Active Directory surveillé de près par les gendarmes Français de la sécurité informatique

Dans le courant de la semaine, l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) publiait un document pour aider les établissements dans leur processus de sécurisation et d’organisation les systèmes Active Directory.

L’Agence Française établie par la une liste des points clé de configuration qu’il faudrait vérifier avec plus de discipline pour un meilleur encadrement et environnement sécuritaire de l’Active Directory.

Cet article va aussi vous intéresser : L’ANSSI regarde de plus près la menace qui vise le secteur de l’aéronautique

Par cette action, le gendarme français de la cybersécurité démontre clairement qu’il s’intéresse à cet outil informatique. Et il semble que cet intérêt date de très longtemps. Et bien c’est quelque chose qui se comprend. En effet, lors d’une cyberattaque, c’est l’un des éléments les plus important, lorsqu’il tombe entre les mains des cybercriminels, l’affaire devient automatiquement corsée. L’Agence nationale de la cybersécurité les systèmes d’information décrit elle-même cet outil comme le « centre névralgique de la sécurité des systèmes d’information Microsoft ». Active directory permet, de sa fonctionnalité principale de gérer des comptes, des permissions et même des ressources à l’intérieur du système informatique. D’ailleurs, à ce propos, on pouvait lire dans l’introduction du document publié par l’ANSSI : « Les observations de l’ANSSI font apparaître un manque de maturité critique et récurrent sur la sécurité des annuaires Active Directory. Le niveau de sécurité décroît ainsi de manière importante en fonction du temps et au rythme de la manipulation de ses objets ou des actions d’administration ».

C’est plus d’une cinquantaine de points défaillants ou de vulnérabilité qui ont été listés par l’Agence française dans son recueil. L’agence précise que ce sont des failles qui sont couramment observées. Selon la gravité de la défaillance, les différents points sont numérotés de 1 à 3. Le niveau critique de défaillant se situe à 1. Quant au niveau 3, il signifie que l’on est face à « un niveau de sécurité basique non affaibli depuis son installation ». À chaque point listé, une description très détaillé est proposé, permettant d’avoir une meilleure approche du problème lié à la défaillance. En plus de la description, l’agence fait aussi des recommandations pour pallier chaque vulnérabilité.

 En procédant ainsi pour la notation, ce système va permettre d’évaluer la sécurité de l’outil Active Directory en lui attribuant des notes partant de 1 à 5. « Pour obtenir un niveau, un annuaire Active Directory doit passer avec succès tous les points de contrôles des niveaux inférieurs. Un annuaire de niveau 5 a passé avec succès tous les points de contrôle. » notait l’Anssi dans son recueil.

Depuis l’annonce de son service ADS (Active Directory Security), l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information n’a pas cessé de fournir encore plus d’efforts concernant le l’outil de Microsoft. Le temps par ailleurs que ce service et pour le moment disponible que pour les structures publiques qui ont un accès au réseau interministériel de l’État français. Active Directory Security de l’ANSSI fourni de manière régulière un diagnostic de l’état de sécurité de l’annuaire numérique. Ce diagnostic permet d’avoir un regard d’ensemble sur la situation sécuritaire total liés à l’annuaire on a très bien une note de 1 à 5 a tous les aspects.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage