Archives par mot-clé : messagerie

Comment sécuriser son compte WhatsApp ?

WhatsApp est aujourd’hui le service de messagerie instantanée le plus utilisé au monde.

S’il a été au cœur de plusieurs polémiques, il n’en demeure pas moins qu’il reste l’outil de communication privilégié par près de 1 milliards de personnes à travers le monde. Ce qui peut pousser des individus de mauvaises intentions à vouloir s’en prendre à votre compte WhatsApp.

Cet article va aussi vous intéresser : Pirater un compte Whatsapp en 3 méthodes

Cela peut être soit pour le détourner, soit pour vous espionner. Dans ce contexte, voici quelques mesures pour sécuriser votre compte WhatsApp.

1 – Sécuriser votre smartphone

Votre smartphone doit être le plus sécurisé possible car, peu importe les mesures de protection que vous utiliserez, elles ne serviront à rien si votre téléphone est vulnérable. Par conséquent, assurez-vous de verrouiller l’écran de votre smartphone lorsque vous ne l’utilisez pas. Installer un logiciel antivirus pour vous protéger des programmes malveillants ou des liens corrompus de phishing. Ne le laissez pas hors de portée lorsque vous savez que l’écran est toujours déverrouillé.

2 – Faire attention aux messages de phishing

WhatsApp est couramment utilisé pour propager des liens de phishing. Par conséquent, vous devrez vous méfier lorsqu’on vous envoie des messages à suivi de lien, lorsque cela n’a aucun intérêt pour vous. Faites attention aux messages promotionnels. Ne cliquez jamais sur un lien même s’il vient d’un proche. Si vous êtes curieux, essayer de vérifier l’information directement taper l’adresse du site internet si votre navigateur. Mais ne cliquez jamais sur un lien reçu par WhatsApp.

3 – Protéger l’accès de son compte WhatsApp par mot de passe ou biométrie

WhatsApp et dorénavant être protégé pour empêcher n’importe qui de pouvoir y accéder. Vous avez l’opportunité de le protéger par la sécurité biométrique. Cela peut s’avérer utile lorsque vos mots de passes sont compromis.

4 – Effectuer les mises à jour

C’est l’un des conseils les plus couramment donné utilisateurs de services numériques. Vous devez toujours vous assurer que vos appareils sont à jour. C’est le B A BA de la sécurité informatique. Les mises à jour vous protègent des failles de sécurité découvertes et vous permettent de pouvoir utiliser de nouvelles fonctionnalités. Alors vous devez vous vous assurez avoir la dernière version de l’application ou de votre système d’exploitation

5 – Activer l’authentification à double facteurs

Cette mesure est aujourd’hui imposé d’une certaine manière car son utilisation est essentielle. Elle empêche que votre compte WhatsApp soit usurpé. Il fournit une nouvelle couche de sécurité de sorte à ce que votre identité soit toujours vérifiée. Cependant, éviter de fournir des codes que vous recevez par message à des personnes qui vous le demande car il peut s’agir d’une tentative d’usurpation de votre compte. En d’autres termes, si une personne vous demande un code que vous venez de recevoir par message, ne lui donnez pas tout simplement ce code. Effacer ce code immédiatement.

6 – Gérer la confidentialité de vos données

Contacter quelqu’un sur WhatsApp est facile. Il suffit juste d’avoir son numéro de téléphone. C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe dans les paramètres, un ensemble de configuration qui vous permet de gérer la confidentialité de votre compte. Vous avez la possibilité de déterminer qui peut voir votre compte WhatsApp, qui peut voir vos photos de profil et vos statuts. En clair, vous avez la possibilité de restreindre au maximum la visibilité de votre compte ainsi que de tout ce que vous faites à travers WhatsApp. Ces précautions sont nécessaires aujourd’hui avec l’explosion des arnaques en ligne et la tentative de piratage informatique par voie de phishing.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Quelles astuces pour réussir à pirater Outlook ?

Outlook fait partie des services de messagerie les plus utilisés au monde.

Pour se faire, il a attisé l’intérêt de beaucoup d’individus. Pendant que certains pensent à l’utiliser dans un but purement professionnel, d’autres s’interrogent sur la méthode susceptible de les aider à réussir le piratage de ce service.

Dans cet article, nous avons pensé vous donner quelques rudiments du piratage informatique d’un compte Outlook. L’intérêt de ce tutoriel est de vous permet de comprendre les risques qui existent autour de cette situation. Mais aussi de vous aider à mieux vous préparer. Au-dessus de cela, avoir une compétence en plus peut toujours être utile.

Alors comment font les gens pour pirater un compte Outlook ?

Dans l’univers de la cybercriminalité, les pirates informatiques disposent de compétence exceptionnelles permettent de réaliser des piratages informatiques assez particulier. Par conséquent, ils sont non seulement efficace mais aussi percutant. Dans le contexte des amateurs, il existe des méthodes déjà préétablies, au travers application très utiles.

En considérant que vous êtes un amateur alors, Voici ensemble de méthode à travers des applications pour pirater un compte Outlook. Cependant nous voulons vous avertir que le piratage de compte est illégal. Par, nous vous défendons de le faire. Apprenez pour vous protéger c’est beaucoup plus simple et sûr.

Méthode 1 : Utiliser PASS REVELATOR

PASS REVELATOR est logiciel qui a été conçu pour des amateurs. Son utilisation est assez simple et vous avez beaucoup de trop de tracas. En effet, grâce à ce logiciel, vous pouvez tout simplement trouver le mot de passe de mon compte. On sait tous que le mot de passe et généralement l’information la plus difficile à trouver. Par conséquent, avec ce programme informatique puissant et adapté, ça sera un jeu d’enfant.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Tout simplement que le logiciel a besoin de 2 informations alternativement. En d’autres termes, soit vous utilisez l’adresse email associée au compte Outlook que vous ciblez, soit vous utilisez le numéro de téléphone. Après avoir installer PASS REVELATOR sur votre terminal, vous renseignez la barre de recherche de l’une des deux informations que nous avons susmentionné. Le logiciel grâce à ses algorithmes puissants vous trouve le mot de passe en quelques secondes.

Sur quel type d’appareil peut-on installer PASS REVELATOR ?

Ce logiciel peut être utilisé sur

– un smartphone ;

– un ordinateur ;

– Une tablette numérique.

Par ailleurs, vous le trouverez compatible au système d’exploitation les plus utilisé au monde. C’est-à-dire :

– iOS ;

– Android ;

– Windows.

 Quelles sont les garanties de l’utilisation de ce logiciel ?

L’utilisateur qui décide d’utiliser PASS REVELATOR bénéficie d’une garantie de 30 jours au bout duquel il est satisfait de prestation où il est intégralement remboursé.

Méthode 2 : Utiliser un logiciel espion

Contrairement au précédent dont nous avons parlé, le logiciel espion avec un programme informatique particulier qui permet de pouvoir surveiller les activités d’une personne x sur son terminal. En d’autres termes, ce logiciel peut vous dire exactement tout ce qu’une personne fait avec son smartphone et même vous permettre d’avoir accès à ses données personnelles. Ce qui est bien évidemment peut être utile lorsque vous voulez pirater l’un de ses comptes. Cependant, utilisation demande d’être beaucoup expert en la matière.

En effet, il faut d’abord vous procurer un logiciel espion. Si vous ne pouvez pas bien évidemment le construire vous-même. Ensuite, il faudra pouvoir installer le logiciel malveillant sur le terminal de la personne que vous ciblez. Sans cela, pas d’espionnage possible.

Comment vous procurer un logiciel espion ?

Sur le web, il y a beaucoup d’offres allant dans ce sens. Donc vous pouvez facilement vous procurer ce genre de programmes informatiques à un certain coût. Cependant, il faudra mettre en évidence une situation, il est très risqué de ne se procurer par personne extérieure ce genre de logiciel car il peut se retourner contre vous-même. Alors l’initiative devient assez complexe voir périlleux. Par ailleurs si vous ne vous laissez pas décourager par tout ce que nous venons de dire, vous pouvez trouver sur de Dark Web, des espaces ou vous trouverez aisément un spyware. L’astuce pourra alors fonctionner si vous êtes un peu chanceux et connaisseurs dans certains aspects de la programmation

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

GMail : il existe plusieurs méthodes pour vous pirater

Le service de messagerie électronique GMail est sans nul doute le plus utilisé au monde.

À cause de son affiliation au système d’exploitation Android et au géant Américain du numérique Google, son utilisation s’est facilement démocratisé et il connaît un grand succès à cause de sa grande utilité. Cependant, en matière informatique tout ce qui a du succès est sujette à des tentatives de piratage. Certaines de ces tentatives réussissent, d’autres non.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment on peut pirater votre compte GMail en 4 méthodes

Les méthodes foisonnent sur internet pour pirater GMail. Parmi lesquels vous trouverez beaucoup d’arnaques. Dans cet article nous avons décidé, de vous proposer quelques techniques qui connaissent ont du succès à cause de leur caractère pratique. Elles ne sont pas toutes faciles à réaliser même si il y a certaines qui sont assez simple. Par ailleurs nous voulons mentionner que tout ceci n’est que pour vous informer et vous former. Par conséquent, nous vous déconseillons d’utiliser ces astuces pour réaliser des actions illégales pouvant porter atteinte au respect de la loi en vigueur en la matière.

Astuce 1 : utiliser un logiciel pour trouver le mot de passe

Il existe aujourd’hui des outils informatiques, en particulier les logiciels qui permettent de trouver les mots de passe de certains comptes en ligne. Dans notre cas de figure on fera allusion à un compte GMail. Tous ces logiciels ne fonctionnent pas correctement, cependant, nous vous conseillons un qui a notamment fait ses preuves. Il s’agit de PASS BREAKER.

C’est un logiciel multiplateforme qui a pour fonctionnalité principale de découvrir le mot de passe à l’aide de l’adresse mail affilié au compte ciblé. Il peut aussi fonctionner grâce au numéro de téléphone de la cible. Le logiciel en question peut être installé sur plusieurs plateformes comme nous l’avons mentionné plus haut. On parle notamment de tablette, d’ordinateur ou même de smartphone. Et cela que ce soit sur iOS, Android ou Windows. Vous avez la possibilité de l’utiliser et vous êtes remboursé en cas de non satisfaction. Il y a déjà en circulation depuis des années et elle a été utilisé par des milliers de personnes.

Astuce 2 : se servir des données contenues dans les bases de données en ligne

Il n’est pas rare que nous assistons à des fuites de données émanant de grandes plateformes numériques. Ces fuites de données peuvent être causées par des erreurs de configuration des serveurs ou encore par des actes de piratage informatique. Cependant, les bases de données qui décolle de ses fuites, peuvent avoir beaucoup d’intérêt. C’est pour cette raison que ces recueil d’informations personnelles sont souvent commercialisés. Même si souvent on peut les obtenir gratuitement. Mais pour en revenir au piratage de GMail, comme vous l’avez sûrement deviné, avec ces informations en fuite, il y a de fortes chances que vos données de connexion puisse être facilement récupérer de la sorte. Et malheureusement GMail a fait partie de ces plateformes qui sont constamment en proie de fuite de données.

Effectivement, un rappel quand date de février 2021, il avait été décrit une énorme en fuite de données émanant de GMail et Outlook. Ce qui veut dire que si vous n’avez pas changé vos informations de connexion, vous êtes normalement vulnérables en ce moment.

Astuce 3 : l’ingénierie sociale

L’ingénierie sociale est une technique qui n’est pas en principe du piratage. En effet, elle va consister a pousser l’utilisateur à fournir lui-même les informations nécessaires pour le pirater. Le plus souvent cette technique est utiliser sous la forme d’un jeu sur les réseaux sociaux.

Les gens vont simplement vous demander de répondre à la question qui normalement sont totalement anodine. Mais connaissant nos habitudes pour créer et former nos identifiants de connexions, il est clair que vous finirez par donner exactement ce que la personne qui vous attend. Surtout si cette personne et l’un de vos proches, il lui sera alors très facile d’appliquer la méthode de l’ingénierie sociale.

Astuce 4 : l’enregistreur de frappe

C’est un logiciel qui permet de copier tout ce qu’une personne saisie sur le clavier de son appareil informatique. En d’autres termes en si vous faites piéger par un enregistreur de frappe, la personne qui vaut cible pourra forcément obtenir vos identifiants de connexion GMail. Par conséquent vous pirater assez facile pour cette dernière.

Cependant il n’est pas facile de faire installer un enregistreur de frappe sur le smartphone de quelqu’un ou sur son ordinateur a moins d’être un de ses proches. Bien évidemment ce n’est pas quelque chose de facile.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Microsoft Exchange : largement ciblé par les pirates informatiques

Le mois dernier, la société de cybersécurité Kaspersky signifie que le nombre d’utilisateurs des services de messagerie de Microsoft, qui était ciblés par des attaques informatiques avait grandement augmenté.

Les cybercriminels exploitent des failles de sécurité inhérentes au système lui-même. Les cherchons de la société de sécurité informatique estime une hausse de 170 %. On est passé après de 7 342 attaques à 19 839. On compte, la France parmi les 10 pays les plus attaquées avec prêt de 845 utilisateurs uniques grâce à ses failles de sécurité.

Cet article va aussi vous intéresser : Les conséquences qu’il faut attendre des failles de sécurité de Microsoft Exchange

Les chercheurs de Kaspersky expliquent cette hausse par plusieurs tentatives visant à exploiter des failles de sécurité qui ont déjà été divulguées, ajouté au fait que les utilisateurs ne déploient pas à temps les mises à jour nécessaire pour combler ses failles de sécurité.

2021 aura vu une grosse exploitation des failles de sécurité liées au serveur de Microsoft Exchange. En mars dernier la société de Redmond déclarait ouvertement que plusieurs vulnérabilités de catégorie 0 day avaient pu être exploitées par des pirates informatiques ce qui aurait pu avoir pour conséquence une vague de cyberattaques contre plusieurs entreprises reparties dans le monde entier.

Cependant la société n’a pas tardé à déployer des mises à jour de sécurité pour combler ces différentes vulnérabilités ProxyShell que sont :

– CVE-2021-34473 ;

– CVE-2021-34523 ;

– CVE-2021-31207.

Ces vulnérabilités constituent de véritables au menace à prendre au sérieux. Grâce à celles ci, il est possible pour des pirates informatiques de contourner les méthodes d’authentification nécessaires à l’exécution d’un code dans le système informatique, avec un statut d’utilisateur privilégié. Si depuis un moment déjà les correctifs sont disponibles, les cybercriminels quant à eux n’hésitent à aucun moment d’exploiter c’est vulnérabilité à travers des tentatives de phishing par exemple. Selon Kaspersky, c’est près de 74 274 utilisateurs de ces solutions de sécurité qui ont été ciblées ces 6 derniers mois.

Par ailleurs, depuis le 21 Août l’avait pressenti l’agence américaine de sécurité des infrastructures, la CISA, avait annoncé dans un avis que les vulnérabilités ProxyShell était activement exploité par des pirates informatiques. Ce qui permet de confirmer la cause de cette récente de vague de piratage à tout bout de champ.

De son côté, Microsoft avait prévenu que les serveur Exchange étaient vulnérables lorsque les mises à jour qui se cumulent n’inclut et pas celui du mois de mai.

Toujours selon des chiffres fournis par Kaspersky, c’est près de 1 700 utilisateurs par jour qui ont été ciblés par des attaques voulant exploiter les vulnérabilités ProxyShell, et ce durant les dernières semaines du mois d’août. D’où cette hausse énorme de 170 pourcents du nombre de personnes victimes d’attaque par rapport au mois de juillet.

« Il n’est pas surprenant que ces vulnérabilités soient activement exploitées. Très souvent celles ayant été divulguées récemment et dont les correctifs ont été publiés par les développeurs représentent une menace encore plus grande, car elles deviennent accessibles à de nombreux cybercriminels qui tentent de les exploiter pour infiltrer un maximum de réseaux. Cette vague d’attaques démontre une fois de plus qu’il est essentiel de patcher les vulnérabilités le plus tôt possible pour éviter toute atteinte aux réseaux. Nous conseillons vivement de suivre les récentes recommandations émises par Microsoft afin de limiter les risques », commente Evgeny Lopatin, chercheur en cybersécurité chez Kaspersky.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Attaques informatiques : une riposte contre l’attaque de Microsoft serait en cours

L’attaque informatique qui a touché le service de messagerie fourni par le géant américain Microsoft, juste quelques mois après l’attaque de l’entreprise Texanne SolarWinds, il est dit que des milliers de systèmes informatiques et d’ordinateurs seraient compromis.

Surtout, des réseaux informatiques appartenant au gouvernement américain, en plus haut du secteur privé.

Selon une déclaration émanant d’un responsable du gouvernement américain, l’administration du nouveau président Joe Biden était sur le point de lancer une riposte à ses différentes attaques informatiques. Si ce dernier c’est-à-dire le responsable l’a pas souhaité être identifié, il est confirmé selon plusieurs sources qu’il affirme de manière claire et nette que la Maison Blanche, en collaboration avec certaines entreprises du secteur privé, essaie de mettre en place les meilleures Défenses possible contre la cybermalveillance.

Cet article va aussi vous intéresser : Piratage d’Exchange : les experts de la sécurité inquiets par la présence d’un rançongiciel

Si de manière concrète, aucun lien a été établi entre les récentes attaques informatiques qui ont visé Microsoft Exchange et celle du logiciel Orion de SolarWinds, il n’empêche que, l’hypothèse ensemble crédible. Pour ce qui concerne cette dernière cyberattaque, il avait été envisagé par les autorités américaines que l’attaque informatique auraient peut-être le fait des autorités russes, cachées derrière des cybercriminels. Accusation démentie par ces dernières. Cela expliquera sans doutes les rumeurs concernant riposte éventuelle des Américains.

« Vous pouvez vous attendre à de prochaines annonces sur ce sujet dans quelques semaines, et non quelques mois », a déclaré le haut responsable américain, lors d’une rencontre avec la presse sur les deux attaques informatiques (SolarWinds et Microsoft Exchange).

Les autorités américaines ont déclaré que des agences fédérales sont intervenues avec succès pour repars et les systèmes informatiques des 9 agences qui avaient été impactées par la cyberattaque de l’entreprise Texane. Du côté de la cyberattaque de Microsoft Exchange, une action fédérale d’urgence sur un aussi en cours. Car, il faut l’avouer, les cybercriminels ont activé plusieurs failles de sécurité qui peuvent avoir des conséquences dommageables.

Le haut responsable a déclaré que pour trouver des solutions au problème actuel : « pour la première fois nous avons invité des entreprises du secteur privé à participer dans des réunions majeures de sécurité nationale au sujet des attaques ». Ce dernier précise que la réponse « est encore en train d’évoluer ». « Nous avons vraiment une courte fenêtre de temps pour réparer les serveurs vulnérables », « c’est une question d’heures et non de jours », ajoute-il.

À titre de rappel, il faut signifier que nouveau type de programme de rançon exploite une faille de sécurité qui a été créé lors d’une attaque informatique contre les serveurs de Microsoft Exchange. Par rapport à ce que mentionnent les experts, une attaque massive peut causer beaucoup de dégâts si cela n’est pas anticipé.

« Nous avons détecté et nous bloquons une nouvelle famille de logiciels de rançon utilisés après une attaque initiale sur des serveurs locaux d’Exchange non mis à jour », a souligné le département sécurité de à société de Redmond sur Twitter.

Le logiciel indexé ces jours-ci sur est d’origine chinoise. Il est baptisé « DearCry ». Il aurait été utilisé par un groupe de pirates informatiques connus sous la dénomination de « Hafnium ». Un groupe de pirate Informatiques semble-t-il, qui serait soutenu par le gouvernement chinois de Pékin. Près de 30 000 organisations composées de ville de collectivités locales américaines et d’entreprises en privées aurait été touché par ce dernier programme malveillant.

Face à la situation qui se présente, Brent Callow, de Emsisoft, Une société de cybersécurité déclare : « Il sera facile de faire des mises à jour pour empêcher des intrusions futures, mais pas d’apporter des correctifs sur les systèmes qui ont été attaqués ». Il ajoute part ailleurs : « Il est absolument essentiel que les gouvernements mettent au point rapidement une stratégie pour aider les entreprises à sécuriser leurs serveurs Exchange et corriger les failles avant que la situation, qui est déjà grave, n’empire ».

Pour le moment, la stratégie que compte adopter le gouvernement américain pour initier sa contre-attaque n’a pas été dévoilée. Aucun détail non plus du côté de Microsoft ou d’autres entreprises telle que FireEyes ou SolarWinds, qui pourraient être impliquées d’une certaine manière à cette réponse.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage