100 000 $ pour trouver une faille dans le système anti-triche de Valorant

Riot a proposé une de 157 097 dollars à la personne qui trouvera une faille de sécurité dans Vangard, le système anti triche de l’entreprise.

L’annonce été faite hier et se présente clairement comme la prime la plus élevée dans pour dans ce genre jusqu’à présent. Publiée sur la plateforme de HackerOne, il est possible, aux utilisateurs intéressés par le bug Bounty d’avoir accès à quelques notes pour être en mesure d’identifier des vulnérabilités.

Cet article va aussi vous intéresser : Ces hackers qui gagnent beaucoup d’argent… légalement

En réalité, il y a plusieurs niveaux de récompense qui ne sont pas similaires. Plus la faille de sécurité est dangereuse plus la prime est élevée. La récompense commence à partir de 25 000 dollars américains, pour une vulnérabilité qui pourrait permettre à une personne extérieure d’avoir accès à des informations personnelles des utilisateurs de la plate-forme, on va s’étendre jusqu’à 157 000 dollars si la faille de sécurité permet : « l’exécution de code au niveau du noyau », ce qui pourrait permettre à un cybermalveillant de porter atteinte à l’intégrité de l’ordinateur de façon plus profonde. Des exemples ont été fournis par l’entreprise sur sa page officielle au dédiée aux primes.

Dans la pratique, ce type d’offres n’est pas vraiment inédite. En effet, plusieurs éditeurs proposent ce genre de bug Bounty en passant par HackerOne. Mais il faut avouer que la proposition faite par Riot est une première car aucune n’a encore atteint ce niveau. En effet, par exemple Valve propose souvent des primes allant jusqu’à 3000 dollars  Américain maximum selon la gravité de la famille découverte. Nintendo jusqu’à 20 000 dollars américains pour la découverte des failles selon leur gravité aussi et Rockstar Games propose un maximum de 10 000 $ US. Aucun n’atteint la barre des 100 000 dollars proposé par Riot. Si une telle proposition est inédite, dans notre cas, elle puisse sa source dans la fameuse controverse qui concernait directement son système d’anti triche dénommé Vangard, qui s’installait sur les terminaux des utilisateurs lorsqu’il jouait au nouveau jeu de tir compétitif, Valorant. Le problème était lié au fait que le programme critiqué (Vangard) continuait de fonctionner sur les ordinateurs des joueurs avec beaucoup plus de privilèges qu’il ne devrait avoir pour fonctionner normalement. La société éditrice a essayé de calmer les critiques en affirmant que son programme était constamment testé pour empêcher d’autres formes de vulnérabilité pour affecter les ordinateurs des utilisateurs. Dans la prime proposée pour justifier sa thèse et rassurer. « Nous voulons que les joueurs continuent à jouer à nos jeux en toute tranquillité d’esprit, et nous mettons notre argent là où nous sommes », avait signifié l’équipe de sécurité anti-émeute de Riot. Elle ajoutera par ailleurs : « Si vous pensez que vous avez trouvé une faille dans Vanguard qui compromettrait la sécurité et la confidentialité des joueurs, veuillez soumettre un rapport immédiatement. »

Ce n’est pas une première fois que l’éditeur de jeux lance une prime. Même si celle-ci est la plus élevée, depuis 2014, il est possible de participer au programme de bug Bounty de Riot sur HackerOne. Avant cela, les prix variaient entre 250 dollars américain et 4000 dollars selon une certaine présentation. Selon les chiffres publiés par l’entreprise, Riot aurait payé dans le cadre de ce genre de programme près de 2 millions de dollars américains. De plus, il faut noter que le jeux Valorant est en version Bêta, donc n’est accessible que pour deux joueurs ayant des clés. Vangard qui y sera associé présente une architecture suivante telle décrite par Benjamin Flann Vanese : « Vanguard est constitué de trois composants : le client, le driver et la plateforme. Le client (mode utilisateur) gère toutes les détections anti-triche tant que le jeu tourne. Le client a besoin de communiquer avec la plateforme pour détecter et pour permettre à un joueur de jouer. Le client ne considère pas une machine comme bonne, à moins qu’elle ne reconnaisse les drivers ; les machines qui ne le sont pas ne peuvent pas être utilisées pour jouer à VALORANT. Le driver ne collecte ou n’envoie aucune information sur votre ordinateur. Le driver a été approuvé par le certificat de validation étendu de Riot, qui a aussi été signé par Microsoft pour l’identification logicielle. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage