Archives pour la catégorie Piratage

Nous vous donnons de précieux conseilles pour éviter de vous faire pirater.

Que faire lorsque l’on est victime d’une attaque informatique ?

Pour toutes personnes qui gèrent un système d’information, il est clair qu’il ne faut jamais minimiser le risque de l’attaque informatique.

Face à la cyber menace, l’on n’est jamais trop bien préparé ni trop bien en sécurité. La meilleure attitude est donc de se dire que l’attaque peut provenir à n’importe quel moment et de se tenir prêt pour l’accueillir.

Cet article va aussi vous intéresser : 4 conseils pour se protéger sur Internet

Les symptômes qui interpellent sur une potentielle menace Informatique sont divers mais bien connus aujourd’hui. En effet, parmi les nombreux signes, on commence à observer par exemple le ralentissement des terminaux (ordinateurs, tablettes…) présents dans une entreprise, l’indisponibilité du service de messagerie, ou la mise hors service du site internet par exemple. Malheureusement, dans certains cas c’est un message exigeant une rançon qui est le signe probant d’une attaque informatique. Comment agir face à ce problème. Sommes-nous dans une situation de fatalité ? Trop de questions auxquelles il faudrait répondre. Cependant vous devez retenir certaines choses qui pourront peut-être vous sauver la vie. Au sens figuré bien sûr.

L’une des premières règles à observer en matière de sécurité informatique et bien sûr de mettre en place un ensemble d’outils permettant d’assurer de prime abord la sécurité de vos terminaux et du système dans son ensemble. Les pare-feux et les solutions antivirus existent en nombre dans le secteur, vous risquez d’avoir même l’embarras du choix. Mais il est important que de la base vous ayez ce genre d’outils. Par ailleurs, quoique bien préparé, l’erreur humaine est aussi une des premières causes de la vulnérabilité sur le plan de la cybersécurité. Ce qui sous-entend qu’il faudra aussi miser sur la sensibilisation et la formation du personnel. Faiire comprendre qu’il ne faut pas se connecter à n’importe quel moment sur n’importe quel site lorsque l’on est sur le lieu du travail. Ne pas cliquer sur n’importe quel lien lorsqu’on reçoit un mail d’inconnu.

De plus, il est à considérer comme primordial le facteur temps. En effet plus de temps vous mettrez à agir en cas d’attaque informatique, plus, il sera difficile pour vous de vous en sortir indemne ou avec des dommages moindres. À l’inverse plus vite vous agirez, plus vite vous pouvez facilement réduire l’impact de l’attaque Informatique voir la résorber. Généralement il est recommandé d’avoir au sein de l’entreprise ou au sein de toute institution gérant un système d’information, un spécialiste qui travaille en interne de la sécurité informatique. Dans le cas contraire il faudrait avoir une relation régulière avec une société spécialisée dans le secteur pour des contrôles réguliers. En d’autres termes il ne faudrait pas attendre une attaque informatique avant de penser à trouver un expert du secteur. Il est primordial d’être accompagné dans le domaine de la sécurité informatique, peu importe l’investissement que cela peut coûter.

A ce stade, on se demande alors quels sont les réflexes à avoir lorsque nous sommes victimes d’une attaque informatique.

1- D’abord vous devez savoir une chose, en cas d’une attaque au rançongiciel, car c’est l’attaque la plus courante qui vise les entreprises depuis un certain moment, vous devez être sur que rien ne confirme l’idée selon laquelle vous récupérerez véritablement vos données. Alors ne laissez jamais les criminels avoir le dessus sur vous. Ne céder jamais au chantage.

2- Vous devez absolument éviter de mettre à jour durant l’attaque informatique votre antivirus ou même de lancer un scan. Ce sont des actions qui malheureusement vous feront perdre les traces les programmes malveillants utilisés contre vous. Ce qui rendra difficile les enquêtes qui permettra de remonter jusqu’au pirate informatique.

3- N’essayez surtout pas de réinstaller votre système d’exploitation au risque de reconduire le programme malveillant s’il touche au plus profond même de ce programme de base

4- Surtout vous ne devez pas supprimer de fichiers ni même de logiciel présente sur votre mémoire.

5- Ne jamais utiliser un ordinateur qui a déjà été impliqué dans une fuite de données peu importe la nature. Et cela même si vous êtes dans l’urgence.

6- Ayez immédiatement le réflexe d’isoler le(s) terminal (aux) infecté(s) du réseau.

7- Contacter immédiatement vos services financiers pour faire part de l’attaque informatique et de procéder au protocole de sécurité si cela est déjà établi dans le cas contraire suspendre toute transaction financière jusqu’à ce que la lumière soit faite.

8- Porter plainte car ainsi les autorités seront informées du problème et pourront s’en charger. Avec des agences de l’État, les enquêtes ont plus de chance d’aboutir et cela peut vous permettre d’être à nouveau attaquer par les mêmes types de pirates informatiques.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



5 attaques informatiques qu’il faut connaître

1 – Les attaques géopolitiques

Dans le monde de la sécurité informatique, il est connu  existé des groupes de pirates informatiques, dont l’objectif est de mener des actions de nature politique ou activiste. ces groupes de pirates sont souvent soutenus par des régimes gouvernementaux, on parlera alors des APT où ont décidé de faire bande à part, se constituant ainsi une vraie petite bande de criminels  que certaines autorités qualifie généralement de « activistes ». le but de ces groupes de pirates informatiques dans ce genre de contexte est de déstabiliser généralement des régimes politiques.

Il pourrait s’agir aussi d’une stratégie d’intimidation d’un gouvernement à l’égard d’un autre, ou dans d’autres contextes, on pourra parler d’espionnage industriel ou de vol de secret politique. Le champ d’activités de ce genre de piratage n’ai jamais déterminé à l’avance. Mais ce qu’on peut dire avec certitude, les gouvernements sont généralement mêlés directement ou indirectement. Ce type de piratage a ouvert la voie vers une nouvelle ère, celle de la cyberguerre.

2 – Le piratage des Smartphones

Les smartphones sont de plus en plus utilisés de nos jours. disons simplement que ce sont les outils qui sont les plus utilisés au monde. Nous les utilisons aujourd’hui pour presque tout faire. Regarder la télévision, passer des appels, se connecter à Internet, contrôler certains outils connectés, disons tout simplement qu’ils sont devenus indispensables pour notre quotidien. Les pirates informatiques l’ont remarqué. ils veulent aussi en profiter. Le piratage des smartphones se révèle être plus rentables pour ces derniers que tout autre terminal, car une fois réussi à accéder au mobile d’une personne, il est encore plus facile de pouvoir infecter les autres terminaux ( ordinateurs, tablette…).

À cause des échanges de données qui seront inévitables tôt ou tard entre ces machines. Selon l’entreprise de cybersécurité Kaspersky, il a été dénombré en 2018 plus de 116,5 millions d’attaques Informatiques dirigées contre les smartphones. Un taux qui s’est accrue de 100 pourcents à l’égard de 2017 où l’on a dénombré 66,44 millions d’attaques. Le problème à ce niveau est double. D’abord du côté des fabricants, il faut avouer que les terminaux ne sont pas toujours sécurisés comme il le devrait. Mais d’un autre côté, les utilisateurs de ces machines ont aussi des attitudes à risque facilitant souvent le travail des pirates des informatique.

3 – Les scripts intersites (cross-site scripting XSS)

C’est une technique qui demande une grande habilité de la part des pirates informatiques qui décident de la pratiquer. Elle va consister pour ce dernier a injecté des codes malveillant dans le contenu d’une page web dans le but de corrompre le navigateur de la cible. cela va permettre aux hackers d’être en mesure de modifier le contenu d’une page web en l’adaptant à ses envies et en dérobant des informations via les cookies. Ce qui signifie qu’une attaque de ce type avec efficacité pourra bien sûr permettre m d’avoir accès à des données véritablement sensible, et même pouvoir s’infiltrer dans le terminal de la victime pour d’autres fins.

4 – Le spoofing

C’est une technique de piratage qui consiste à usurper l’identité et les identifiants de connexion d’une personne proche à sa victime dans le but de la contacter et établir des relations pouvant aller des transactions financières. C’est une technique fourbe qui descend un peu à l’ingénierie sociale. C’est pour cette raison il a été recommandé de toujours vérifier la certitude de l’identité d’un proche qui vous écrit dans le but de vous demander de l’argent ou de vous engager dans une transaction quelconque.

5 – Les attaques contre les serveurs de stockage Cloud

Les entreprises de nos jours ont commencé à abandonner de plus en plus de stockage physique au profit du stockage Cloud. C’est une méthode qui commence à prendre de l’ampleur et qui deviendra dans quelques années, incontournable. L’avantage de ce procédé c’est qu’il réduit les coûts d’entretien et permet l’accès aux données quelque soit l’endroit où l’on se trouve. Vu l’ampleur de la chose, les pirates informatiques vont tenter de voler les clés de chiffrement dans le but d’avoir accès aux contenus sauvegardés sur ces serveurs. Pour prévenir ce cas de figure, il est recommandé aux entreprises qui ont décidé de migrer totalement vers le Cloud, de privilégier dans les investissements de sécurité, le système de chiffrement sécurisé assorti d’un certificat SSL dont le prestataire est un serveur de confiance.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Les différentes types d’attaques informatiques qui nous guettent au quotidien

Comme nous le savons tous, les méthodes d’attaques informatiques n’ont cessé de se développer depuis ces 10 dernières années.

Il est donc temps de faire un point sur l’ensemble des méthode de cybercriminalité les plus utilisés, au cas ou nous seront forcément confrontés ou nous sommes déjà des victimes. Dans le contexte actuel, le cybercriminel dispose de suffisamment de moyens des techniques et de cible pour s’adonner à cœur joie au piratage informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : Smishing, la nouvelle méthode de piratage par la carte SIM

Ce qui rend fréquent les attaques informatiques que subissent les utilisateurs du web et les entreprises. De là, on se rend compte que tout le monde est vulnérable dans cette histoire. Que ce soit les entreprises dont on parlait plus haut, les états et autres organismes, sans oublier les particuliers, nous sommes tous victimes de potentiels victime de la cybercriminalité.

Ce qui fait que se protéger sur Internet est devenu aujourd’hui l’une des priorités, pour ne pas dire la priorité. Et pour cause, il n’est pas sans oublier ses multitudes d’attaques Informatiques auxquels nous sommes tous exposés.

1 – Minage de cryptomonnaie malveillants (le cryptojacking)

Le développement des monnaie cryptographique, et l’engouement qui a été suscité par l’émergence du bitcoin ont semé les graines de cette forme de menace informatique. Le cryptojacking est aussi appelé en français le minage de crypto monnaies malveillants, est une forme de menace informatique qui consiste et produire des programmes malveillants dans l’ordinateur de particuliers ou d’une entreprise ( on parle là ici d’ordinateur au pluriel), dans le but de se servir des ressources du terminal pour générer de la crypto monnaie, et ce à l’insu de l’utilisateur principal.

2 – Les rançongiciels (ransomware)

c’est l’une des attaques informatiques les plus prisées ces 5 dernières années pour ne pas dire c’est 10 dernières années. En effet les rançongiciels sont, il faut le dire à la mode. Comme son nom l’indique, le rançongiciel a un programme malveillant, dont l’objectif par l’utilisation de son éditeur, et de prendre en otage les données informatiques contenues dans un système informatique. une fois le programme malveillant installé sur le système.

Il procède automatiquement à un chiffrage de données empêchant ainsi les utilisateurs véritables d’accéder au contenu du terminal. de la sorte le pirate informatique exigera à la victime du piratage de payer une rançon (généralement en bitcoin ou autres monnaies cryptographiques) en échange de la clé de déchiffrement qui permettra à l’utilisateur de pouvoir accéder enfin au contenu du terminal piraté.

3 – Piratage des objets connectés

Il faut avouer que ces derniers temps aussi les objets connectés sont en plein essor. De la voiture connectée à la télévision connectée via la montre connectée, tous les outils que nous avons l’habitude d’utiliser sont pratiquement tous connectés aujourd’hui. et de plus en plus, les outils deviennent indispensables voire incontournables. Ce qui n’échappe pas bien sûr aux pirates informatiques qui cherchent à en profiter. et il ne faut pas se leurrer, ces objets sont en majorité moins sécurisés que les smartphones ou les ordinateurs sont utilisés généralement. C’est pour cette raison qu’il est recommandé aux fabricants de faire de plus en plus d’efforts quant à l’amélioration des systèmes tendant à la sécurisation des objets.

4 – Le phishing

dans la catégorie du top 3 des piratage informatique le plus courant, l’hameçonnage ou encore appelé le phishing est une méthode utilisée et répandue dans le monde la cybercriminalité. Il affecte grandement le plus souvent les entreprises, qui ont tendance à subir le plus les dégâts de ce genre d’attaques. Ce qui fait sa particularité, c’est qu’il permet de lancer d’autres types d’attaques, tels que les piratages de rançongiciels ou encore le piratage grâce au malwares sur smartphone. Il consiste à tout simplement attirer la victime vers une plateforme numérique.

Cela peut-être un site internet ou encore un espace dédié à une banque en ligne par exemple. Ce dernier se croyant sur la plate-forme qu’il veut, va immédiatement introduire ces identifiants de connexion et d’autres informations personnelles très facilement récupérés par les pirates informatiques et utilisés à leurs fins.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Comment être victime d’une cyberattaque ?

Aujourd’hui on peut le dire sans se tromper que l’erreur humaine est la principale source des cyberattaques et des pertes constantes de données numériques.

Que ce soit de façon volontaire, irréfléchi ou inconsciente, nous commettons souvent des fautes dont se servent les pirates informatiques pour se glisser dans notre système à nos dépends. Ces erreurs constantes font perdre des millions et les millions de dollars aux institutions publiques et aux entreprises privées. Tout juste parce que quelqu’un n’a pas pu se retenir de cliquer sur un lien assez louche ou n’a pas activer le pare-feu quand il le fallait.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment rendre la cybersécurité des entreprises plus simple et plus efficace ?

Dans un rapport produit par Ponemon Institute, environ un quart des atteintes au données numériques serait causé par des erreurs faites par les utilisateurs. ce qui nous pousse à dire que toute personne, toute institution doit prendre ses dispositions pour réduire au maximum ces champs d’erreurs qui pèsent lourd sur la balance

Pour se faire il faut identifier toutes les mauvaises pratiques qui sont les risques potentiels rendant vulnérable un terminal ou un système informatique dans son ensemble. Aussi voici trois profils que vous devez absolument effacer si vous vous apercevez que cela fait partie de vos comportements ou vos habitudes

1. L’anticonformisme

Pour un anticonformiste, il n’est en aucun cas dérangeant de désactiver un protocole de sécurité ou un pare-feu si ce dernier l’empêche de faire exactement ce qu’il veut faire. il ne cherche même pas à savoir ni même à comprendre que pareil acte est dangereux pour lui et pour un système de façon générale. Ce genre de personne est la principale source d’infection des systèmes informatiques dans des entreprises.

L’anticonformiste fait partie de ces personnes qui utilisent comme mot de passe, les dates de naissance de ses enfants, ou la date de son mariage, il va même jusqu’à valider la fonctionnalité « me le rappeler plus tard. » quand il s’agit de faire une mise à jour de sécurité. En clair, ce comportement pousse l’individu à ne pas rentrer dans les normes imposées pour une sécurité maximale. Qu’il soit un particulier un membre d’une entreprise, il est évident qu’il suffira facilement piraté par effet domino, infecté d’autres terminaux ou système auxquels il aura un lien.

2. Le je-m-en-foutisme

Ce genre de profil correspond exactement à une personne qui est capable de s’installer sur la terrasse d’un café pour attendre son transport, utilisant par exemple son outil de travail pour se connecter à un wifi inconnu tout en consultant des dossiers confidentiels. Il fait partie de ce genre de personne qui oublie leur PC professionnel sur une table public pour s’en aller là où le vent les emporte. Ce genre de personne est beaucoup redouté et par les responsables informatiques ou des chargés de protection de cyberespace d’entreprise. Csi les méthodes de travail impliquant une grande mobilité de travailleurs prends de plus en plus d’ampleur, ils n’en demeure pas moins que c’est un risque pour la sécurité informatique. Et ce n’est pas négligeable surtout quand un profil pareil est dans votre équipe.

3. L’ignorante imprudence

Ce profil est difficile à identifier il faut l’avouer. Car généralement ils touchent des personnes qui sont personnellement visées pour entamer une attaque. Ce sont des personnes à qui on envoie des liens piégé ou des pièces jointes corrompues. Si par inadvertance ce dernier clique sur ses liens ou suit les instructions demandées, alors le tour est joué. Le piratage informatique pourra être entamé voir réussir.

Ce n’est par ces méthodes que différents logiciels malveillants arrive à s’infiltrer dans le système informatique des entreprises ou autres institutions publiques. On parle notamment de Ransonwares, de rootkits, de chevaux de Troie, des intrusions réseaux, etc. Dans certains cas on ne peut pas reprocher grand-chose à ces personnes, si ce n’est leur naïveté. En effet, des fois, des messages piégés semblant même provenir du PDG d’une entreprise auquel est affilié l’individu.

Croyant peut-être répondre à un responsable il se trouve alors piégé. Mais cela doit se revoir. C’est pour cette raison qu’on recommence généralement aux entreprises de former leur personnel sur certains réflexes et pratiques.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Devriez-vous payer quand vous êtes attaqué par un logiciel de rançonnage ?

On sait tous que les logiciels de rançonnage sont utilisé dans un seul objectifs : vous soutirer de l’argent.

De la sorte en prenant votre système informatique en otage, vous serez contraint si vous n’avez pas le choix de payer ou de sacrifier vos données. Donc nous nous posons la fameuse question qui est de savoir s’il faut payer ou non lorsque nous sommes aux prises avec un ransomware ?

Cet article va aussi vous intéresser : Comment se protéger d’un logiciel de rançonnage ?

On se rappelle que Norsk Hydro, un grand producteur d’aluminium au monde avait été victime d’une telle attaque. Il avait dès le début écarter l’hypothèse de payer la rançon exigée par les pirates informatiques. Mais au bout d’une semaine, les dommages évalués du piratage s’elevait à 40 million de dollars. C’est une somme énorme et on s’est dit qu’il aurait dû peut-être accepter. et c’est là qu’on se rend compte que plusieurs entreprises dans son cas ont aussi refusé de payer la somme demandée.

Même si les Ransomwares continue de diminuer, la menace d’une attaque pour est toujours réelle. Donc il ne faudrait pas baisser sa garde.

Selon une étude faites ça IBM, près de 40 % des spams diffusés en 2016 ont présenté un risque de ransomware. Cela peut se comprendre quand on sait que 70 % des sociétés qui étaient sous la protection d’IBM ont plutôt accepté de payer la rançon pour pouvoir libérer leur système informatique. « C’est très simple dans mon esprit (…) Si vous n’êtes pas en mesure de reconstituer un système dans le délai, et que vous avez besoin qu’il fonctionne, alors payez la rançon.» donne ainsi son point de vue Michael Duff, responsable à l’université de Stanford lors d’une conférence portant sur les Ransomwares. Cependant il estime que les pirates informatiques devraient rendre les données numériques qu’ils auraient dérobées et à leur victime une fois la rançon payer. « Si vous savez qu’en payant vous n’aurez pas de clé en retour, alors plus personne ne paiera.» disait-il.

Neil Jenkins, paroles de Performance Management une entreprise rattaché au département américain de la sécurité intérieur quand à lui affirme : « du point de vue du gouvernement US, nous décourageons absolument de payer la rançon (…) Payer une rançon n’est pas la garantie d’obtenir de nouveau l’accès au système … qu’ils ne vont pas exiger encore plus d’argent. Nous avons des cas dans lesquels les gens ont payé la rançon et ont ensuite été ciblés à nouveau ».

Michael Duff insiste sur le fait de payer des personnes ayant découvert une vulnérabilité dans votre système sans que c’est dernier veuillent d’agir en pirate informatique. « vous payez essentiellement un bug Bounty (..) Ils ont mis en évidence une faiblesse dans votre sécurité … S’ils ne l’avaient pas fait, quelqu’un d’autre s’en chargerait »

Le PDG de Security Outliers, Gal Shpantzer a même songé à l’idée de « commencer à négocier avec vos amis de l’autre bord » en parlant des pirates bien sûr.

On peut simplement se rendre compte que les deux choix s’offre à nous. D’un côté, ce qui encourage de payer quand on sait qu’on a pas réellement le choix. Cependant d’un autre côté, payer même quand on n’a pas le choix est une manière d’encourager les pirates informatiques. Que rien ne garantis qu’on ne subira pas une nouvelle attaque.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage