Les réseaux informatiques à l’épreuve du coronavirus

À cause de cette crise sanitaire sans précédent, des géants des secteurs du numérique tels que Google, Amazon, IBM, Cisco ou encore Apple ont dû déployer des moyens considérables pour assurer le bon fonctionnement des réseaux et infrastructures informatiques qui furent sollicités et qui le sont toujours, à un rythme jamais vu auparavant.

Cet article va aussi vous intéresser : Les pirates informatiques continuent toujours de profiter du coronavirus

Le trafic d’Internet a explosé car les gens sont beaucoup plus connectés qu’avant. Les individus lambda comme les professionnels, pour la plupart des non habitués ont recouru aux différents services numériques pour leurs besoins quotidiens. En particulier les professionnels qui ont vu leurs moyens et méthodes de exercice habituel basculer vers le télétravail. Alexis Kuperfis notait « Avec la propagation du coronavirus, de nombreuses entreprises obligent leurs employés à travailler à domicile, ce qui impose un stress imprévu aux technologies de mise en réseau à distance et pose des problèmes de bande passante et de sécurité. ».

Si au cours de ces 10 dernières années, le nom des télétravailleurs a augmenté jusqu’à atteindre le nombre de 4 millions. Ces derniers mois la pandémie de coronavirus et ses effets ont causé une augmentation fulgurante de ce nombre des sortes à rendre difficile la capacité des machines et programme informatique à assurer un fonctionnement correct et efficace du système informatique.

D’un autre côté, l’utilisation du VPN aux États-Unis a connu une croissance de près de 53 % seulement entre le 9 et le 15 du mois de mars, selon le fournisseur VPN Atlas. Cette utilisation n’a cessé de croître depuis lors. Du côté de l’Italie, une avancée au niveau de l’utilisation des VPN a été observé à hauteur de 112%. La directrice de l’exploitation d’Atlas VPN, Rachel Welch, notait dans un communiqué : « Nous estimons que l’utilisation du VPN aux États-Unis pourrait augmenter de plus de 150 % d’ici la fin du mois ».

Les entreprises ont reconnu de façon unanime que cela n’est pas du tout évident de prendre en charge toutes ces technologies de réseau, surtout avec des utilisateurs qui sont sont dispersés sur des sites différents et à distance, en contact direct avec les centres de données. Sachant ici le risque non négligeable sécurité.  C’est pour cette raison, les professionnels de la sécurité, les responsables des systèmes des d’informations où l’ensemble de l’équipe IT devrait déployer un ensemble de protocoles pour s’assurer que la connexion répondent aux normes de sécurité définies par l’entreprise. « Les éléments de la large bande à domicile, comme le FAI et le DNS et le Wi-Fi, devraient vraiment faire partie d’une certification d’entreprise de réseaux appropriés pour le travail à domicile » notait Tom Nolle, président de CIMI Corp. Il déclare par la suite : « Je trouve que les services DNS comme ceux de Google sont moins susceptibles d’être surchargés que les services des FAI, ce qui suggère que les utilisateurs devraient être obligés d’adopter l’un d’entre eux. OpenDNS est également bon. La sécurité des réseaux Wi-Fi domestiques est également un problème. ». Il signifie par ailleurs « Les professionnels de l’informatique devraient exiger des travailleurs qu’ils soumettent des captures d’écran de leurs configurations Wi-Fi afin de valider le cryptage utilisé. Les travailleurs à domicile contournent souvent une grande partie de la sécurité intégrée dans les entreprises. ».

Concernant l’usage du VPN, les différents acteurs du secteur non pas un avis unanime. « Les acteurs du secteur sont divisés sur l’utilisation du « split tunneling » pour minimiser les problèmes de capacité dus au coronavirus. Les VPN peuvent être configurés pour permettre le « split tunneling », où seul le trafic destiné au réseau d’entreprise passe par le VPN » a indiqué M. Wertkin de la firme BlueCat. « Le reste du trafic va directement sur l’internet en général, ce qui signifie qu’il n’est pas soumis aux contrôles de sécurité imposés par le tunnel et par les outils du réseau d’entreprise, ce qui constitue un problème de sécurité. » ajoute-t-il. Une telle configuration peut causer très facilement la compromission des terminaux utilisés par des collaborateurs à distance via Internet. Un tel cas de figure qui mettrait automatiquement en danger l’ensemble des systèmes et réseaux informatiques de l’entreprise ainsi que les données gérées par celui-ci.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage