Les jeunes et l’hygiène numérique, que faut-il faire ?

Si une catégorie de consommateurs utilise le plus souvent voire plus les outils numériques, c’est sûrement les jeunes.

Cela peut-être dans un contexte purement ludique ou professionnel passant par l’enseignement où les relations à distance. Les jeunes sont le plus gros de la consommation en matière informatique. Pourtant, dans une certaine mesure ils sont les plus exposés. En effet les questions de cybersécurité ou encore d’hygiène numérique de semble pas très bien fait preuve d’implémentation dans leurs habitudes ou leur manière de penser.

Cet article va aussi vous intéresser : 4 conseils pour surfer sur Internet sans risque

« Que faisons-nous pour aider les plus jeunes à se protéger des cybermenaces, eux qui sont connectés en permanence à des smartphones, tablettes, PC portables et objets de l’IoT ? Si les menaces ne sont pas nécessairement visibles, elles sont pourtant omniprésentes. Les criminels sont toujours à la recherche de l’occasion la plus facile de compromettre des identités et des comptes, avec le moins de résistance possible. Apportons-nous aux plus jeunes les outils et les connaissances dont ils ont besoin pour se prémunir du cybercrime et de ses effets potentiellement dévastateurs ? » mettait en évidence William Culbert, Directeur EMEA Sud de BeyondTrust. « Les filtres de contenus donnent de bons résultats et devraient être automatisés pour tous les âges en salle de classe, mais ils peuvent aussi donner un faux sentiment de sécurité. Après tout, s’ils constituent un outil efficace pour filtrer les contenus inappropriés, ils ne peuvent pas bloquer à coup sûr les sollicitations trompeuses. Ce n’est d’ailleurs pas leur rôle. », ajoute ce dernier.

Si on ne peut nier que la jeune génération est assez agile pour utiliser l’outil informatique, il n’en demeure pas moins qu’il faut marquer un peu d’inquiétude quant à l’utilisation véritable est efficace sans danger de l’Arsenal digital. Bien évidemment derrière tout ce danger, se cachent des cybercriminels, qui sont prêts à prendre d’assaut toutes vulnérabilités.

Bien sûr pour le protéger, il faudra leur à prendre des mesures assez simples mais efficaces. C’est juste qu’elles peuvent réduire a presque néant, la menace informatique. Voilà ensemble quelques règles importantes :

1- Utiliser différents mots de passe pour les différents comptes en ligne

2 – Eviter de télécharger des pièces jointes ouvrir des courriels provenant de correspondance inconnues ou suspectes.

3 – Composer de manière complexe mon mot de passe en utilisant des chiffres majuscule et minuscule si possible des symboles

4 – « Utiliser un compte utilisateur standard / avec le moindre privilège pour les applications informatiques habituelles et n’utiliser de compte admin que pour certaines mises à jour système » complète William Culbert.

« Mais nos enfants connaissent-ils ces pratiques ? Et qu’en est-il des étudiants qui se connectent désormais à des portails e-Learning ? Que penser de tous ces comptes que les enfants utilisent, pour l’école et pour leurs loisirs ? En effet, combien d’enfants utilisent Facebook, Instagram, TikTok, Snapchat, etc. ? Et les enfants sont exposés de plus en plus jeunes. Toutes les applications qu’un enfant peut être amené à utiliser dépendent d’une manière ou d’une autre d’un compte et d’un identifiant, un nom d’utilisateur et un mot de passe le plus souvent. », souligne le professionnel.

D’abord il faudrait que les enfants apprennent à mesurer eux-mêmes les menace qui se cachent derrière le partage d’information au travers des applications qui utilisent au quotidien. De la manière il faut se méfier des étrangers c’est de cette manière qu’il faut apprendre aux enfants à se méfier de leur utilisation des outils numériques qui existent trop d’informations souvent personnelles. Par exemple on doit apprendre à nos enfants à savoir protéger leur identité en ligne. Leur apprendre que le mot de passe est le premier obstacle qui permet de les protéger lorsqu’il se connecte à Internet, ce qui le rend important et dont la formulation doit se faire avec beaucoup de sérieux et de soins.  Il faudra aussi leur apprendre à savoir réagir lorsqu’ils sont face à des demandes d’installation de cookies, à savoir quand les accepter ou les refuser, à apprendre à effacer les caches des applications ou des sites internet, ou à se méfier des emails.

« Récemment, j’ai assisté au témoignage d’une enseignante qui partageait une anecdote intéressante. Elle tentait d’aider un étudiant à se connecter à une application e-Learning. Malheureusement, la procédure n’aboutissait pas. Pour des questions de responsabilité, les enseignants ne peuvent pas se connecter à distance au poste d’un étudiant pour l’aider à régler un problème. Ils n’ont d’autre choix que de guider l’étudiant à l’oral, pas à pas, jusqu’à trouver une solution. Or, au cours de la vidéoconférence, quand l’enseignante a demandé à l’étudiant de vider son cache, celui-ci s’est levé, a mis la main dans sa poche et demandé « Vous voulez que je sorte tout mon cash ? ». Vous pouvez trouver ça drôle, mais c’est pourtant une histoire vraie. Et elle est révélatrice des questions que nous tous devrions nous poser. » témoignage William Culbert.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage