Archives pour la catégorie TikTok

Nous traiterons toutes les actualités liées au réseau social Chinois TikTok.

TikTok: la Chine critique la politique offensive des États-Unis

Le lundi, c’est-à-dire dans la journée d’hier, le gouvernement Chinois a qualifié la diplomatie Américaine de « canonnière » des USA.

On rappelle que très récemment le président américain Donald Trump a pris un décret qui oblige le groupe chinois ByteDance à céder certaines activités en particulier américaines, de son célèbre réseau social TikTok. Un geste qui ne fera que raviver les tensions qui existent déjà entre la Chine et les États-Unis.

Cet article va aussi vous intéresser : Le réseau social chinois TikTok est accusé de collecter des informations à l’insu de ses utilisateurs

Du côté des Américains, l’argumentaire est toujours le même. Le réseau social d’origine chinoise serait de connivence avec son gouvernement, ainsi, il siphonne les données les utilisateurs américains à des fins de renseignement. Ce qui permet alors au président américain d’invoquer sa fameuse raison de sécurité nationale.

De ce fait, depuis le mois le début du mois d’août, le président américain a cessé de prendre un ensemble de mesures destinées à comprendre au maximum la plate-forme Chinoises. Des mesures plutôt radicales. Par exemple, le président américain prenez décret pour l’application et son collègue chinois WeChat dans un délai de 45 jours. Lui interdisant ainsi l’accès à toute relation avec des partenaires américains.

Dans son nouveau décret, le président américain précise comme condition pour le non bannissement de TikTok à une seule condition. Que l’entreprise chinoise cède ses activités forcément à un groupe américain.

À ce propos, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian déclare ceci : « La liberté et la sécurité ne sont que des prétextes pour certains politiciens américains afin de mener une diplomatie de la canonnière numérique ». En référence au bateau de guerre utilisé par certaines puissances occidentales durant le 19e siècle pour soumettre la Chine durant les guerres dites l’opium, une histoire humiliante jusqu’à présent est ressenti par les chinois.

Selon le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, le réseau social depuis un certain moment la fait que se plier aux exigences du gouvernement américain. Le fait d’avoir comme haut responsable que des Américains, hébergé ses serveurs aux États-Unis sans oublier qu’il devait rendre public son code source. Mais tout ceci semblant de ne pas avoir satisfait Donald Trump et son gouvernement. « Mais (la plateforme) n’a malgré tout pas pu échapper à l’extorsion pratiquée par certains individus aux Etats-Unis, sur la base d’une logique de brigand et d’intérêts politiques égoïstes », a répliqué Zhao Lijian lors d’un point presse régulier.

D’un autre côté le géant américain Microsoft, est en pleine négociation pour racheter le réseau social chinois si d’aventure ce dernier est mise en vente. Mais le rachat ne sera que pour certaines activités de TikTok, soit aux États-Unis et un peu au delà. La presse américaine a évalué une telle transactions à hauteur de 10 à 30 milliards de dollars. Et ce n’est pas tout, le décret américain récemment pris par Donald Trump dispose que si transactions il a lieu, une grosse partie de cet argent doit revenir au trésor américain, « une très grosse proportion du prix doit revenir au Trésor des Etats-Unis ». Une exigence qui est critiquée et même qualifiée de pratique mafieuse. Au-delà de cette exigence qui a fait couler beaucoup d’encre, le président américain a aussi exigé que l’entreprise chinoise qui détient TikTok, c’est-à-dire ByteDance, confirme avoir détruit toutes les données « d’utilisateurs américains, obtenues ou dérivées de TikTok et Musical.ly ».

Disons tout simplement que le réseau social est sur la select actuellement. En Suède par exemple, certaines organisations ont récemment interdit formellement leurs collaborateurs d’utiliser TikTok. En particulier la télévision publique nationale la SVT. Elle invoque une question de sécurité. La déclaration est tombée ce lundi. Notons que la radio publique nationale aussi a aussi formulé la même interdiction. « Le département de sécurité informatique de SVT a estimé que l’application TikTok livre plus d’informations (au groupe chinois Bytedance, propriétaire de la plateforme, ndlr) que ce qui pourrait être considéré comme nécessaire », a expliqué la chaîne suédoise dans une publication récente sur son site Web. « SVT a donc décidé que les employés n’ont pas le droit d’avoir l’application TikTok sur leur téléphone de fonction », a-t-elle ajouté. C’est par courriel que le personnel de la chaîne aurait été informé.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Le réseau social chinois TikTok est accusé de collecter des informations à l’insu de ses utilisateurs

Au cœur d’une polémique, le réseau social chinois TikTok n’a pas été du tout discret sur ce coup.

En effet, déjà accusé à plusieurs reprises à d’espionner pour le compte de l’État chinois, ce dernier aurait, pour des utilités publicitaires, utiliser une faille de sécurité pour récolter certaines informations relatives aux terminaux des utilisateurs en particulier les adresses MAC. Et cela sans que ces derniers ne donnent leur accord explicite et volontaire.

Cet article va aussi vous intéresser : Le réseau social Chinois TikTok dans le collimateur des autorités québécois

Même si l’application chinoise a cessé d’utiliser cette astuce depuis le novembre 2019, il n’en demeure pas moins, qu’elle sera encore entachée par cette irrégularité. Selon les dernières informations, le réseau social aurait utilisé cette tactique de collecte illicite de données pendant près de 15 mois.

Cette information a été révélée par le Wall Street Journal, qui est dans ses écrits signifie que TikTok a littéralement détourné les informations pendant près de 1 ans. Les utilisateurs qui ont été ciblées selon le média américain était les utilisateurs de smartphones tournant sous l’OS de Google, Android. Cela s’apparente littéralement à un piratage informatique lorsqu’on sait que le consentement de ces derniers n’a pas été requis durant tout ce temps. Le journal américain mentionne que cette pratique aurait cessé à partir du 18 novembre 2019.

La raison pour laquelle le réseau social s’est intéressé aux adresses MAC des smartphones de ses utilisateurs, c’est tout simplement parce que c’est qu’un identifiant propre à la carte réseau de chaque terminal connecté à Internet. Il peut s’agir d’un smartphone d’une tablette, d’une console de jeux ou même d’un ordinateur. De par son unicité, à cette adresse va permettre d’identifier de manière persistante l’utilisateur, car il est incapable de ne la changer ni même de la réinitialiser.

Ainsi, collecter ces informations accroît le potentiel publicitaire de la plate-forme qui s’y adonne. Et cela peut-être une véritable source de revenu. En effet les adresses MAC permettent : « d’établir des profils de comportement du consommateur qui persistent malgré toute mesure de protection de la vie privée » pouvait-on lire sur le site 9to5Google. Dans ce cas de figure, la seule manière dont dispose l’utilisateur pour se libérer d’un quel suivi serait malheureusement de changer de terminal.

Concernant la collecte de l’adresse MAC, il faut noter que depuis 2015 le géant américain Google, l’a formellement est interdit sur sa plate-forme Android. Même avec le consentement de l’utilisateur, la pratique est formellement bannie par le géant américain. Ces derniers imposent applications présente dans sa boutique en ligne le PlayStore de ne pas collecter « des informations personnelles identifiables ou associées à un dispositif d’identification permanent ». La règle un club bien évidemment aussi bien les adresses MAC que les adresses IMEI et bien d’autres. Et bien sur la règle visiblement a été violée par le réseau social chinois. Selon le Wall Street Journal, TikTok se serait servi d’« une couche de chiffrement supplémentaire et inhabituelle » pour dissimuler, les informations qu’il collectait auprès des utilisateurs de son application Android. Un chiffrement qui malheureusement n’apporte de rien de plus pour la sécurisation de ces informations personnelles collectées. Si ce n’est bien sûr de rendre difficile de potentiel examens effectués par un tiers, pour s’informer des informations qui étaient récolté par l’application.

Interrogé par les journalistes du quotidien américain, les responsables de réseau social chinois n’ont pas tardé dans des commentaires. Ils ont tout simplement mentionné que la « version actuelle de TikTok ne collecte pas d’adresses MAC ». Du côté de Google, il a été indiqué qu’un examen minutieux sera livré pour éclaircir ma part d’ombre dans cette affaire.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

TikTok et WeChat sont-ils des menaces pour la sécurité Américaine ?

Depuis belle lurette, le président américain Donald Trump n’a jamais caché son animosité à l’égard de certaines applications Chinoises, en particulier WeChat et TikTok.

S’il évoque d’habitude de la question de la sécurité informatique, certaines personnes croient, en particulier les autorités chinoises, que derrière cela d’autres motivations pourrait être la raison des agissements du président américain.

Cet article va aussi vous intéresser : Le réseau social Chinois TikTok dans le collimateur des autorités québécois

« Il n’y a aucune justification pour bannir une application juste parce qu’elle est chinoise », a signifié Daniel Castro, de l’Information Technology and Innovation Foundation. Il ajoutera par la suite : « Des accusations de risques sécuritaires doivent être étayées par des preuves solides, pas par des insinuations sans fondement ». Ce dernier craint que les mesures prises par Donald Trump à l’encontre des technologies Chinoises puissent se retourner un jour contre les grandes entreprises américaines. « Ils vont perdre des parts de marché mondiales si d’autres pays se mettent à appliquer les mêmes règles et à bloquer des entreprises américaines parce qu’ils craignent d’être surveillés par les États-Unis », soulève-t-il.

Le jeudi dernier, le président américain signait un décret qui interdisait les deux applications chinoises c’est-à-dire TikTok et WeChat dans un délai de 45 jours. Interdisant ici toute transaction avec les personnes qui sont sous juridiction américaine avec les maisons mères de ces sociétés. Que ce soit ByteDance ou Tencent, tout deux, verrons leurs applications retirer des boutiques officielles telles que le PlayStore de Google ou l’Appstore de Apple.

Pour certaines personnes qui soutiennent la position de Donald Trump, il est invoqué « une urgence nationale ». L’argument est simple et classique. Les applications chinoises en sont de connivence avec piqué dans le but de ton serrer les données des utilisateurs américains vers des serveurs chinois pour être traitées. Ils soutiennent que les applications TikTok et WeChat « posent plus un problème politique qu’une menace sécuritaire », comme le décrit Nicholas Weaver, professeur en sécurité informatique à l’Université de Californie.

On ne peut pas le nier, c’est application collecte bel et bien les données de leur million d’utilisateurs à travers le monde. WeChat par exemple stocke ces données sur des serveurs basés en Chine. On sait alors qu’en 2017, une loi qui a été adopté dans l’état asiatique autorise le service de renseignement à avoir accès aux contenus des serveurs se trouvant sur les territoires chinois.

« WeChat utilise des liens cryptés vers ses serveurs en Chine, mais ces serveurs peuvent les lire, et le gouvernement chinois aussi », reconnaît le professeur en sécurité informatique.

Le problème, c’est qu’il n’y a pas d’alternative en ce qui concerne les applications chinoises. En effet, l’interdiction de ces outils de communication pourrait affecter les Américains qui ont des connaissances ou des parents en Chine. Le dernier ne pourront plus rentrer en contact avec eux. « En interdisant WeChat, ça va surtout empêcher les Américains de communiquer avec des amis ou des proches en Chine, ce qui est une idée horrible », explique-t-il.

Pour ce qui concerne Tiktok, Une application très célèbre surtout au niveau des jeunes, elle se constitue alors comme « une opération massive d’aspiration de données », et bien sûr rien ne change ici des autres réseaux sociaux américains. « Bien sûr que le gouvernement chinois peut y accéder, mais comme le gouvernement américain », dit-il.

Pour Nicholas Weaver, ce genre d’application de présente de passe véritablement de danger, du moins les utilisateurs sont bel et bien conscients des risques. Alors il estime, interdire totalement n’est pas la meilleure solution. Si les autorités américaines voient en ces applications un problème, elles peuvent tout simplement pour réduire les risques « mieux communiquer auprès des entreprises américaines pour les appeler à la vigilance, et de configurer les systèmes du gouvernement pour éviter les risques (…) Les vraies menaces sécuritaires (et il y en a) sont mieux gérées dans la discrétion ».

Mais avant même que l’interdiction n’entre en vigueur, ces deux applications ne devraient être installé par aucun responsable américain ni aucun fonctionnaire comme l’estime Adam Segal, le directeur du programme sur la sécurité numérique au Council on Foreign Relations. Cependant, il estime que l’interdit « n’est pas une action essentielle pour augmenter la cybersécurité ». Selon ces derniers, Donald Trump « semble motivé par son sens de la compétition technologique avec les Chinois et son désir de se montrer ferme envers la Chine à l’approche de l’élection ». Et depuis le début l’administration américaine « a été très claire quand elle a dit qu’on allait concurrencer la Chine et que nous devions la contenir » cependant : « elle n’a pas dit clairement ce qu’elle attendait de la Chine. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Le réseau social Chinois TikTok dans le collimateur des autorités québécois

La fortune de Zhang Yiming est évaluée hauteur de 16,2 milliards de dollars américains c’est-à-dire près de 22 milliards de dollars canadiens.

Il est classé selon le magasine Forbes, comme étant l’une des 100 plus grosses fortunes dans le monde. Il est le fondateur et le dirigeant de la maison-mère du célèbre réseau social TikTok, ByteDance. Le réseau social qui est depuis il faut le noter, un certain temps, au cœur de polémiques aux États-Unis et Europe, fait dorénavant parler de lui dans les contrées canadiennes. Notons que l’administration de Donald Trump aux États-Unis menace depuis toujours, de bannir TikTok et cela même en pleine crise de coronavirus, ou l’application à connu un succès incontestable. Et la raison serait que cette dernière pourrait servir de manivelle d’espionnage pour gouvernement chinois.  Cette inquiétude, malheureusement pour TikTok se généralise.

Cet article va aussi vous intéresser : Le réseau social Tik-Tok frappé d’une vulnérabilité

Récemment un expert de la cybersécurité a mentionné que ce même problème se présente comme étant une réalité pour les entreprises québécoises. « TikTok a déjà refilé de l’information au gouvernement chinois, comme Zoom. Dans un contexte d’affaires, l’outil peut les aider à mieux connaître les fabricants », a prévenu le spécialiste en sécurité informatique et chargé de cours universitaire, Steve Waterhouse.

Depuis le début de l’année 2020, le gouvernement de Donald Trump analyse plusieurs possibilités de bannir l’application chinoise de divertissement, TikTok, et cela dans un cadre ou des tensions politiques et économiques sont au cœur des relations entre les États-Unis et la Chine. Dans un entretien avec l’animatrice Greta Van Susteren, concernant Tiktok qui aujourd’hui comptabilise près de 800 millions, le président américain a mentionné que cela était toujours en cours d’analyse et que la possibilité est à prendre en compte.

Malgré toutes ces menaces, la plateforme de divertissement annonçait déjà qu’elle mettait en place un espace permettant aux petites et moyennes entreprises de pouvoir créer et des publicités clips en fonction des modèles de l’application.

Comme partout d’ailleurs dans le monde, l’application de divertissement séduit de plus en plus, particulier dans la tranche des plus jeunes, les pré ados. Et c’est ce qui d’ailleurs préoccupe Steve Waterhouse, le spécialiste de la sécurité informatique par ailleurs chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. « Les entreprises québécoises doivent éviter d’utiliser TikTok pour diminuer le risque de se faire voler leurs secrets industriels. Surtout que la Chine a intérêt à miner le Canada parce qu’elle a un différend depuis l’arrestation de Meng Wanzhou et des deux Canadiens emprisonnés là-bas », prévenait-il.

Selon notre expert, avec les informations récoltées par l’application, il sera possible pour les services de renseignements chinois de faire des portraits des activités en entreprise, et même de l’administration publique. On peut prendre l’exemple d’un entrepreneur qui permet à l’application d’avoir accès à ses contacts. « Ce n’est plus de la science-fiction, c’est ce qui se passe en 2020 », signifiait Steve Waterhouse, qui pose le problème de la désinformation qui peut surgir à travers l’application.

Interrogé par les médias, le gouvernement canadien a refusé de statuer sur un potentiel bannissement de TikTok au Canada. Sans pour autant l’exclure non plus. « Notre monde est hautement connecté et, aujourd’hui plus que jamais, la technologie joue un rôle incroyablement important dans notre vie quotidienne. Notre gouvernement continue de travailler en étroite collaboration avec les agences et les leaders du secteur des technologies pour garantir la protection des Canadiens et de nos systèmes informatiques », s’est limitée déclaré l’attachée de presse du ministre de la Défense, Mary-Liz Power.

Du côté de l’application de divertissement, aucune déclaration n’a été faite. A croire que ce moment est une période d’observation des deux côtés, de la part du gouvernement et de l’application chinoise.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Affaire Tiktok : Ouverture d’un « Centre De Transparence » par le géant Chinois

Au cœur d’une polémique de gestion des données personnelles de ses utilisateurs, le réseau social chinois TikTok décide de marquer un grand coup, à Los Angeles, au cœur même des États-Unis.

Par le biais de son fondateur le milliardaire chinois Zhang Yiming, l’entreprise de divertissement décide d’ouvrir aux États-Unis, un centre qui permettra à tout expert ayant l’habilitation requise de non seulement surveiller la collecte de données, mais aussi d’avoir la possibilité de surveiller la manière dont le réseau social gère et utilise celles-ci. Ce « centre de transparence » a d’abord pour objectif de rassurer les consommateurs occidentaux en particulier les Américains, qui plusieurs fois ont mis en doute l’intégrité de TikTok, avec plusieurs accusations portant sur la relation qu’entretenaient le réseau social et le gouvernement chinois.

Cet article va aussi vous intéresser : TikTok accusé de détournement de données personnelles vers la Chine

La date d’ouverture de ce centre est prévue pour le mois de mai de cette année. Il va d’abord porter principalement sur la gestion de la réputation numérique du réseau social, et de la modération du contenu proposé par celui-ci. Par la suite on pourra s’attendre à une mise à jour de certains accès tel que le code source qui sera progressivement dévoilé et aussi l’ensemble des règles auxquelles serait soumise l’application. Cependant, les personnes qui auront les applications requises pour travailler dans ce centre n’ont pas encore été désignées ni le profil dévoilé.

Interrogée, l’une des responsables du réseau social, Vanessa Pappas déclarait ceci : « Nous voulons que le centre de transparence fonctionne comme un forum où les experts seront capables de fournir un retour productif à propos de nos services. L’industrie se développe très rapidement et il est vrai que le système d’exploitation de l’application n’est pas irréprochable, c’est pourquoi il est important pour nous d’être prêt à se renouveler constamment. »

Mais la principale question de savoir si cela suffira pour calmer les ardeurs de l’administration américaine qui a toujours l’application TikTok dans leur collimateur. Avec ces 24 millions d’utilisateurs par jour, c’est l’un des réseaux sociaux les plus utilisés au monde. Et cela n’a fait qu’accroître la suspicion des Américains à l’égard de ce réseau social venue de Chine. On se rappelle que l’année dernière déjà, les autorités américaines avaient lancé plusieurs enquêtes de sécurité à l’égard de TikTok. Elle avait même été interdite à certaines personnes pour usage tels que les militaires et autorités de maintien de l’ordre. Certains membres de la classe politique américaine sont allés jusqu’à demander même le bannissement de l’application du territoire américain, à l’occurrence Josh Hawley le sénateur républicain.

Pour démentir toute ces suspicions, TikTok avait publié déjà durant le mois de décembre dernier, un rapport de transparence sur ses activités et sa gestion des données personnelles de ses utilisateurs. La preuve que le réseau social prend vraiment en compte les critiques et les attaques des autorités américaines.

Par ailleurs, il faut noter que l’entreprise chinoise n’a sans cesse déclarer qu’elle ne divulguera aucune information provenant d’utilisateur américain au gouvernement chinois, et cela même si la législation chinoise l’en oblige depuis 2017.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage