Les vols de données et les conséquences directes sur la protection des utilisateurs

À cause de l’épidémie du coronavirus, des milliers de collaborateurs ont dû basculer vers le travail à distance.

Un bouleversement qui va mettre un peu à peu à nue les failles de sécurité. Avec le télétravail qui est devenu aujourd’hui quelque chose de standard à cause des mesures de distanciation et de confinement, les systèmes informatiques des entreprises de plus en plus exposés. Alors la question de la protection des données personnelles, et la confidentialité des informations de nature professionnelle deviennent quelque chose d’actualité voir essentielle.

Les cybercriminels, fidèles à leurs habitudes ont tenté de profiter de cette crise sanitaire mondiale. Ils le tentent toujours d’ailleurs.  Cela n’a pas manqué de se faire remarquer avec une recrudescence non négligeable des actes de cybermalveillance de toutes sortes. D’un côté, on dénombre des vols de données personnelles et de l’autre, des attaques au rançongiciel et par déni de services. Les arnaques en ligne se sont fondés exclusivement ou en majorité sur des techniques de vente lié au gel hydroalcoolique, encore aux masques de protections, par le biais du sempiternel hameçonnage, qui prend la tête des actions de cybermalveillance les plus réalisées ou tentées durant ces 6 derniers mois. Mais cela était pour les particuliers. Mais pas que. D’un autre côté, les grandes entreprises ont été les plus sensible durant cette période et continuent de l’être malgré tout. « Parmi elles, on peut compter les laboratoires pharmaceutiques, les hôpitaux ou encore les sociétés de l’agroalimentaire. Sont concernées par ces vols les données sensibles qu’elles soient financières, bancaires, de production ou encore les données personnelles des usagers ou patients. » indique le directeur des affaires juridiques de la Société générale, Dominique Bourrinet.

À titre d’exemple, nous pouvons citer le cas de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui a vu le 22 mars, plusieurs de ses serveurs mis hors service suite à une attaque informatique. C’était une attaque par déni de service. Les cybercriminels ont pris d’assaut les serveurs de l’organisation sanitaire à travers des centaines de requêtes inutiles de sorte à saturer le réseau. Ainsi experts de la sécurité informatique ont observé une augmentation de près de 25 % des attaques en ligne. L’adoption massive des systèmes de travail à distance n’y est pas étrangère. En effet entre le 1er et le 23 mars 2020, la société spécialiste en cybersécurité barracuda Networks à enregistrer une augmentation de 667 % des tentatives d’attaques informatiques sur la base de phishing. Et bien sûr, la thématique la plus utilisée durant ces tentatives était le coronavirus où d’autres déclinaisons y afférant.

L’une des raisons qui expliquent l’augmentation exceptionnelle des actes de cybermalveillance ou les tentatives d’attaques informatiques est l’utilisation de matériels à l’origine d’usage domestique pour des travaux professionnels. Effectivement, toutes les entreprises n’ont pas équipé leurs télétravailleurs, leur laissant souvent le choix de s’équiper de leurs outils personnels. Des outils qui malheureusement ne correspondaient pas au besoin de sécurité et de confidentialité. C’est ce problème d’équipement qui est la cause de la majorité des attaques informatiques. Les cybercriminels arrivent facilement à accéder à des réseaux professionnels en se servant tout simplement de l’employé comme cheval de Troie.

Sur la question, toutes les directions sont le pied de guerre. Des directions générales aux directions juridiques via les directions de sécurité informatique, tous avec intérêt inquiétude et vigilance. « Nous avons veillé à ce que les consignes en matière de cyber-sécurité très strictes soient respectées : pas d’impression, pas de transfert en dehors du réseau informatique sauf accord ou procédure spéciale », déclare Dominique Bourrinet. « Ici, tout était rodé en amont de la survenance de la crise sanitaire. Mais, tout au début de la période de confinement, certaines entreprises ont été contraintes d’organiser dans l’urgence le travail à distance d’une partie de leurs salariés. Elles ont donc fait des concessions sur la sécurité et ont permis, dans certains cas, l’utilisation d’équipements personnels, non sans conséquences sur les données personnelles et celles de l’entreprise. ». Une réalité qui est reconnue par presque tous les experts de la sécurité. La précipitation dans l’organisation du télétravail et d’autres activités à distance à causer beaucoup plus de dégâts, que les attaques orchestrées par les cybercriminels. Les failles de sécurité sont devenues prégnantes, ce qui est nature à faciliter des actes de cybermalveillance à l’avenir.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage