Les pirates informatiques et les escroqueries en ligne

Aujourd’hui les cybermenaces sont de plus en plus présentes.

Il faut fait d’une simple inattention pour essuyer des grands dommages. Il existe plusieurs types d’attaques informatiques et deux pratiques utilisées par les pirates informatiques pour vous tromper. Ces méthodes sont pour la plupart connus mais tellement sophistiquées et simplistes qu’elles arrivent toujours à tromper la vigilance des internautes.

1- Le phishing

Encore appelé l’hameçonnage, cette méthode est grand classique dans le domaine de la cybercriminalité. À ce propos, Thierry Berthier, chercheur au sein de la Chaire de cybersécurité & cyberdéfense Saint-Cyr – Thales -Sogeti, par ailleurs, Maître de Conférences en mathématiques à l’Université de Limoges, souligne : « le spectre des cyberattaques et des menaces cyber est particulièrement étendu, tout comme celui des cibles. Les particuliers sont principalement touchés par les campagnes de phishing avec la réception de messages malveillants contenant un lien toxique. L’internaute imprudent clique sur le lien en pensant avoir affaire à une page légitime alors qu’il déclenche l’exécution d’un logiciel malveillant (malware) qui va s’installer sur sa machine, à son insu. Ce mode opératoire est extrêmement répandu. ».

En d’autres termes, le phishing est une pratique qui expose tous les internautes sans exception.

2- Le rançongiciel

En 2019, l’utilisation des logiciels de rançonnage explose littéralement. En effet, les spécialistes l’ont qualifiée de l’année des Ransomwares. Aujourd’hui, cette menace est devenue littéralement courante. Elle consiste en tout simplement à infecter le système informatique ou le terminal d’une cible dans le but de l’empêcher d’y accéder librement. Le contenu du terminal étant chiffré par le cybercriminel, ce dernier exigera le paiement d’une rançon pour permettre à la victime d’accéder au contenu de son terminal. « L’internaute peut choisir de payer la rançon s’il estime que la valeur de ses données perdues dépasse cette rançon où d’accepter de les perdre définitivement. L’attaquant peut alors tenter d’autres mécanismes de chantage s’il estime que le disque contient des données sensibles ou gênantes pour la cible. Il faut avoir conscience que tous les moyens de pression seront utilisés, même les plus « dégueulasses » car la victime a bien affaire à de la cyber délinquance. » note notre expert. Cependant, il est généralement recommandé de ne pas payer les rançons exigées par les cybercriminels dans ce contexte.

3 – Le cyber espionnage

Les cybercriminels peuvent utiliser des programmes malveillants dans le but de vous espionner. Cela peut être pour écouter vos conversations, avoir accès au contenu de vos mails, de vos messages où télécharger des documents depuis vos terminaux. Il y a aussi la possibilité de vous espionner via la webcam. Généralement, cette stratégie est utilisée pour préparer une autre attaque informatique.

4- La fraude

Généralement l’internaute peut être exposé à plusieurs fraudes en ligne. Pour que cela on peut parler :

– Des fraudes au faux virement

– Les fausses factures

– Les faux supports

– Les faux remboursements

– Les faux ordres de virements

– Les fraudes au président

L’étendue des possibilités pour le cybercriminel est tellement vaste qu’il est presque impossible de déterminer le sens d’action en matière de fraude. Généralement, L’internaute se trouve exposé en ligne durant la période qui sont secouée par un phénomène d’actualité à l’instar de la pandémie à coronavirus ou une catastrophe naturelle.

Notons en outre que les entreprises, les collectivités territoriales, les administrations, les organisations gouvernementales sont généralement les cibles préférées des cybercriminels. Les raisons sont claires. Non seulement elles possèdent suffisamment de moyens, mais aussi les informations qui pourraient être collectées lors d’une cyberattaque a plus de valeur et pourra être facilement monnayée sur le marché noir. « L’attaquant peut espérer collecter de la donnée sensible (secrets et process industriels, base de clients, de produits, de services, de sous-traitants, etc… Ces données ont toujours une valeur à la revente sur les marchés spécialisés du Darknet. » souligne Thierry Berthier. Par ailleurs certains cybercriminels arrivent à soutirer des millions de dollars à des entreprises après une attaque au rançongiciel. Même si souvent elles refusent de payer la rançon exigée par les pirates informatiques, les entreprises ne peuvent pas nier que les attaques font peser sur elle des pertes sur le plan financier en ce sens qu’elles doivent dépenser beaucoup d’argent pour restaurer leur système après chaque attaque informatique.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage