Un programme espion, encore inconnu depuis peu, du groupe de Hackers Lazarus frappe des institutions financières et des centres de recherche

La découverte a été faite le mois dernier par la firme de cybersécurité Kaspersky précisément ça division GReAT pour « Global Research & Analysis Team ».

Cette équipe a fait une découverte, elle concerne un logiciel espion qui depuis longtemps était passé inaperçu. On ne le connaissait pas encore mais il s’en est pris à différents établissements de finance et d’autres centres de recherche à travers le monde entier.

Cet article va aussi vous intéresser : Qui sont les hackers les plus nuls du monde ?

Ce programme espion ce dénomme « Dtrack ». Selon l’équipe de Kaspersky, il aurait été conçu par le groupe de cyber criminels du nom de « Lazarus ».

Ce programme sert essentiellement à télécharger des documents importants sur le système des victimes qu’il infecte. Ce logiciel permet aussi d’enregistrer les frappes de clavier ainsi que d’autres activités assez particulières liées à l’application qui sont de type RAT, pour obtenir des privilèges d’administrateur.

cela permet de faire un rapprochement avec autre programme informatique qui a été découvert par la même équipe de chercheurs de Kaspersky en 2018 en Inde précisément. Il se faisait appeler ATMDtrack. qui était un programme conçu pour s’infiltrer dans les distributeurs automatiques de billets dans l’optique de dérober certaines informations liées aux cartes bancaires.

Suite à une enquête menée grâce à un outil de sécurité informatique développé par Kaspersky (Kaspersky Attribution Engine), il était découvert qu’il existait plus de 180 échantillons de nouveaux logiciels provenant de ce programme malveillant, adoptant les mêmes caractéristiques assez similaire à ATMDtrack. Mais eux ne s’en prennent pas aux distributeurs automatiques de billets. Il en veut particulièrement aux données. Aussi ils servent de logiciels espions. On se référant à la souche, ils ont été dénommé Dtrack.

On sait que ces deux choses avaient en commun certains éléments qui ont été perçue lors de la campagne de piratage de 2013 dénommé darkSéoul, attaque informatique qui a été attribué au groupe Lazarus, classé dans les menaces persistantes avancées en d’autres termes APT. Ce groupe est responsable de plusieurs attaques informatiques de tout genre. Allant du cyberespionnage à des sabotages, il a marqué l’univers des hackers de manière indélébile.

Par ailleurs les nouveaux outils Dtrack ont aussi servi des moyens d’administration à distance « RAT ». Ce qui permet bien sûr a ses utilisateurs de prendre le contrôle les systèmes qu’ils réussissent à infecter. Ils pourront alors à la effectuer des téléchargement, modifier des fichiers ou encore exécuter des actions pouvant le permettre d’avoir une mainmise totale sur leurs victimes.

Les victimes les plus touchés par ces activités du programme malveillant de Lazarus sont généralement ces institutions qui ont tendance à négliger certains aspects essentiels de leur sécurité informatique. La politique de sécurité réseau est très faible et une négligence observée au niveau du trafic facilite le plus souvent la tâche aux pirates informatiques qui arrive facilement à implanter leur malware et souvent même se servir à la guise. Comme il a été mentionné ci-dessus il permet de faire des enregistreurs de frappe, de collecter de données relatives aux de navigation, aux identifiants etc.

Selon Kaspersky, ce programme malveillant serait toujours actif et serait utilisé dans plusieurs cyberattaque : « Lazarus est un groupe plutôt inhabituel, financé par un Etat. D’un côté, à l’instar de nombreux autres groupes similaires, il se concentre sur des opérations de cyberespionnage ou de cybersabotage. Pourtant, d’un autre côté, il est également établi qu’il influence des attaques visant clairement à dérober de l’argent. Ce second aspect est assez exceptionnel pour un acteur malveillant d’un tel niveau car, généralement, les opérations des autres acteurs comparables n’ont pas de motivations financières.

La grande quantité d’échantillons Dtrack que nous avons découverts démontre que Lazarus est l’un des groupes APT les plus actifs, développant et faisant évoluer constamment les menaces dans l’espoir de toucher des secteurs à grande échelle. Le succès de l’exécution du RAT Dtrack par ce groupe prouve que, même lorsqu’une menace semble avoir disparu, elle peut refaire surface sous une autre forme pour attaquer de nouvelles cibles. Même les centres de recherche et les établissements financiers opérant exclusivement dans le secteur commercial, sans lien avec les pouvoirs publics, doivent néanmoins envisager dans leur modèle de menaces le risque d’une attaque par un acteur malveillant sophistiqué et s’y préparer en conséquence », expliquait Konstantin Zykov, spécialiste en sécurité au sein de l’équipe GReAT de Kaspersky.

Par ailleurs la firme de cybersécurité a assuré que ses outils peuvent bloquer et même détruire ces des programmes malveillants.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage