Une hausse des attaques informatiques chez 93 % des entreprises Françaises

Selon une étude menée par la société de cybersécurité TANIUM, les incidents liés à la sécurité informatique ont connu une hausse auprès de 93 % des entreprises Françaises.

Cette augmentation serait liée selon l’entreprise de sécurité informatique, l’expansion du coronavirus.

Cet article va aussi vous intéresser : Les entreprises Françaises investissent fortement dans le secteur

Depuis le début de la pandémie du covid-19, il a été observé de manière claire et pratique une augmentation des attaques informatiques ciblant les entreprises. Ce phénomène a été observé près de 97 % des entreprises sur le plan mondial et 93 % des entreprises françaises. Le fournisseur de solutions de gestion et de protection des systèmes informatiques et les postes de travail et de serveurs, Tanium a récemment fourni son rapport sur le sujet. Il est intitulé « When The World Stayed Home ». Il a été édité grâce à une enquête qui a impliqué de réponse donnée par des milliers de dirigeants et les cadres d’entreprise dans différents pays à travers le monde tels que les États-Unis, au Royaume-Uni, l’Allemagne er la France. Plus de 250 personnes ont été concernées. L’objectif est de montrer comment les entreprises à travers le monde se sont adaptés à un nouveau modèle de travail dispersé et comment cette expérience à impacter sur certaines décisions et réalité en matière de sécurité informatique.

L’une de réalité qui a été mise en évidence par le rapport réside dans le fait que 84 % des dirigeants français avaient estimé être prêt pour un passage vers le travail à distance de manière exclusive. Cependant la pratique a démontré le contraire. En effet 98 % d’entre eux ont malheureusement été pris au dépourvu face aux problèmes de la sécurité informatique qui s’est mué en un véritable drame.

On retient comme les trois principales problématiques :

– l’identification des nouveaux terminaux personnels utilisé sur le réseau qui a constitué 29 % des cas

– la surcharge des systèmes informatiques liés à la saturation des réseau VPN (21%)

– La recrudescence des vénérables liés à l’utilisation des outils de visioconférence dans 15 % des cas

« Parallèlement, l’augmentation des cyberattaques a été un facteur aggravant, les cybercriminels étant de plus en plus nombreux à chercher à tirer parti des failles des entreprises. » note le rapport. D’un autre côté 34 % des dirigeants interrogé ont affirmé qu’ils ont observé une augmentation des tentatives d’escroquerie. Et cela, après les fraudes à par compromission de messagerie professionnelle. 31 % ont constaté une hausse au niveau des attaquants par phishing ciblant principalement des données sensibles.

« Malgré l’augmentation exponentielle des cyberattaques et des activités frauduleuses (signe de la présence de failles critiques avant la pandémie), près de l’ensemble des entreprises françaises interrogées déclarent qu’elles ont dues retarder ou même annuler des projets de sécurité planifiés. » note le rapport de Tanium. Les projets concernés ici concernés à 35 % des cas la gestion des identités et des accès, à 32 pourcents la gouvernance des données est à 32 % la mise en place de logiciels de sécurité pour lutter contre les malwares.

Selon les entreprises françaises, le déploiement des correctifs de sécurité a présenté quelques difficultés et était une tâche assez difficile à assurer. 88 % des entreprises interrogées ont reconnu que cela était un problème assez crucial à résoudre. 40 % d’entre elles ont signifie avoir des difficultés lors des mises à jour de sécurité et l’adaptation des appareils utilisés par leurs employés dans le cadre du télétravail. Et pire, 21 % des entreprises ont reconnu avoir des abandonné la pratique, lors des publications de patchs de sécurité déployés par Microsoft.

« Le passage du jour au lendemain au télétravail a contraint les entreprises à effectuer des changements auxquels nombre d’entre elles n’étaient pas préparées », souligne Dagobert Levy, le vice-président de Tanium pour l’Europe du Sud. Il ajoute par la suite : « Si les premiers symptômes ont été des VPN saturés et une difficulté à appliquer à distance des correctifs sur plusieurs milliers de postes de travail, la recrudescence des cyberattaques et des failles critiques montre clairement que nous sommes encore loin d’une stratégie efficace et adaptée à l’environnement informatique de demain. Qu’elles adoptent définitivement le télétravail, choisissent de faire revenir leurs employés dans leurs locaux, ou optent pour un mélange des deux approches, il est clair que l’entreprise de demain sera basée sur un modèle distribué. L’heure est donc venue de la gérer et de la sécuriser comme il se doit. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage