La mise en garde des télétravailleurs en ce moment de crise

Ils sont des milliers de personnes voire des millions à dorénavant rester à la maison et travailler.

Il peut s’agir des étudiants où des professionnels qui sont contraints aujourd’hui d’exercer l’ensemble de l’activité via le réseau Internet. Tout ceci dans cette circonstance de pandémie mondiale. On veut éviter que le coronavirus ne se répandent. Alors on demande aux gens de rester chez eux. Mais cela n’est pas sans conséquence. En effet le trafic de internet augmente. Ce qui rend difficile les échanges, mais les expose aussi. Car derrière chaque ligne, chaque réseau, se cache potentiellement un pirate informatique prêt à détourner voir à porter atteinte à toutes les informations auquel il peut accéder voire tout système d’information.

Cet article va aussi vous intéresser : Coronavirus et cybersécurité : 6 conseils pour rendre plus sûr le télétravail

Dans ce contexte tout le monde devient une cible facile pour des pirates informatiques surtout ceux qui n’avaient pas l’habitude de se protéger. C’est pourquoi Gabriella Nicolescu, une professeure titulaire au Département de génie informatique et génie logiciel de de l’école Polytechnique de Montréal, déclare ceci : « C’est bien de dire aux travailleurs à la maison de faire attention ». En sa qualité de Présidente Directeur Générale de la société de sécurité informatique KyberSecurity, elle ajoutera ceci : « C’est important que chacun soit conscient de ces menaces. […] Ça devient plus important. (…) C’est sûr qu’avec le passage au télétravail, la quantité de données qui circulent est beaucoup plus grande ». Face à la surexposition de certaines données personnelles tels que des numéros de carte de crédit, des secrets d’entreprise, etc, « Il se peut que les attaques se multiplient parce que le contexte est plus favorable.» dit elle. En effet, contrairement à d’autres secteurs, celui du e-commerce est en plein boom. Les gens commandent de plus en plus sur les plateformes de livraison à domicile, qui généralement sont des sites internet ou autres programmes informatiques. Et ce faisant ils divulguent constamment certaines informations tel que le numéro de téléphone, leurs noms, leurs adresses, leurs courriels dans certaines conditions des informations de nature financière. Par ailleurs les entreprises très souvent des ouvertures pour permettre à leurs employés de travailler depuis le domicile. Une ouverture de plus pour les pirates informatiques.

« Ce qu’on ne sait pas, c’est combien de compagnies ont déjà des solutions [de surveillance du trafic et de détection des intrusions] en place. Et est-ce qu’elles sont efficaces. » déclarait la professeure. Cependant l’heure n’est pas à la panique. En effet c’était spécial il se recommande de garder le calme et s’organiser pour éviter le maximum de dégâts. A ce propos, Pierre Langlois, le directeur du département de génie informatique et génie logiciel de Polytechnique Montréal affirme : « Beaucoup d’entreprises avaient déjà des systèmes de sécurité en place (…) Vous pouvez être certains que chaque responsable de la sécurité dans les entreprises est en train de regarder quels effets ça cause d’avoir toutes ces personnes à la maison. ». Par ailleurs selon Steve Waterhouse, l’Internet est surveillé par plusieurs structures étatiques chargé de la sécurité informatique. Du côté du Canada, on peut observer certaines autorités tel que la gendarmerie royale, et le service canadien du renseignement de sécurité, sans oublier bien sur le centre de la sécurité des télécommunications.

En effet dans une publication du centre de sécurité des télécommunications au Canada, on pouvait lire ce rapport : « Les Canadiens demeurent vigilants pendant cette période difficile. Qu’il s’agisse de nous laver les mains, de garder nos distances ou de tousser dans un mouchoir ou dans le pli du coude, nous prenons tous les moyens nécessaires pour prévenir la saturation du système de santé (…) Mais ce n’est pas tout le monde qui tient à cœur l’intérêt public. Les auteurs de cybermenaces profitent des préoccupations grandissantes et de la peur légitime des gens à l’égard de la COVID-19 pour répandre la mésinformation et soutirer de l’argent ou des données privées à leurs victimes. […] Le Centre pour la cybersécurité a constaté que des auteurs malveillants se servent de plus en plus du coronavirus (COVID-19) pour mener des campagnes d’hameçonnage et d’escroquerie. »

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage