tout bout de champs.

L’ensemble de ces incidents de sécurité « ont créé un sentiment d’urgence » met en évidence lors d’une interview, un haut responsable de gouvernement américain, ce mardi dernier juste avant la rencontre. « Nous devons évoluer vers un système où la sécurité est assurée par défaut », ajoutait-il.

La réunion avait pour objectif principal d’identifier les vulnérabilités qui facilitent la tâche aux pirates informatiques dans leur accession illicite des systèmes informatiques, par la suite trouver un moyen de combler ses besoins en fournissant les équipements et programme informatique suffisamment solide pour empêcher cette ruée de la cybermalveillance.

« D’après vos estimations et nos calculs, environ un demi-million de postes ne sont pas pourvus dans la cybersécurité », a déclaré ce mercredi le président américain.

À titre de rappel en fin d’année 2020, une gigantesque attaque informatique, frappent de plein fouet les systèmes informatiques des États-Unis. À cause de logiciel Orion, fournie par la société américaine SolarWinds, des milliers de systèmes et réseaux informatiques à travers le monde entier se trouve vulnérables à de potentiels attaques informatiques. Ce sont généralement, des entreprises et des grandes organisations qui sont les victimes.

Durant cette situation presque désastreuse, il a été mis en évidence l’importance de la protection de 16 infrastructures et réseaux d’importance vitale, à savoir la production industrielle, la défense, l’énergie, l’alimentation…

« Nous avons rallié les pays du G7 pour prendre des mesures contre les nations qui hébergent ces criminels » a indiqué Joe Biden

« Et j’ai eu un sommet avec Vladimir Poutine où je lui ai dit clairement que nous attendions des actions de sa part aussi, parce qu’ils savent où ils sont et qui ils sont. », ajoute ce dernier.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage