IOS : Les utilisateurs d’iPhones contraints à conclure des abonnements frauduleux

Récemment les informations étaient portées selon lesquelles des utilisateurs de iOS de iPhone donc, (près de 3,5 millions), seraient contraints à faire des abonnements qui ne remplissent pas les normes.

Les éditeurs concernés par cette fraude utiliseraient un système un peu flou pour induire en erreur les utilisateurs, qui se trouvent piégés suite à des périodes d’essai, et ce, même lorsque l’application est déjà installée du téléphone. « Des éditeurs d’applications mobiles profitent d’un flou du système d’abonnement des stores d’applications mobiles pour facturer des abonnements après une période d’essai gratuite, même lorsque l’utilisateur a désinstallé l’application. » explique le rapport de Sophos, une firme spécialisée dans la sécurité informatique. Selon cette dernière, c’est plus de 3 millions d’utilisateurs d’iPhone qui ont été trompé par ce genre de système frauduleux.

Cet article va aussi vous intéresser : L’iPhone 11 de Lev Parnas, 2 mois pour réussir à le pirater

Les applications qui sont utilisées pour tromper la vigilance des utilisateurs et profiter des failles des systèmes d’abonnement des stores d’applications sont nommées par les spécialistes de la sécurité Fleecewares. Ces programmes compliquent les processus de résiliation, contraignant par ce fait l’utilisateur à débourser de l’argent à la fin de période d’essai. Clairement, Voilà comment se passe les processus en quelques mots. Peu importe le système d’exploitation, que le terminal soit iOS ou Android, il a permis aux éditeurs d’applications de proposer leurs logiciels pour usage payants ou gratuits. Lorsqu’il est payant, il assorti d’une période d’essai dans certains cas. Et souvent à la fin de l’essai, l’abonnement est activé de façon automatique, poussant ainsi l’utilisateur à souscrire, le facturant directement sur son compte. C’est ce qui lui permet maintenant de profiter de l’application aisément comme il le souhaite. Cependant, « Les Fleecewares , ces applications frauduleuses, profitent du fait que ce système permette aux éditeurs d’application de continuer de facturer les utilisateurs, même lorsqu’ils ont désinstallé l’application de leur smartphone. » note le rapport de Sophos.

On sait par exemple que Apple et Google dans leurs boutiques d’applications respectives accordes la possibilité aux éditeurs de logiciels de concevoir eux même, leurs procédures d’abonnement et de résiliation. Et c’est sûrement cela qui pose le problème. Car si des éditeurs permettent de mettre fin à l’abonnement dès l’instant que l’utilisateur ait désinstallé l’application de son terminal, il y en a certains qui se permettent de maintenir la souscription et continuent de facturer les utilisateurs quand bien même que ces derniers n’utilisent plus les logiciels concernés. « Certains développeurs peu scrupuleux profitent de ce système pour continuer de facturer les utilisateurs même lorsqu’ils ont désinstallé l’application de leur smartphone. Et si les moins gourmands se sont contentés de quelques dollars, les plus avares ont réussi à subtiliser des centaines de dollars sur le dos d’utilisateurs n’ayant aucune idée que leur période d’essai avait expiré et que l’abonnement payant s’était déclenché. ». Expliquait Jagadeesh Chandraiah, l’expert en sécuritéde Sophos, qui est à l’origine du rapport.

Déjà l’année dernière, la firme de sécurité avait recensé plus d’une cinquantaine de logiciels fonctionnant sous Android qui avaient été installées par près de 600 millions d’utilisateurs, applications qui procédaient aux mêmes pratiques que celles décrites plus haut. Et cela leur a permis de soutirer d’énormes somme d’argent aux utilisateurs qui se sont fait prendre dans ce piège. En général, se sont même des logiciels qui ne proposent que certaines fonctions un peu basiques tels que les horoscopes, les filtres photos, des lampes torche. Sur l’App store cette année, c’est près de 32 applications qui ont été découvertes sur cette escroquerie. Le prélèvement peut aller jusqu’à 400 dollars dans l’année. Jagadeesh Chandraiah conseille dans son rapport aux utilisateurs de Android et de iOS d’avoir l’habitude de vérifier régulièrement les paramètres d’abonnement des applications qui l’utilisent. Ils doivent vérifier si par erreur il n’avait pas souscrit à un compte quelconque forfait. Et de toujours dessouscrire avant de désinstaller une application d’abonnement.

Cependant, il ne serait pas aussi mal que Google et Apple fasse un peu le ménage du côté de leurs boutiques d’applications. Si ces éditeurs d’applications agissent en fonction des conditions générales de cette boutiques de logiciels, il n’en demeure pas moins qu’il cause du tort aux utilisateurs. Alors l’intervention de ces deux géants pourraient être salutaire ce niveau.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage