La journée mondiale du mot de passe

Pour ceux qui ne le savent pas encore, la journée mondiale du mot de passe sera célébré cette année, exactement le 7 mai.

Un événement assez inédit mais dont l’importance n’est pas négligeable. Dans un certain sens cette célébration est quand même ironique dans dans la mesure où depuis un certain moment, plusieurs professionnels, fournisseurs et spécialistes œuvrent activement pour éliminer ce tout premier protocole de sécurisation accès ou de connexion. Alors pourquoi célébrer quelque chose qui est destiné à disparaître, de sorte, pour des chercheurs d’évoquer pour 2021, une journée sans mot de passe.

Cet article va aussi vous intéresser : Créer des mots de passe hyper solides

Il faut mettre en évidence que l’élimination du mot de passe est un concept qui existent depuis longtemps. L’idée est de débarrasser les utilisateurs de certains inconvénients que le mot de passe a malheureusement montré depuis l’explosion des services numériques exigeant sont utilisation. En effet, l’utilisateur peut par exemple oublier son mot de passe, il peut le transmettre à quelqu’un sans faire exprès, ce qui le met grandement danger. Le mot de passe devient de plus en plus facilement piratable, ce qui pousse dorénavant les plateformes à exiger des compositions de mots de passe qui sont toujours plus difficile pour les utilisateurs quant à leur rétention en mémoire. En d’autre terme, cet excellent outil informatique d’antan commence à perdre de sa superbe et il devient de plus en plus dangereux de l’utiliser sans prendre au préalable certaines précautions, tel que l’authentification à multiples facteurs. Ce qui n’est pas fait pour faciliter la vie aux utilisateurs qui dans la majeure partie des cas, négligent les mesures et recommandations. « Les utilisateurs se lassent de créer de nouveaux mots de passe pour différents services et de devoir changer de combinaisons régulièrement, selon les impératifs des politiques de sécurité. Pour réduire la mémorisation, nombreux sont ceux qui finissent par se fier à des mots de passe simplistes, faciles à déchiffrer ou à réutiliser sur plusieurs sites. » expliquait le Directeur de vente France chez Yubico, Laurent Nezot. Dans un tel contexte, les spécialistes jugent les mots de passe comme étant les maillons faibles de la sécurité informatique.

Pour Gartner, à l’horizon 2022, la majorité des entreprises et établissements publics seront en mesure de déployer un ensemble de méthodes d’authentification sans le mot de passe à 50 % de leurs matériels et programmes informatiques. Pour Laurent Nezot, cela ne sera pas si facile que ça. Car même s’il est beaucoup critiqué, le mot de passe est fortement ancré dans les pratiques, il sera donc difficile de changer les habitudes du jour au lendemain. Mais il ne néglige pas pour autant les pratiques à risque concernant l’usage des mots de passe. « Aujourd’hui, les entreprises cherchent des moyens de tirer parti de la digitalisation et de l’usage massif des smartphones afin de fournir des produits et des services améliorés plus rapidement et plus efficacement. Toutefois, les organisations qui poursuivent des plans ambitieux de rationalisation des parcours clients et collaborateurs se trouvent confrontés à des enjeux liés à la protection de leurs ressources. Des technologies et des contrôles de sécurité sont mis en place pour protéger l’entreprise, mais ces mêmes contrôles peuvent frustrer les individus, notamment lorsqu’il est question de mot de passe. » note-t-il

Selon une étude menée par Yubico, 48 % des professionnels du secteur de l’IT, et 39 % de particuliers ont tendance à définir pour plusieurs comptes les mêmes mots de passe. Ce qui les exposes grandement en cas de piratage informatique.  Car il suffit pour la Cybercriminels de découvrir une faille dans l’un de ses comptes. Avec l’explosion des phishing, il faut commencer véritablement à s’inquiéter à propos de ce genre de négligence. « Les faux emails parfaitement imités invitent les utilisateurs à saisir leurs identifiants afin de récupérer ces derniers, puis de prendre le contrôle des comptes et d’accéder aux données personnelles. Ainsi, même les mots de passe les plus complexes ne suffisent plus à empêcher les hackers de s’infiltrer. ».

Si dans le passé le mot de passe a prouvé par son utilité. Aujourd’hui l’évolution de la cybercriminalité, et la multiplication des services numériques rendent son utilisation peu ergonomique et moins sécuritaire. Les entreprises dépensent de plus en plus pour améliorer leurs systèmes informatiques, et le mot de passe fait partie des problèmes qu’elles ont tendance le plus souvent à soulever. Alors, la solution semble évidente, trouver moyen pour se passer du mot de passe n’est plus une simple exigence mais une nécessité pour ces dernières. « Tant que les services informatiques des entreprises devront s’appuyer sur des mots de passe pour l’authentification, les exigences en matière d’assistance seront coûteuses. Sans compter sur une sécurité insuffisante et des expériences frustrantes pour les clients qui sont inévitables. Mots de passe oubliés et volés dégradent leur niveau de satisfaction, réduisent la fidélité à la marque et contribuent à la perte de revenus. Il est donc temps que les entreprises mesurent l’intérêt de s’affranchir des mots de passe et prennent conscience de la nécessité d’abandonner leurs méthodes d’authentification traditionnelles qui ne sont plus adaptées aux menaces et aux technologies actuelles, qui ont évolué de façon significative au cours de la dernière décennie. » conclut Laurent Nezot.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage