Piratage de site internet du gouvernement américain : des pirates iraniens mis en cause

Le 4 janvier 2020, un groupe de pirate et réussi à hacker le site web d’une institution Fédérale Américaine.

Selon les enquêtes menées par les experts du gouvernement des États-Unis, tout semble faire croire que cela était le fait de pirates informatiques d’origine iranienne.

Cet article va aussi vous intéresser : Un programme espion, encore inconnu depuis peu, du groupe de Hackers Lazarus frappe des institutions financières et des centres de recherche

Le piratage n’a pas véritablement eu une portée exceptionnelle, car au final, tout ce que les pirates ont réussi à faire, c’est de simplement publier des menaces de vengeance à l’encontre de l’État américain. Les derniers promettent une vengeance contre les États-Unis pour l’assassinat du général Soleimani, lors d’une frappe de drone ordonnée par le président américain Donald Trump lui-même.

Les faits sont révélés par le portail BNO News. Une base de données publiques d’un site internet gouvernemental a été la cible de pirates informatiques qui se sont présentés comme étant des pirates Iraniens. L’agence gouvernementale de la cybersécurité américaine dénommé U.S. Cybersecurity and Infrastructure Security Agency a aussitôt pris le pas et commencé à établir des protocoles de sécurité. Pour empêcher la progression de ces pirates informatiques, la structure américaine a procédé à la mise hors ligne du site internet attaqué. Mais cela a été fait après que des individus non identifiés aient réussi à marquer sur la page d’accueil, des inscriptions en langue persane et anglaise. Ces inscriptions disaient de la part de la « République islamique d’Iran ».

« Nous ne cesserons de soutenir nos amis dans la région: le peuple opprimé de Palestine, le peuple opprimé du Yémen, le peuple et le gouvernement syrien, le peuple et le gouvernement d’Irak, le peuple opprimé de Bahreïn, la véritable résistance des moudjahidins au Liban et en Palestine. Nous les soutiendrons. ». Par ailleurs plusieurs publications d’images de photos relatives au guide suprême de l’Iran l’ayatollah Ali Khamenei étaient visibles suites aux publications. On pourra aussi voir une image du président américain Donald Trump tenir un poignard ensanglanté planté sur la carte de l’Iran avec la légende suivante : « Le martyre a été la … récompense (de Soleimani) pour des années d’efforts implacables »,

La U.S. Cybersecurity and Infrastructure Security Agency dans son communiqué a souligné ceci : « Nous savons que le site Web du Programme fédéral de bibliothèques de dépôt a été effacé par des messages pro-iraniens et anti-américains. Pour le moment, rien ne confirme que ce soit l’action d’acteurs iraniens parrainés par l’État. Le site Web a été mis hors ligne et n’est plus accessible. La CISA surveille la situation avec le FDLP et nos partenaires fédéraux »,

En outre, les pirates informatiques n’ont pas jusqu’à présent été identifiés. L’on ignore si des données ont été dérobées ou endommagées lors de l’attaque informatique. L’agence américaine de cybersurveillance n’a pas voulu se prononcer sur la question pour le moment.  Ce qui est sûr, c’est que l’attaque informatique est survenue seulement quelques heures après la menace de Donald Trump de lancer plusieurs attaques sur des cibles iraniennes de choix. Même si cela n’est pas confirmé, l’hypothèse de la vengeance iranienne est tentante voire prédominante.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage