La NSA et la CIA accusées d’avoir mis à la disposition du monde entier les méthodes de chiffrement « troués »

Ces derniers temps, les services de renseignements Américains sont pointés du doigt à cause de certaines de leurs pratiques dénuées de bonne foi.

Depuis 50 ans maintenant, la CIA et la NSA auraient commercialisé à plusieurs gouvernements à travers le monde entier des programmes de chiffrement assortis de failles de sécurité pour permettre à l’état américain d’espionner le monde entier.

Cet article va aussi intéresser : La faille de sécurité Microsoft qui fit réagir la NSA

Le bras de fer qui a opposé le géant Apple à la police fédérale américaine, le FBI a remis à jour le débat qui portait sur le chiffrement des communications. Et bien sûr, comme on le sait déjà, le conflit qui a opposé ces deux entités portait sur la mise en place de porte dérobée pour permettre aux autorités américaines d’accéder aux contenus des terminaux utilisés, produits par la marque Apple. Cependant, ce débat n’est pas mais apparu d’ici peu il y a longtemps qu’il existe. En effet, le journal américain le Washington post a révélé que les services de renseignement américain se repose depuis toujours sur ces portes dérobées placées dans les systèmes de communication même sécurisés.

Mais elle a fait que nous intéresse ici concernant Crypto AG. Une entreprise suisse qui est spécialisée dans la commercialisation de « machines à chiffrer ». Mais l’on vient d’apprendre que depuis tout ce temps, cette société spécialisée dans le chiffrement, était manœuvrée, en secret par la CIA, les services secrets américains et les services de renseignement allemands. Et cela leur a permis d’espionner les communications, censées être sécurisées de plus de 120 pays à travers le monde. Cela est mis en évidence par un article publié par Wikimédia dont voici un extrait : « L’opération, qui a hérité des noms de code Thesaurus et Rubicon, commence en 1950 quand Boris Hagelin, alors président de Crypto AG, accepte de vendre des machines obsolètes à certains pays, réservant les fleurons de l’entreprise à des pays approuvés par les États-Unis. Dix ans plus tard, la CIA verse des centaines de milliers de dollars à Hagelin pour des dépenses “marketing” consistant à convaincre les gouvernements partout dans le monde d’adopter les solutions de Crypto AG. En 1967, une nouvelle étape est franchie et la H-460, nouvelle machine de l’entreprise, est directement construite par la NSA. Tout cela, bien évidemment, dans le plus grand des secrets. ».

Si durant l’époque, Crypto AG intéressait l’Allemagne de l’Ouest de la France, c’est plutôt à la CIA le PDG de l’entreprise acceptera de la vendre. ce qui bien sûr permettra à partir de cet instant aux services secrets américains et ouest allemands d’espionner les conversations de plusieurs pays notamment l’Inde, le Pakistan, l’Iran, le pays de l’Amérique latine et même le Vatican. En 1990, les services de renseignements de l’Allemagne de l’Ouest vont se retirer du partenariat ce qui va pousser les États-Unis à continuer l’espionnage seul. Jusqu’à l’apparition des méthodes de chiffrement électronique. Malgré la liquidation de Crypto AG en 2018, plusieurs pays continuent d’utiliser ces machines.

En dehors de cette histoire, il est de façon notoire reconnu aujourd’hui que les services de renseignement américain pour habitude de profiter des failles de sécurité pour espionner à tout bout de champ. Le fait que la NSA ait révélé à Microsoft une faille de sécurité assez majeur pour que continuellement ses services sont à la recherche de ce genre de vulnérabilité. La révélation d’Edward Snowden ont mis le point sur quelque chose qui se passait depuis des années mais l’on sait qu’il y a encore des pratiques similaires qui continuent de proliférer.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage