Les applications de traçage contre le coronavirus, une décision qui doit relever des Etats

Dans les définitions de stratégie de lutte contre la prolifération du coronavirus, l’idée a été émise d’établir un système de traçage des individus.

De la sorte, les individus pourraient alors être alertés lorsqu’ils ont été en contact avec des personnes détectées positif au CoviD-19. Si cela est encore un projet pour certains États et autres institutions, d’autres l’ont déjà mis en pratique l’instar de la Corée du Sud. Pourtant la question reste toujours sensible. Pour beaucoup de personnes, cette question ne doit pas être traité de manière banale.

Cet article va aussi vous intéresser : Traçage numérique et Covid-19 : le risque de la cybermalveillance à prendre en compte

Le PDG de l’Inria (l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique), Bruno Sportisse estime que le projet de création de système de traçage des citoyens ne doit relever que des Etats. Sa position se situe après un rapport qui devrait être produit par son institution concernant la future application qui sera utilisée pour aider à la circonscription de l’épidémie. La proposition de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique dans le document qui sera fourni porte essentiellement sur la gestion des données, qui devraient être confiées aux autorités sanitaires, pour non seulement gagner en efficacité mais pour éviter de mauvaises interprétations de données. Cela gagnera en crédibilité mais aussi permettra de réduire au maximum les faux positifs. « Si l’application génère trop de faux positifs, ce n’est pas tolérable, ça veut dire qu’il faut changer des choses dans le système. Pour que ça puisse avoir lieu, il faut que l’autorité sanitaire ait la main » sur le système et son algorithme, Soulignait à l’AFP M. Sportisse.

« Les données, partagées volontairement à la suite d’un dépistage, seraient les identifiants anonymes et temporaires des appareils croisés pendant la période d’incubation du virus: rien qui permette de retrouver l’identité des personnes concernées ou de recomposer leurs interactions sociales. » décrit le Dirigeant de l’INRIA.

Mais cela ne suffit pas pour mettre fin au débat. L’importance du serveur central dans ce débat rend encore plus difficile la prise de position, surtout que cela a pratiquement stoppé une initiative à l’échelle européenne. Si le principe de l’anonymat et du respect des règles de protection relatives aux données personnelles a été mis en avant, il n’empêche que rien n’est si évident en matière de gestion des données. Par ailleurs, des chercheurs de l’École polytechnique de Lausanne, en Suisse, qui avaient auparavant proposé un projet un peu plus décentralisé, se sont inquiétés face au manque de transparence dans l’organisation et l’orientation dont font preuve les États lors de tel projet. Pour ces derniers, les solutions centralisés sont des risques et facilitent à coup sûr les manipulations de données. Sur cette question, M. Sportisse rassure en expliquant que : « Plusieurs protocoles sont mis en concurrence. C’est sain, c’est le jeu des échanges scientifiques. ». Il ne partage pas clairement les idées qui partent sur « les qualités supposées d’un système décentralisé. » qui « ne relèvent pas de la rigueur scientifique. » « Le pair à pair n’existe pas pour ce type de projets principalement en raison de l’impact des failles de sécurité qui pourraient exister. » ajoute-il. Pour lui : « Des approches supposées être très décentralisées, qui pourraient avoir les faveurs de communautés réticentes à accorder leur confiance à une autorité centrale » qui obligerait clairement à mettre en place et système qui va consister à stocker dans chaque terminal appartement aux utilisateurs différents identifiants. Il y aura trop des détails à prendre en compte et cela risque de porter atteinte à l’efficacité de l’outil. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il maintient sa position selon laquelle les protocoles doivent « relever des Etats. ».

Concernant l’implémentation logicielle du protocole proposé par l’Inria, le PDG de l’Institut a assuré que le code sera partagé librement. Cependant, il ne fait pas allusion aux partenaires produits qui seront engagés sur le problème, ni même le calendrier. Ce qui est certain, c’est que ce projet sera difficilement développé sans la participation des deux géants que sont Apple et Google, qui possèdent à eux deux, la quasi-totalité des parcs logiciels de smartphones à travers leurs différents systèmes d’exploitation. Sans oublier le fait que ces deux Américains ont décidé de collaborer sur un projet similaire. Cependant le leur est beaucoup plus inspiré des chercheurs de la Lausanne avec un système décentralisé qui est hors du contrôle des autorités sanitaires. « Notre protocole repose sur d’autres hypothèses (…) Les paramètres du modèle de transmission et les données statistiques ne doivent pas être entre les mains d’une compagnie privée, aussi innovante soit-elle. » leur répondait à l’AFP concernant une possible collaboration avec le privé, M. Sportisse qui ne manque pas d’ailleurs de saluer cette alliance « sans précédent dans l’histoire de l’informatique. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage