Le piratage de Jeff Bezos : Facebook défend son application et accuse Apple

Pour le géant américain du divertissement, le piratage du patron du e-commerce mondiale serait la faute de Apple, le créateur de l’iPhone.

Selon les enquêtes menées par les autorités, le PDG fondateur de Amazon utilisait lors de l’attaque informatique un iPhone X. A travers la voix d’un responsable de Facebook, la maison mère de WhatsApp, le piratage a réussi grâce à une faille de sécurité du système d’exploitation du téléphone. Et si le réseau social pointe du doigt iOS comme responsable de la fuite.

Cet article va aussi vous intéresser : Le patron d’Amazon piraté par à travers WhatsApp

L’affaire a fait plus de bruit que prévu. Sous certains plans, il est totalement compréhensible de voir la médiatisation, disons la surmédiatisation de ce piratage informatique. Jeff Bezos est à la tête d’une des plus grandes fortunes au monde et est sans nul doute l’une des personnes les plus influentes sur la planète. Dans ce feuilleton intervient l’Arabie saoudite comme étant le principal protagoniste par le biais de son prince héritier Mohammed Ben Salman. Mais aussi cette affaire a mis en évidence de grands acteurs importants, c’est-à-dire Apple et Facebook, deux géants du monde numérique mondial.

Aujourd’hui, on cherche à savoir grâce à qui ou si vous voulez par la faute de qui le piratage a véritablement eu lieu. Selon les informations révélées dans les médias, le piratage subi par Jeff Bezos aurait été réalisé après qu’il ait reçu via l’application de messagerie WhatsApp, une vidéo non sollicitée provenant d’un numéro appartement au prince héritier Saoudien. Il utilisait un téléphone de marque iPhone précisément le X. La vidéo dont on parle ici était corrompue selon l’avis des experts.

À ce titre, les responsables de WhatsApp ont été interrogés sur la vidéo qui aurait été reçue par Jeff Bezos depuis le 1er mai 2018. Le vice-président chargé de la communication et des affaires publiques de réseau social, Nick Clegg a répondu face aux médias, le service de messagerie WhatsApp n’était pas fautif concernant le piratage subie par le patron d’Amazon. Elle explique le fait par l’adoption de chiffrement de bout en bout adopté par WhatsApp qu’il estime être assez sûr pour éviter toute forme de piratage informatique. Il note néanmoins que le problème pourrait venir de l’iPhone. Pour ce dernier le système d’exploitation de l’iPhone x utilisé Bezos est certainement le fautif de la fuite des données. « On dirait que quelque chose sur le, vous savez, ce qu’ils appellent le système opérationnel, a lui-même fonctionné sur le téléphone (…) quelque chose doit avoir affecté le système d’exploitation du téléphone. ».

Une justification considérée par la plupart comme étant simplement « bancale ». On sent clairement la volonté de Facebook de se dédouaner de toutes responsabilités émanant de cette affaire, quitte à donner des explications plutôt vagues convaincantes. Le responsable de Facebook a signifié qu’il est impossible que le piratage puisse venir de WhatsApp à travers une vidéo car seul l’expéditeur et les destinataires sont en mesure de voir le contenu des échanges. « d’un message en transit, car seuls l’expéditeur et le destinataire peuvent le voir. »

Une telle explication ne saurait satisfaire ce qui suivent cette actualité car on se rappelle qu’en 2019 précisément durant le mois de décembre, des failles de sécurité ont été découvertes sur le service de messagerie WhatsApp. Cependant l’hypothèse de piratage du téléphone via une faille de sécurité de l’iPhone est envisageable surtout quand on sait qu’il existe un virus informatique du nom de Pegasus qui est spécialisé dans ce genre de démarche. Et selon les archives, ce programme informatique a été utilisé plusieurs fois par des services saoudiens. Même si l’Arabie Saoudite n’a pas toujours reconnu son implication dans ce piratage informatique.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage