OS X et iOS 8 touchés par des failles de sécurité

Les failles de sécurité s’abattent aussi bien sur la technologie Macintosh que sur les autres types d’appareils informatiques. La découverte récente de la faille surnommée « Darwin Nuke » a permis d’alerter les utilisateurs sur les risques possibles avec l’utilisation de différents produits de la marque populaire. S’attaquant au noyau Darwin qui gère les open sources, des mesures ont été prises immédiatement pour endiguer le problème.

Une cybercriminalité à distance

Cette tentative de piratage est très bien organisée car elle est le résultat d’une fine observation des systèmes d’exploitation OS X 10.10 et iOS 8. Proposant à leurs clients le fonctionnement « Denial of Service » permettant d’activer des commandes à distance, les personnes qui cherchent un moyen de s’introduire dans les comptes et les données des internautes ont tenté d’exploiter cette possibilité à leur avantage. Bien que difficile à mettre en place, elle n’a pas pour autant freiné les attaques.

L’analyse de cette faille a été confiée à un cabinet expert afin d’en savoir plus. Il s’avère qu’un grand nombre de produits de la marque à la pomme sont concernés comme l’iPhone 5s, l’iPhone 6, l’iPhone 6 Plus, l’iPad Air, l’iPad Air 2, l’iPad mini 2 et l’iPad mini 3. Ce constat est logique puisqu’il s’agit des derniers appareils élaborés par la marque et sont dotés de cette fonction Darwin et de la possibilité d’utiliser l’open source.

Un fonctionnement d’entrée dans le système particulier

Ce type de faille est peu commun et mérite une explication pour comprendre la méthode des pirates. Lorsque le système va traiter un certain nombre d’IP il sera possible d’envoyer de mauvaises informations à l’appareil. Si ce dernier ne parvient pas à reconnaître les IP et donc à les traiter, le système va planter. C’est à ce moment précis que le pirate va pouvoir s’introduire dans le système et pouvoir le contrôler à distance, collecter toutes les données intéressantes sans que l’utilisateur ne s’en rende compte immédiatement.

Les conditions pour mettre en place ce hacking sont pourtant difficiles puisqu’il faut réunir un certain nombre de points. La taille de l’entête de l’IP doit être de 64 bytes pour être accepté. La taille de l’entrée de l’IP doit être de 65 bytes et les optons IP doivent incorrectes pour parvenir à faire planter le système. Si ces détails laissent à penser que ce type de hacking est assez compliqué à mettre en place, il ne faut pas oublier que certains pirates en ligne disposent de solides connaissances dans le domaine et sont tout à fait capables d’y parvenir.

Une mise à jour salvatrice

Pour protéger les nombreux utilisateurs de ces produits de ces risques, Apple n’a pas mis beaucoup de temps pour mettre au point une solution. Une mise à jour qui corrige ce problème est tout simplement à télécharger sur son appareil. Cette simple action va permettre de rendre impossible cette tentative d’intrusion et de permettre de nouveau aux fans de ces appareils high-tech de pouvoir les utiliser en toute confiance. Les messages d’information et de mise en garde circulent activement auprès des clients afin que chacun procède à ce nouveau réglage.

Cette histoire pose tout de même une fois de plus la question de la sécurité sur Internet qui ne plus être garantie ni même sur les différents appareils high-tech car les cybercriminels prennent le temps d’étudier avec attention les différentes fonctions mises au point pour justement déceler une certaine fragilité qui leur permettrait de créer une faille. Il semble à l’heure actuelle qu’aucune innovation ne soit à l’abri même si elle testée par une équipe au préalable car l’expertise des pirates est immense.

Source illustration : Flickr.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :
Télécharger Mot de Passe